Les Tuniques Bleues tome 34- Vertes années (Samedi Classique)

Les Tuniques Bleues tome 34

Série: Les Tuniques Bleues
Tome: 34
Titre: Vertes Années
Scénariste: Raoul Cauvin
Dessinateur: Willy Lambil
Editeur: Dupuis
Date de publication: Novembre 1992

Je suis particulièrement étonné de ne pas vous avoir proposé cet album jusque là. Autant le dire directement, c’est sans doute mon album préféré des Tuniques Bleues. Et pourtant, il était passé à l’as. C’est donc un plaisir que de rattraper cette petite erreur et de vous faire partager ce bon moment.

 

Blutch a réussi à se faire la belle. Du moins le pensait-il, mais Chesterfield est du genre persévérant, et il a réussi à mettre la main sur son camarade. Ils passent la nuit dans un petit village avant de repartir rejoindre le reste de l’armée. Blutch est mis en prison tandis que Cornélius, lui, rejoint l’hôtel d’en face. A l’intérieur, un homme l’interroge sur celui qui se trouve en cellule. Il a l’impression de le connaître, d’avoir connu un gamin qui lui ressemblait, dans le passé. Un certain… Blutch.

 

Oui, voilà donc l’histoire de Blutch, celle que Cauvin n’avait pas vraiment détaillé jusque là. On connaissait celle de Chesterfield via Blues Retro, avec son papa, sa maman et tout le reste. On avait vu Blutch à cette occasion, tenir un bar. Mais avant? Avant, c’est dans ce tome que ça se passe. Cauvin dresse le portrait d’un gamin pas aidé mais débrouillard et doté d’une gniaque sans nul pareil. Un gamin épris de liberté. Tout le portrait du soldat qu’on connaît. Cauvin livre une prestation presque parfaite. Sensible, drôle, attachante. Blutch était déjà à mes yeux le préféré du duo, il l’est devenu encore plus après la lecture de cet album. Alors oui, la rencontre entre Chesterfield et le doc est un peu tirée par les cheveux, un peu facile… Mais quand l’histoire est belle, il n’est pas besoin de mégoter ainsi. Prenons juste le plaisir à lire un bon récit, qui montre bien toute la tendresse de l’auteur pour son personnage. Je ne vous en dis pas plus sur le contenu, c’est un récit qu’il faut suivre au rythme de ses personnages.

Pour ce qui est du dessin, comme toujours, je n’ai rien de plus à dire que le fait que Lambil assure. Toujours aussi bon, toujours aussi pertinent. Ca en devient lassant, je vous jure, quand on écrit plusieurs chroniques…

 

Allez, si vous aimez un peu cette série, Vertes Années est LE tome à ne pas rater. Un des meilleurs sur toute la série, on n’est pas encore arrivé dans la partie où Raoul Cauvin n’a plus grand chose à dire. Il n’y a aucune raison de ne pas savourer cette histoire.

Les Tuniques Bleues tome 34_ plancheLogo top bd16.75/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s