Cellule Poison tome 2- Qui suis-je?, Laurent Astier, Dargaud

Il faut battre le fer tant qu’il est chaud! Platitude certes, mais ça désigne bien ce que j’essaye de faire avec Cellule poison (d’autant que je vais vite manquer de temps, mais ça, une vidéo vous en parlera d’ici une quinzaine de jours). Découverte cette année suite à l’album Face au mur, je prends plaisir à replonger dans le passé pour découvrir ce polar bien grinçant. En espérant vous donner envie de faire la série à votre tour.

Cellule poison tome 2: Le guide du routard albanais

Clara est maintenant pleinement infiltrée au milieu des prostituées lyonnaises. Son enquête sur la filière albanaise se poursuit, même si les filles lâchent peu d’informations sur leurs proxénètes. L’Albanie, c’est là-bas que se devra se rendre Clara pour remonter à la source même des trafics. Zoran, natif du pays, sera à ses côtés. Mais leur duo risque de les mener au danger. Zoran a ses propres objectifs. Et Clara pourrait bien se montrer en difficulté psychologique face à son infiltration.

Mêler les temporalités, une spécialité de Laurent Astier

Il travaillait beaucoup la question dans Face au mur, on découvre avec ces deux premiers tomes de Cellule poison que la question de la temporalité dans la narration est plus qu’importante pour Laurent Astier.

Déjà à cette époque, il mêle les trames temporelles de son récit pour nous offrir différents points de vue sur l’évolution de ses personnages. Il livre des tranches de vie et nous laisse faire nous-même le montage. Il nous laisse cogiter pour comprendre la façon dont il a conçu l’évolution des premiers rôles.

Certains pourront trouver le procédé déroutant, j’aurai pour ma part une grande satisfaction à être pris pour quelqu’un d’intelligent. L’auteur parie sur notre implication dans la lecture et c’est toujours un pari osé, le lecteur préférant parfois être dans une position plus passive.

Une réalité qui donne la nausée

Encore une fois, ce deuxième tome confirme tout le bien que l’on pouvait penser à la lecture de Cellule Poison tome 1.
C’est à dire que Laurent Astier livre une description très poussée du milieu de la prostitution et sa balade en Albanie va vous laisser un goût sacrément amer en bouche. On est plongé au coeur des mécanismes de la traite humaine avec tout le mépris de ces hommes pour la vie des femmes qu’ils vendent comme du bétail.

Astier ne charge jamais la barque, ne tombe jamais dans une forme de violence gratuite. C’est sans doute ce parti pris qui rend les scènes plus dures encore à suivre. Notamment la violence de la toute dernière, qui plombe carrément l’ambiance tant l’empathie s’était créée auparavant.

Rien de neuf sous le soleil: que du bon

Je terminerai donc sans évoquer plus largement le dessin, car celui-ci s’avère tout aussi pertinent qu’il n’était dans l’album précédent. Là encore le jeu de couleur continue d’apporter de la force à la narration.

Et c’est bien ainsi qu’il faut prendre ce deuxième tome de Cellule Poison. Comme la poursuite d’une oeuvre de grande qualité, avec une belle cohérence. Il n’y a qu’à se laisser porter et savourer sa lecture tout en attendant avec impatience de lire l’album suivant.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?
17/20

 

Série: Cellule Poison
Tome: 2
Titre; Qui suis-je?
Auteur: Laurent Astier
Editeur: Dargaud
Date de publication: Avril 2007

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s