Lone wolf and Cub tome 5- Vent noir (Dimanche Manga)

Lone wolf and Cub tome 5

Série : Lone Wolf and Cub

Tome : 5

Titre: Vent noir

Scénariste: Kazuo Koike

Dessinateur : Goseki Kojima

Editeur VO : Koike Shoin Publishing Co, Ltd

Editeur VF: Panini Manga

Date de publication VF: 2004

 

Ne devrais-je pas me mettre à acheter Lone Wolf and Cub ? Je me pose sérieusement la question avec ce tome 5. J’emprunte pour l’instant la série en bibliothèque, mais elle me fait tellement forte impression, que je me dis que c’est une série que je pourrai vouloir dans MA bibliothèque. Pour la conserver, pour pouvoir dire aux gens qui viennent me voir : « tu veux un super manga de samouraï ? Bouges pas, j’ai ce qu’il te faut en stock. » Oserais-je franchir le pas ? Et à quel rythme ?

 

Les chasseurs sont sur la piste du Loup. Ogami Itto et son fils ont fait trop de vagues, et la famille Yagyu se sent menacée. Elle qui a fait tombé Ogami Itto et son clan, le soupçonne de préparer sa vengeance. Alors les choses se précipitent. Des tueurs sont dépêchés. La pression se fait sentir, le Shogun commence à se poser des questions sur les évènements qui conduisirent à la chute de son Kogi Kaishakunin.

 

Ce cinquième recueil est peut-être un peu moins fort que les précédents. Kazuo Koike s’attache à faire avancer l’intrigue globale de son histoire, ce qui lui laisse moins de temps pour mettre en scène les grandes situations iconiques qu’il affectionne tout particulièrement. D’ailleurs, c’est la seule séquence de cet ordre qui donne son nom au recueil français. Une situation étrange, décalée, qui envoie le ronin au milieu des rizières. On se questionne… Et puis la réponse vient en fin de chapitre et comme à chaque fois, on en reste bouche bée. Quel génie, quelle magnifique perception de l’esprit de cette époque.

De même, j’ai apprécié de découvrir les talents d’armuriers de certains artisans. Non sur les sabres, ça c’est commun, mais sur les fusils. Façon subtile d’évoquer les contacts avec les gaijins, sur la seule île qui accueillait de telles personnes. Inhabituel que de montrer ce genre d’éléments dans des histoires de samouraï, j’ai apprécié.

Pour l’intrigue globale, nous verrons à quel point elle avance. La série est longue, je le sais, je doute que le scénariste résolve tout aussi vite.

Bon, et ais-je encore besoin de vous faire les louanges de Goseki Kojima ? De son incroyable capacité à mettre en scène l’action, le mouvement ? De sa prodigieuse habileté à nous transmettre les émotions ? C’est toujours le cas. C’est juste du bonheur.

 

Quand je dis que ce tome est un cran en dessous des autres, c’est un petit cran. Et la série est tellement d’un très haut niveau, que ça en fait juste un volume de très belle qualité. C’est une petite pause, on va dire, avant de repartir de plus belle.

ET S ON DONNE UNE NOTE?

17.5/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s