Tripoli (Lundi One-Shot)

Tripoli

Titre: Tripoli
Auteur: Youssef Daoudi
Editeur: Glénat
Date de publication: Juin 2014

 

Un peu de bd historique vous ne direz pas non? Je ne suis pas très bon sur ce créneau, ce n’est pas celui qui, paradoxalement (je suis un ancien étudiant en histoire), m’attire le plus. Mais de temps à autre je me laisse aller à flâner vers ce genre d’album. Et là j’en ai trouvé un qui m’a surpris par son thème, dont je ne connaissais rien. Les liens entre la Lybie et les USA au 18e et 19e siècle.

Le Pacha Yusuf Ben Ahmed Ben Sidi Ali Karamanli contrôle la ville de Tripoli et toute sa région au nom de l’Empire Ottoman. Il est à la tête d’une flotte de navires pirates qui écument la méditerranée. Pour se prémunir de leurs attaques, il suffit de payer un tribu. Mais quand les Etats-Unis décident de ne plus suivre les désirs du Pacha, alors la guerre commence. La première guerre des Etats-Unis hors de leur sol, une guerre qui ne laissa trace que dans l’hymne du corps des Marines.

Ce fût une lecture fort enrichissante, je remercie Youssef Daoudi d’avoir proposé ce projet, parce que je n’en connaissais rien du tout. Pour tout dire, de cette jeune Amérique, on ne nous apprend pas grand chose à l’école, et fondamentalement, la Révolution et la fondation de la République.
Et ce qui est doublement intéressant dans cette histoire, c’est qu’elle résonne d’une manière particulière après que les Etats-Unis, aux côtés de la France notamment, aient attaqué la Libye pour en déloger le dictateur. Il me semble qu’il y a une double lecture qui peut se faire qui n’est pas dénuée de sens. C’est le signe d’un scénario bien écrit. L’autre grand pari de ce livre, me semble-t-il, c’est de raconter une histoire qui ne se fini pas bien. On adhère aux différents personnages, on les suit avec plaisir et connivence, mais plus les pages passent, plus on se rend compte que le récit ne va pas se terminer comme on l’attend. Et ça, c’est sacrément osé. En bd, on trouve plus volontiers de Happy End que de fins en queues de poisson. Il fallait osé, même si c’était le simple respect de la réalité historique.

Pour ce qui est du dessin, je suis un petit peu moins enthousiaste. Youssef Daoudi a toute sa place dans la bd historique, mais comme pour pas mal de ses collègues, je trouve ses dessins un peu rigides. Avec un petit manque de précision dès lors que le cadre s’agrandi. C’est dommage. Ce sont les codes du genre, on ne va pas trop lui reprocher de les suivre. Surtout que ça ne nuit pas du tout à la lecture, le dessin restant d’un bon niveau global.

Un one-shot dont je n’attendais rien et qui s’avère intéressant et audacieux. Les amateurs d’Histoire doivent lire cet album. Ils n’ont aucune raison de passer à côté.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

16.75/20

Tripoli_ planche

 

Publicités

4 réflexions sur “Tripoli (Lundi One-Shot)

  1. Pingback: Tripoli | Le Bibliocosme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s