Batman Eternal tome 4, Snyder, Tynion, Collectif, Urban Comics

Batman Eternal tome 4

Série: Batman Eternal
Tome: 4
Scénaristes: Scott Snyder, James Tynion IV, Tim Seeley, Ray Fawkes, Kyle Higgins
Dessinateurs: Davide Furno, Paolo Arminato, Joe Quinones, Jed Dougherty, Goran Sudzuka, Roger Robinson, David Lafuente, Aco, Javi Fernandez, Alessandro Vitti, Christian Duce, Ronan Cliquet, Juan Ferreyra, Fernando Blanco, Alvaro Martinez, Raul Fernandez, Eduardo Pansica, Julio Ferreira, Robson Rocha, Guillermo Ortego, Tim Seeley, Ray Fawkes, Dustin Nguyen
Encreurs: Victor Oblazaba, Scott Hanna, Derek Fridolfs
Coloristes: John Kalisz, Kelsey Shannon, Lee Loughridge, John Rauch, Romulo Fajardo Jr., Dan Brown, Matt Milla, Juan Ferreyra, Marcelo Maiolo, June Chung, Allen Passalaqua, Gabe Eltaeb
Editeur VO: DC Comics
Editeur VF: Urban Comics
Date de publication VF: Janvier 2016

Bon, vous voilà pour ma chronique de ce jour, et je ne vous facilite pas les choses en vous offrant un comics de super-héros. Mais en plus, vous avez passé en revue les artistes engagés sur ce livre, et vous avez sans doute eu un mouvement de répulsion, tant le nombre de dessinateurs impliqué est écrasant. C’est beaucoup, certes, même sur 300 pages. Mais pourtant, on a là un excellent moment de comics Batman, qu’il serait dommage pour tout fan du personnage de rater.

Quelqu’un s’en prend à Gotham City et à Batman, poussant le commissaire Gordon en prison, faisant s’écrouler l’asile d’Arkham de l’intérieur, ou coordonnant tous les ennemis de Batman contre lui. Est-ce le Sphinx, cet adepte des plans complexes? Ou bien peut-être le seul capable de faire appel à des démons, Ra’s Al Ghul? Quel ennemi, est capable de mettre tant en oeuvre pour pourrir la vie du justicier et ravager ainsi sa ville? Réponse dans ces pages, pour la conclusion de la saga Batman Eternal.

UNE REUSSITE EDITORIALE

Je vais veiller à ne pas vous révéler la fin de cette histoire. Près de 1200 pages en tout, il serait dommage que vous perdiez le plaisir de la lecture juste pour avoir lu un avis sur le web.
D’abord, je me dois de saluer la cohérence éditoriale qui a permis de mener à bien un projet aussi ambitieux. Tant de scénaristes impliqués, il a fallu que la concertation soit solide pour arriver à ce que tout fonctionne. Scott Snyder et James Tynion IV, à la tête du pool créatif, ont réussi à produire une intrigue globale passionnante et une conclusion assez inattendue. Les scénaristes associés ont réussi à maintenir ce climat haletant, cette tension, malgré leur nombre important. Il est à noter que nous autres français sommes assez chanceux de pouvoir lire ces épisodes à la suite, d’un seul coup. Le support vient renforcer l’ambiance pesante de la série.
En repassant le fil des pages, je me rends compte que je ne garde en tête pas vraiment d’élément particuliers (en dehors du twist final dont je ne vous parlerai pas ici), mais une grande quantité de petites choses. Le personnage de Sialia, par exemple, nouvelle venue dans la Bat-Family, mais dont j’ai apprécié la fougue, l’assurance et l’humour. L’évolution de Sélina Kyle, qui n’en fini pas de prendre de la classe et de l’importance. Et puis Julia Pennyworth, autre création spécifique de la saga, qui fait un excellent apport au personnage d’Alfred et se montre tout aussi importante en tant que liaison de Batman, bien plus pro-active que son père.

LE BRASSAGE DES DESSINATEURS

Là, je dois dire que sur une telle proposition, j’ai quelque peu du mal à émettre un avis sur le dessin. Beaucoup de noms très peu connus, même des amateurs de comic-book. On sent que certains ont plus été choisi pour leur capacité à produire vite et correctement, que pour leurs ambitions artistiques. Il y a un côté industriel toujours un peu regrettable, mais sur une série hebdomadaire comme celle-ci, c’était sans doute nécessaire.
Et au final, on n’est pas vraiment gêné par cela. Une fois accepté cette contrainte, on se laisse emporter par le flot des pages. Évidemment, il y a toujours des artistes qui auront notre préférence, mais dans l’ensemble, la proposition est vraiment plus que correcte.

 

Feu d’artifice final, donc, qui vient vraiment prendre l’essence feuilletonesque du comic-book. On dévore les épisodes un à un, on sent des enjeux incroyables, et la conclusion vient nous mettre une patate incroyable. Perso, ça me va bien.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

17.5/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s