Freaks’ Squeele tome 7- A-move and Z-Move (Vendredi Chronique)

Freaks' Squeele tome 7

Série: Freaks’ Squeele
Tome: 7
Titre: A-move and Z-Move
Auteur: Florent Maudoux
Editeur: Ankama
Collection: Label 619
Date de publication: Octobre 2015

Snif… Freaks’ Squeele, c’est fini…. bouh…. La série bd la plus geek et la plus référence prend fin avec ce septième tome, Florent Maudoux ayant le souhait de passer à quelque chose d’un peu différent.
Passons donc un dernier moment en compagnie de Chance, Ombre et Xiong Mao.

Le campus de la FEAH est désormais entouré d’un haut mur et cerné par les forces de police conjuguées à celles des super-héros. A l’intérieur, les étudiants entendent bien défendre leur université et ne pas se laisser traiter comme des super-vilains. Ombre entreprend de fédérer les peuples de la forêt, quand Chance lance un plan spécial pour gagner la sympathie des gens dans leur lutte. Mais quand on est un symbole de résistance, on prend le risque d’être ciblé par ses ennemis. Et le doyen Serviant à un plan radical pour se débarrasser de Chance, et faire que tout redevienne comme avant.

ON BOUCLE LES INTRIGUES ET CA VA FAIRE MAL

Nous y voilà. Florent Maudoux a livré le dernier opus de Freaks’ Squeele, en mode épique. Une ultime énorme baston de plus de cent quarante pages, avec des retournements à foison, des références cultes, des héros qui se surpassent, des badguy qui ont la classe et des méchants qui repoussent les limites de l’acceptable. C’est un feu d’artifice, une conclusion haute en couleur qui déploie l’ensemble de l’univers créé par l’auteur. Si vous avez aimé cette série jusque là, vous devriez y retrouver tous les ingrédients qui vous ont plu. Avec une petite dose d’émotion en plus, distillée régulièrement jusqu’au bout. Et beaucoup de sacrilège pour nous faire marrer.
Gros plaisir avec les « quatre cavaliers de l’Apocalypse », des personnages secondaires qui sont juste tous fantastiques, même si j’aurai aimé qu’on apprenne qui est la mort, juste histoire de voir ce que Maudoux avait en tête pour ce personnage là. Scipio et Funérailles ont juste la classe, et Cernunos est totalement barré. Un régal.

UN DESSINATEUR QUI OSE SE FAIRE PLAISIR

Pour ce feu d’artifice qui a demandé beaucoup à son auteur, celui-ci s’est aussi amusé à adopter des styles différents selon les chapitres. Entre le combat lui-même, la parodie de Love Hina, ou les adieux finaux, Maudoux s’éclate à adopter des techniques graphiques différentes, des outils différents. Et ça fonctionne. Parce que ça apporte des respirations.
C’est à mon sens le seul défaut sur ce travail, mais les pages noir et blanc sont souvent très sombre, beaucoup trop sombre. Et elles perdent un peu en lisibilité. Mais ces intermèdes viennent apporter des temps plus légers, viennent donner du rythme, alors la lecture n’en subit pas de conséquences particulières.

 

Voilà, il est temps de se dire au revoir. Je garderai un super souvenir de cette série croisant comics et manga, au rythme incroyable, à la folie assumée. J’aurai plaisir à retrouver Florent Maudoux dans ses prochains travaux, en espérant qu’il sache encore nous surprendre comme il l’a fait de bout en bout avec Freaks’ Squeele.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

16/20

Freaks' Squeele tome 7_ planche

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s