Freaks’ Squeele tome 6- Clémentine (Vendredi Chronique)

Freaks' Squeele tome 6

Série: Freaks’ Squeele
Tome: 6
Titre: Clémentine
Auteur: Florent Maudoux
Editeur: Ankama
Collection: Label 619
Date de publication: Septembre 2013

 

Cela faisait plusieurs tomes que j’achetais Freaks’ Squeele, mais je ne sais pas pourquoi, j’ai raté ce sixième tome. Mais finalement, au vu de la date de publication, je n’ai pas un énorme retard non plus. En tous cas, j’ai plaisir à retrouver et à vous reproposer la série so geek de Florent Maudoux. Attention, ceci constitue l’avant-dernier tome de la série, qui se conclura donc avec le tome 7.

 

Alors que Paris est en train de se voir envahi par d’horribles monstres sortis des enfers, Funéraille et Scipio se préparent à mener la contre-offensive. Claidheamor, le jeune héros de l’Université Saint Ange, est demeuré bloqué dans les enfers, et c’est son psychisme qui laisse échapper les créature. Ange doit donc se joindre à Funéraille, Chance et son père Cernunnos, pour sauver son ami et le monde. Pendant ce temps, Ombre et Xiong Mao, toujours amnesiques, essayent de rester hors de portée des conflits.

 

Toujours très sympathique, la série Freaks’ Squeele, même si je trouve un peu redondant la résolution des sept enfers par l’équipe de Funéraille. Ils satisfont les désirs profonds du héros piégé à l’intérieur et passent au suivant, c’est un peu longuet. Ceci dit, ça permet à Maudoux de s’amuser avec nombre d’éléments de la culture geek, dont les célèbres Pomf et Thud, commentateurs du jeu vidéo Starcraft II (si si, dans cet univers, ils sont célèbres). Les références aux sentaï ou à robotech sont aussi excellentes. Mais rien ne vaut l’histoire entre Xiong Mao et Ombre. Romantique, un brin tragique, les fleurs bleues en raffolent et en redemandent. Oui, moi aussi. Et puis il y a la conclusion qui concerne Claidheamor, complètement inattendue, super sérieuse et incitant à la réflexion. Sur la façon dont on reconstruit ses souvenirs après un traumatisme. Le tout donne un album très complet, très équilibré, qui satisfait le plus grand nombre.

Pour ce qui est du dessin, je reste impressionné par la productivité de Maudoux. Alors certes, parfois certaines cases sen ressentent, lorsqu’il va plutôt chercher l’énergie propre au style manga, mais il est tout autant capable de se dépasser et de livrer des cases dessinées à fond. J’aime. J’aime encore plus les scènes de nue pour Xiong Mao, non pour leur caractère éventuellement émoustillant, mais parce qu’on se rend compte que Maudoux n’a pas bâtit une héroïne banale. Des anches larges, de petits seins, ce personnage est finalement très humain, très réel, et à cette occasion on peut s’en rendre compte.

 

Paré à embarquer pour la dernière aventure de cette université pour héros ratés. L’ambiance est toujours à la hauteur, et l’auteur toujours aussi impressionnant dans cette réalisation au croisement du manga, du comic-book et du franco-belge.

Freaks' Squeele tome 6_ plancheLogo top bd16/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s