Wonder Woman Dieux et mortels Volume 1, Georges Perez, Greg Potter, Len Wein, Urban Comics

Wonder Woman Dieux et mortels tome 1: Georges Pérez réinventait Wonder Woman

Avec la présence de Wonder Woman au casting de Batman Vs Superman l’an dernier et avec l’arrivée du film solo, le moment était idéal pour Urban Comics. Enfin l’éditeur français peut proposer de belles rééditions des cycles quasi inédits de l’amazone symbole du féminisme chez DC Comics. Cette année 2017 commence donc avec des épisodes cultes, ceux dans lequel l’auteur Georges Pérez réinventait de manière moderne l’histoire de Wonder Woman.

Les dieux grecs se cachent pour mourir

Alors que l’humain commence à parcourir la Terre, Ares, dieu de la guerre, souhaite que ses semblables dominent les hommes par la peur. D’autres, autour d’Arthémis, Athéna, Apollon, Aphrodite, souhaite inspirer les mortels par des exemples de dévotion. Et pour ce faire, ils créent un peuple supérieur aux humains, capables de montrer de la grandeur afin que les dieux grecs soient toujours bien représentés: les Amazones. Immortelles, brillantes, fantastiques guerrières, l’une d’elle va pourtant sortir du lot, pour devenir, dans notre monde, celle que l’on connaîtra sous le nom de Wonder Woman.

Wonder Woman Dieux et mortels: l’histoire d’un reboot

Reprenons d’abord un peu de contexte, que vous sachiez ce que vous allez lire avec ce recueil.
En 1985, DC Comics décide de faire le ménage dans ses multiples séries et dans les histoires qui ont été produites depuis les années 30. Toutes les séries DC sont censées se dérouler dans un même univers, ou en l’occurrence dans un même groupe de Terres-parallèles. Sauf que c’est le bazar total et que personne n’y comprend plus rien.

Alors vient Crisis on Infinite Earths, qui va venir supprimer tout ce qui ne plaît plus à DC, tous les éléments de background les plus bizarres inventés en près de trente années de parution. Bref, on range les jouets, on fait la poussière et on part sur de nouvelles bases.
Superman va donc se voir doté de nouvelles origines officielles à travers le Man of Steel de John Byrne. Une réécriture qui va inspirer du monde et notamment Georges Perez, qui a pu approcher la mythologie de Wonder Woman à travers les Titans. Il se présente à l’éditrice en charge en même temps que Greg Potter et les deux vont être associés pour quelques épisodes, avant que Perez ne prenne la direction du titre, secondé aux dialogues par Len Wein.

Perez va donc réécrire les origines de Wonder Woman comme Byrne l’a fait avec Superman.
C’est la série dont nous parlons aujourd’hui.

Et donc, il y a quoi dans ce bouquin?

Impatients!
Georges Perez et Greg Potter reprennent le lien déjà existant entre les amazones et les dieux grecs. Mais cette fois-ci, ils conçoivent une intrigue qui va mettre complètement l’accent sur cette forme de filiation. Les amazones deviennent quasi une arme, ou au moins une pièce de jeu d’échec, dans la bataille que mène le dieu de la guerre Arès pour tuer son père, comme Zeus le fit de Chronos avant lui. Les deux auteurs travaillent sur cette idée de reproduction divine. Ils travaillent complètement la mythologie grecque pour la mettre au service de leur propos: faire de Diana, alias Wonder Woman, celle qui vaincra le dieu de la guerre.

Alors forcément, ça met du temps à démarrer, si l’on ne souhaite que lire les aventures de Diana. Celle-ci n’apparaît enfant qu’au bout de 37 pages et ne porte son costume icônique qu’à la 44e. Soit deux épisodes d’introduction.
Mais ça les vaut parce qu’ainsi, les deux auteurs ne laissent rien en suspens. Tout est dit, tout est clair. L’Histoire des Amazones est un pan important de ce reboot.

Ensuite, Diana va rencontrer Steve Trevor, elle va rejoindre le monde des humains et rencontrer la League de Justice, pour devenir petit à petit une héroïne.
Mais vous verrez que Potter et Perez continuent de développer le caractère atypique et franchement féministe du personnage tel qu’il a été conçu. Vous verrez que les questions d’amour, centrales habituellement dans les comics de super-héros, sont bien mieux traitées, avec bien plus de finesse, par exemple.
vous devriez apprécier aussi le personnage de la publicitaire qui met en scène Wonder Woman à son arrivée. C’est un personnage sacrément caustique.

Et puis, bien évidemment, vous aurez de nombreux affrontements épiques pour frissonner quand au destin de l’héroïne.

Georges Perez, la finesse du dessin

Quand Georges Perez arrive sur le titre, c’est déjà fort d’une belle expérience sur les comics de super-héros.
Il développe dans Wonder Woman, ce dessin qui, aujourd’hui encore, fait sa légende et son quotidien.

Un trait tout en finesse, d’une grande clarté, mais extrêmement travaillé. Perez n’est pas un adepte des masses de noir. Il laisse de très beaux aplats qui permettent aux coloristes de s’épanouir. Et si vous trouvez quelque chose de plus sombre, alors ce sera parce qu’il sera venu doter le dessin d’une masse incroyable de détails.

Mais Perez n’est pas seulement un dessinateur hors-norme, c’est aussi un narrateur. Et alors qu’il oeuvre sur une des plus grandes séries de DC, il s’offre le luxe par exemple d’un épisode tout en textes, accompagnés d’illustrations, qui fournissent tout un panel de point de vue sur Wonder Woman, dans le fil de l’histoire. Il ne craint jamais d’oser.
Surtout, il ne craint jamais de raconter avec la même ambition que ce qu’il invente. Les pages vous explosent au visage, les décors de l’Olympe sont à tomber par terre et à se tordre le cerveau.

Il n’y a rien à jeter

300 pages, 35 euros, comment passer à côté?

Wonder Woman Dieux et mortels est juste une occasion à ne pas rater pour découvrir qui est Wonder Woman, d’où elle vient et donc, d’où part le film à sortir ce printemps au cinéma.
Evidemment, la série New 52 a réécrit un peu ces épisodes, apporté une dimension supplémentaire, décalée. Mais ces pages se lisent parfaitement sans avoir envie de faire le bouclage avec les séries postérieures. On lit une tranche de récit culte, pour le comic-book américain. Rien de moins.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

18.5/20

 

Série: Wonder Woman Dieux et mortels
Tome: 1
Scénaristes: Georges Perez, Greg Potter, Len Wein
Dessinateur: Georges Perez
Encreurs: Bruce Patterson, Bob Smith, Georges Perez
Coloristes: Tatjana Wood, Carl Gafford
Editeur VO: DC Comics
Editeur VF: Urban Comics
Date de publication VF: Mars 2017
Nombre de pages: 392
Prix: 35€

 

 

Wonder Woman en comic-books

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s