Le partisan, Maurizio AC Quarello, Les éditions des éléphants

Les petits éditeurs, ceux qui ne sortent que quelque titres par an, ont toujours plus de mal à obtenir de la visibilité pour  leurs albums. Difficile de résister face aux grandes machines. Alors quand je découvre un bel album chez un petit éditeur,  comme dans le cas présent, c’est avec encore plus de plaisir que j’en le partage avec vous.

Le partisan: Donner la parole sans un mot

Alors que le Duce est tombé et que l’Italie négocie l’armistice avec les alliés, les allemands ont envahi le pays et placé Mussolini à la tête d’un petit état fantoche. Le pays connais alors des luttes armées entre résistants italiens et soldats de la Whermarcht. Cette histoire est celle d’anonymes qui ont conquis leur liberté l’arme à la main.

Les italiens contre le fascisme

Le partisan à un premier mérite, il vient nous rappeler que nous ne sommes pas le seul pays à avoir du combattre pour se libérer pendant la seconde guerre mondiale.

Certes, les italiens ont mené au pouvoir le fascisme mussolinien, mais il n’en reste pas moins qu’une fois le Duce renversé, il leur a fallu combattre les allemands à leur tour.

Ce livre nous permet de nous découvrir une plus grande proximité avec les résistants italiens. Toutes les scènes données à voir par Maurizio Quarello auraient pu se passer en France. Le fait qu’il n’y ait pas de textes renforce encore cet effet de rapprochement. Il n’y a guère que les drapeaux pour différencier les deux pays.

Comme s’il n’y avait qu’un seul peuple face aux barbaries.

Une narration en double page

Quand un auteur de bande dessinée renonce aux textes, il doit nécessairement mettre l’accent sur les autres composantes du genre pour renforcer son récit.

Notamment, développer la narration, la façon dont il compose son récit dans l’enchaînement des séquences. C’est sans nul doute la grande force de Quarello, qui semble avoir écrit son récit en double pages qui se font échos. Souvent, le découpage est identique des deux côtés créant des effets de comparaisons entre les deux temps montrés. Certaines s’offrent même le luxe de développer grâce à la couleur, une véritable symétrie qui renforce l’opposition entre personnages.  Et comme dans un film d’action, les moments forts semblent ne former qu’une seule et même séquence alors qu’on change de page. Le placement des personnages, des objets, créant une pure continuité visuelle.

Maurizio Quarello est extrêmement fort à ce petit jeu.

Un dessin réaliste pour une bouffée d’Histoire

La narration est brillante mais on ne peut pas dire que le dessin soit décevant. Il y a quelque chose d’un Gipi, dans le dessin de Quarello. Quelque chose de légèrement grossier et rougeaud chez ses personnages, mais plus réaliste que chez le dessinateur de La terre des fils. De moins écorché et peut être plus attaché au réalisme. Ce qui se traduit par une mise en couleur à la peinture, dans des tons très réalistes eux aussi. Les ambiances sont vraiment marquées, comme si l’on suivait un reportage.

Oserez-vous la découverte?

Si j’ai réussi à vous donner envie de faire une telle lecturé, n’attendez pas pour chercher Le partisan en librairie. Il sera commandable partout en France dans tous les cas. Et si votre libraire en a en stock, alors c’est tres bon signe quant à sa capacité à percevoir toute la richesse de la production bd en France…

Titre: Le partisan
Auteur: Maurizio AC Quarello
Editeur : Les éditions des éléphants
Date de publication : Octobre 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s