Etoile Rouge (Samedi chronique)

Etoile-RougeTitre: Etoile Rouge
Scénariste: Vincent Brugeas
Dessinateur: Ronan Toulhoat
Editeur: Akileos

 
Uchronie de Block 109, quelques années avant les évènements en question.
L’escadron Normandie est un groupe de pilote de chasse de la France Libre, en poste près de Leningrad, depuis Staline a reconnu à son tour les forces de De Gaulle. Marcel est l’un d’entre eux. Et le jour où à bord de son vieux Yak-3, il parvient à détruire un appareil de la Luftwaffe plus rapide et plus maniable que lui, il devient un véritable objet de propagande. Problème, les Nazi ont bombardé l’Angleterre et les Etats-Unis avec des bombes atomiques, et l’URSS reste désormais seule en lice dans la guerre. Que faire de ces pilotes sans patrie, et même pas communistes?

Deuxième ouvrage consacré à l’univers créé par Vincent Brugeas, Etoile Rouge diverge de son prédécesseur sur la forme et sur le fond. Volonté des deux auteurs, afin de bien marquer que ce sont toujours des one-shots indépendants, sans autre lien que leur univers commun.
Divergence de forme d’abord. Moins épais que Block 109, Etoile Rouge présente une maquette différente, avec couverture cartonnée.
Divergence de fond, ensuite, car Etoile Rouge est malheureusement bien moins riche que Block 109. Brugeas et Toulhoat cherchent des idées à développer sur leurs univers, avec un intérêt tout particulier du scénariste pour le travail de la chute. Mais j’ai envie de dire qu’il aurait fallu densifier un peu le reste. Je suis bien d’accord qu’il n’était pas possible de produire plusieurs fois la richesse du précédent album, mais je trouve l’intrigue un peu légère, et en tous cas traité avec trop de superficialité. Brugeas nous parle de propagande, de stakhanovisme (et donc des conditions de vie ouvrières), de sentiment d’échec, mais je trouve qu’il passe toujours un peu trop vite. Il aurait mieux fait de prendre un peu plus de place. Certes, on voit bien ce qu’il veut dire, ce qu’il veut présenter, mais l’œuvre manque globalement de liant.
Le dessin, lui, est toujours à la hauteur, Ronan Toulhoat réussissant plutôt bien son hommage aux séries d’aviation classique.

Donc, pas mal, mais peu mieux faire. J’attends encore avec envie le prochain tome ambiance jungle congolaise et hélicoptères de combat. Après tout, on a le droit à une erreur. Mais assurément, le prochain album sera décisif dans l’intérêt que je porterai au reste de la gamme.

4 réflexions sur “Etoile Rouge (Samedi chronique)

  1. benjamin Il y a 4 ans

    Je te rejoins complètement sur ton analyse d’Etoile Rouge, je dois avouer avoir été un peu déçu.
    En revanche, j’en ai beaucoup discuté avec Ronan et Vincent lorsqu’il sont venu à la librairie (d’ailleurs, pour ceux qui ne l’auraient pas lu, il y a un interview d’eux sur le blog de la librairie
    Glénat ^^).

    Leur idée de base était de faire un hommage appuyé à l’escadrille Normandie Niemen, l’aviation et le Normandie-Niemen étant des sujets qui les fascine, ensuite, ils voulaient faire la part belle
    aux combats aériens, et un combat aérien, ça prend de la place en terme de pagination ! D’où cette impression de vide au niveau du contenu. De plus, ils voulaient sortir cet album le plus vite
    possible derrière Block 109, du coup, peut-être un léger gout d’inachevé.
    Mais Ronan et Vincent, si ils sont tout a fait content d’avoir fait cet album, ne sont pas satisfait à 100% d’étoile rouge, alors, je pense qu’ils vont mettre les bouchées double sur le prochain
    album à paraitre en janvier prochain !!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s