Nausicaä de la vallée du vent tome 1, Hayao Miyazaki, Glénat

 

Voici donc aujourd’hui un grand classique du manga, une oeuvre qui a marqué on époque, autant par son créateur, ses personnages ou ses thématiques.
Autant dire que nous avons là un incontournable du genre. Mais parfois, certaines oeuvres passent mal l’épreuve du temps. Pas d’inquiétude à avoir pour les fans du réalisateur de films d’animation: Hayao Miyazaki était déjà un grand raconteur d’histoires.

Nausicaä tome 1: toute l’essence de Miyazaki

La Terre, plusieurs milliers d’années dans notre futur. Une grande guerre a ravagé les civilisations humaines qui ne s’en sont jamais remises. Désormais, la terre est ravagée, des spores mortels s’échappent d’une mer végétale, la Mer de la décomposition, où vivent des insectes géants dangereux. Des humains parviennent toutefois à vivre à son bord. La vallée du vent a pour nouvelle dirigeante Nausicaä, fille de Jill, précédent chef. Une jeune femme unique, capable de sentir les vents comme personne et de comprendre les animaux. Mais quand la guerre entre royaumes voisins éclate, la Vallée doit répondre présent et rejoindre au combat son allié, le puissant empire Tolmèque.

Les prémices de Princesse Mononoke

Hayao Miyazaki est un artiste engagé, dont ont comprend rapidement quelles sont les thématiques fortes, au moindre de ses films. La préservation de la nature, la place de l’homme au sein de celle-ci, etc…
Mais en lisant ce premier tome de Nausicaä, on se rend compte que ces centres d’intérêt sont bien plus anciens. Et soyons tout à fait direct. D’une certaine façon, Nausicaä contient les prémices de Princesse Mononoke, l’un des grands chef d’oeuvre de Miyazaki réalisateur. Un personnage féminin fort, en lien avec la nature. Un personnage masculin plus secondaire, qui vient en soutien. Une nature personnifiée (les insectes, dans le cas présent). L’idée que les hommes ont blessé la nature et que la nature agit en conséquences… Si tout ça ne vous fait pas penser à Mononoke, je ne sais pas ce qu’il vous faut. La scène d’attaque par l’Ômu dans se manga, est très proche de celle du sanglier dans le film.

Bref, le réalisateur ne vient pas de nulle part.

Ce qui fait le charme de Nausicaä

Il serait injuste de résumer cette oeuvre à son seul lien à la carrière future de l’auteur.
Parce que son univers et son héroïne, par eux-même, sont énormément attachants.

D’abord, la personnalité de son personnage principal. Elle frise la perfection cette jeune femme. Compatissante, intelligente, ouverte sur les autres, qu’ils soient humains ou animaux. Elle a cette belle part de mystère quant à ses pouvoirs et aux conséquences qu’ils ont sur son caractère. Le mélange idéal. C’est une meneuse, une stratège et une personne au grand coeur. Que demander de plus? C’est normal qu’elle soit devenu une icône du manga, sacrée meilleur personnage à une époque.

Et c’est elle qui nous fait découvrir ce monde et les réflexion qu’il ouvre sur notre propre rapport à la nature.
Un monde toxique pour les humains, qui ne veut plus d’eux tant ils l’ont souillé. Man vs Wild, là, cela prend tout son sens. Mais doit-on, au final, lutter contre la nature? C’est la question que commence à poser Miyazaki et dont je serai ravi de découvrir la réponse.

Finesse et densité du dessin

Quelle claque ces pages de Miyazaki! L’édition Glénat est déjà plus grande qu’un format manga classique, mais je suis sûr qu’on pourrait aller encore plus loin tant le dessin est époustouflant.

Il y a une masse de travail dans la moindre case, tout juste impressionnante. Le travail des ombres, des hachures, des lignes de mouvement, nous en met plein la vue tant il est poussé. Il y a du Moebius, là dedans, une communauté d’esprit en tous cas. et le trait est d’une précision, d’une finesse, que chaque case est parfaitement lisible.
C’est bien simple, on dirait de petites gravures.

Les vieux classiques, ça ne ment pas

Oui, clairement, Nausicaä mérite son statut de référence du manga. Hayao Miyazaki est totalement inspiré, parfait dans tous les aspects créatifs. il n’y a qu’à s’incliner et à prendre le temps de découvrir cette belle pièce d’antiquité qui n’a pas à rougir de la comparaison à la modernité.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?
18.5/20

 

Série: Nausicaä de la vallée du vent
Tome: 1
Auteur: Hayao Miyazaki
Editeur VO: Nibariki Co Ltd
Editeur VF: Glénat
Date de publication VF: 1982
Date de publication VF: Août 2000

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s