Batman Eternal tome 1 (Jeudi Comics)

Batman Eternal tome 1

Série: Batman Eternal
Tome: 1
Scénaristes: Scott Snyder, James Tynion IV, John Layman, Ray Fawkes, Tim Seeley
Dessinateurs: Jason Fabok, Dustin Nguyen, Andy Clarke, Trevor McCarthy, Emmanuel Simeoni, Guillem March, Riccardo Burchielli, Ian Bertram, Mikel Janin, Guillermo Ortego
Encreur additionnel: Derek Fridolfs
Coloristes: Brad Anderson, John Kalisz, Blong, Guy Major, Tomeu Morey, Dave McCaig, Dave Stewart, Jeromy Cox
Editeur Vo: DC Comics
Editeur VF: Urban Comics
Date de publication VF: Mars 2015

 

Une série Batman hebdomadaire, tel fût le pari lancé l’année dernière par l’éditeur DC Comics. Scott Snyder et James Tynion IV, les deux grands agenceurs actuels du Batuniverse, furent mis à contribution pour proposer une intrigue globale qui puisse tenir sur une longue durée et sur une telle périodicité. Charge ensuite à différentes équipes de développer ces idées. Envie de découvrir un titre Batman qui tient en haleine? Vous êtes les bienvenus.

 

Batman a échoué. Il n’a pas réussi à protéger Gotham City? De qui? D’une figure majeure de son passé, que le justicier croyait hors de course. Pourtant, un ennemi est de retour, et son plan parfaitement muri va faire tomber les digues une à une. Première cible: Le commissaire Gordon. Le modèle de vertu peut-il avoir tué des innocents volontairement? Le GCPD retrouve de vieilles habitudes qui ne vont pas faire l’affaire du chevalier noir.

 

Une gigantesque fresque dans laquelle les principaux personnages du bat-universe évoluent tour à tour, voilà ce qu’est Batman Eternal. Un sacré défi, qui, du point de vue du scénario, est assez bien rempli. Le suspens est bien présent, on s’inquiète de bout en bout, notamment pour le commissaire Gordon qui est le premier à tomber et dont le destin à venir trame tout cet album. Mais surtout, les différents scénaristes impliqués offrent tambour battant une multitude de trames narratives qui exploite les publications récentes du Bat Universe. On retrouve la relation Carmine Falcone/ Catwoman, le personnage de James Gordon Jr. Red Robin vient permettre de questionner le rapport à la famille depuis la mort de Damian et le passage à tabac de Nightwing. Vicky Vale vient symboliser le pouvoir d’une presse qui fait levier contre la corruption. Et tout en jouant avec ces éléments, de nouvelles pistes sont introduites. Un personnage proche d’Alfred vient faire son apparition. Le personnage du Spectre permet d’introduire une dose de magie dans cet univers de guerre des gangs. Un grand manipulateur issu du passé de Bruce fait quelques apparitions. Stéphanie Brown, qui fût Batgirl avant le New52 est ramenée sur le devant de la scène pour un retour en grâce. Et il y a l’introduction de ce nouveau personnage, le lieutenant Bard, qui pourrait devenir un allié important du chevalier noir, si les scénaristes ne lui réservent pas un sort trop désagréable au fil de la série.
Et vous savez quoi? Tout cela reste parfaitement digeste. On ne se perd pas le moins du monde.

Le seul regret qu’on peut avoir en faisant cette lecture, c’est la succession de dessinateurs. Évidemment, tous ne sont pas égaux, et toutes les alliances ne sont pas heureuses. Autant un Jason Fabok livre une prestation impressionnante, autant un Ian Bertram me laisse beaucoup plus circonspect avec un style qui détonne violemment de tout le reste des épisodes.

 

En tous cas, je serai présent pour défendre le deuxième tome de Batman Eternal. J’ai pris beaucoup de plaisir à faire cette lecture, avec une intrigue globale passionnante. Perso, je ne demande pas mieux. Ah, si, une dernière chose. Je plains les lecteurs qui ont suivi ça semaine après semaine. L’attente n’a pas du toujours être facile.

Batman Eternal tome 1_ plancheLogo top bd17/20

5 réflexions sur “Batman Eternal tome 1 (Jeudi Comics)

  1. Pingback: Batman Eternal, tome 1 | Le Bibliocosme

  2. Une attente compliquée semaine après semaine ? En temps normal, c’est mois après mois, donc pour le coup c’était créé pour susciter l’engouement très rapidement. Après, personnellement, l’enchaînement forcément disparate des dessinateurs (comme tu dis et là le format hebdomadaire l’impose) et l’ « éternel » rabâchage par le duo de superviseurs m’ont gâché les quelques bonnes idées. Je ne suis pas abattu au point de tout lâcher, mais vivement que ça change un peu sur Batman, car ça tourne en rond là…

  3. Pingback: Scott Snyder et James Tynion IV – Batman Eternal | Sin City

  4. Quand tu fais du Monthly, tu ne mets pas autant de suspens, je trouve. Je ne retrouve pas cette tension dans les recueils de Monthly.

  5. Oui, c’est vrai qu’ils y sont moins incités, mais le format « single » sert de toute façon à ça, monthly ou weekly.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s