L’apocalypse selon Magda, Chloé Vollmer-Lo, Carole Maurel, Delcourt

 

L’apocalypse selon Magda: La fureur de mourir jeune

L’adolescence est une période de la vie humaine qui est très souvent observée de près par les auteurs. L’adolescent est une créature difficile à comprendre, à la fois suiviste et indépendant, conformiste et rebelle. Ecrire avec justesse les troubles qui parcourent le futur adulte en devenir est extrêmement compliqué. L’apocalypse selon Magda, en offrant un cadre différent, catastrophiste, y parvient complètement.

Tu n’auras jamais quatorze ans

L’annonce est tombée. Dans une année précisément, le monde cessera d’exister. Les scientifiques en sont persuadés. Magda, collégienne, apprend la nouvelle de la bouche du directeur de l’établissement. Elle dont c’est l’anniversaire, comprend qu’elle ne fêtera jamais le suivant.
Évidemment, chacun vit cette annonce très différemment. Son père décide de les quitter, elle, sa mère, sa sœur, pour vivre cette dernière année en compagnie de celle dont il est tombé amoureux. Magda, elle, est bien décidé à vivre pleinement chaque expérience sur les douze mois qui suivront. Comme son ami Léon.

L’apocalypse selon Magda: le pari de la conclusion, en introduction

Tout d’abord, je voudrai mettre en avant l’intelligence de la composition de l’histoire de Chloé Vollmer-Lo. Je ne vais pas vous faire une grosse révélation, puisque c’est la première séquence du livre, mais l’apocalypse n’aura pas lieu. D’entrée de jeu, la scénariste nous révèle que cette question là ne SERA PAS l’enjeu de son récit. Ce n’est qu’un cadre, un prétexte à faire bouger les personnages hors de leurs limites habituelles.

C’est très osé. Vollmer-Lo aurait pu faire le choix inverse, qu’elle n’aurait rien perdu de l’histoire, en soit. On aurait tout découvert en même temps que les personnages, jusqu’à la scène finale, qui aurait conservé toute sa force. Mais c’est le lecteur, alors, qui aurait perdu quelque chose. En en sachant plus que le personnage principal, il peut analyser au fur et à mesure l’ensemble des choix faits par les protagonistes. Et développer ainsi un surcroît d’empathie pour eux, une forme de tristesse qui monte petit à petit, en voyant leurs univers se déliter. Pour rien, au final.

C’est extrêmement intelligent de la part de la scénariste.

Et sinon, de quoi on parle, précisément?

L’apocalypse selon Magda, ce sont donc les réactions de Magda et de ses proches quant à l’annonce de cette apocalypse à venir.
Si vous vous posiez la question « si l’on devait mourir demain« , que ferait-on, Chloé Vollmer-Lo vous apporte des réponses.
J’ai aimé la façon dont Magda conquiert son indépendance, même si cela se fait de manière abrupte pour elle. On sent toute fois que la chose est plus difficile pour elle qu’elle ne veut bien le dire. L’histoire fini par faire le blackout sur sa mère et sa soeur, comme si Magda mettait  un voile sur tout ça.

Mais il y a cette question de l’adolescence, qui entre en jeu. Cette période durant laquelle chaque humain développe de nouvelles expériences pour se construire un futur d’adulte. Enlevez le but à atteindre et il reste un brasier ardent, une énergie du désespoir qui consume les jeunes gens. Mais chacun, différemment, parce qu’il n’y a jamais deux ados parfaitement identiques.
Tout l’enjeu étant de savoir qui se trouvera ou qui se perdra dans cette catastrophe annoncée. Et de gros questionnements sur la façon de vivre en assumant ses choix.

Libéré du doute de la mort (elle arrivera à heure programmée), que devient l’humain? La réponse en bande dessinée.

Carole Maurel: une atmosphère de fin du monde

Si j’ai largement apprécié le dessin de Carole Maurel, un trait fin, presque jeté mais toujours harmonieux, c’est sans conteste son travail de mise en couleur que je retiens tout particulièrement.

Il fallait, pour cette histoire, une véritable réflexion sur l’ambiance à donner. Cette ambiance se traduit par deux éléments, l’utilisation du noir et l’utilisation de la couleur.
Pour illustrer cette fin du monde à venir, Carole Maurel a choisi des couleurs très chaudes, très enveloppantes. Même ses scènes d’hiver transcrivent cette idée d’un « cocon » de couleurs.
Ces ambiances, elle les conservera de bout en bout du livre. Façon de montrer que rien ne change, malgré le compte à rebours enclenché pour les personnages. Façon d’illustrer que ce sont les personnages, qui changent.

L’apocalypse selon Magda: une bd à lire en famille

Vie de famille, premiers amours, responsabilités, voilà le programme. Toujours traité avec intelligence et respect. Un très beau scénario, dans lequel adolescents mais aussi adultes pourront s’investir pleinement. Une bd qui pourra aussi permettre d’échanger, pour peu que l’on se retrouve en famille autour de ces cases. Plutôt que de donner des leçons, donnez donc des expériences à méditer. Offrez l’apocalypse selon Magda.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

17.5/20

Titre: L’apocalypse selon Magda
Scénariste: Chloé Vollmer-Lo
Dessinatrice: Carole Maurel
Editeur: Delcourt
Date de publication: Décembre 2015

 

 

Des adolescents de bande dessinée

Advertisements

Une réflexion sur “L’apocalypse selon Magda, Chloé Vollmer-Lo, Carole Maurel, Delcourt

  1. J’ai découvert l’illustratrice il y a peu et il me tarde de faire la connaissance de cette fameuse Magda !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s