Mickey Mouse- Café zombo, Régis Loisel, Glénat

Sans être irrespectueux pour les autres auteurs sélectionnés par Glénat pour produire du Mickey « à la française », celui de Régis Loisel était sans doute celui qui excitait le plus les fans. L’artiste est devenu une référence dans le monde de la bande dessinée franco-belge et le voir livrer sa propre perception du personnage était toute une promesse. C’est donc avec un album à l’italienne, référence au Mickey de ses grands débuts, que Loisel nous est arrivé en 2016. Avec une grosse claque de bd, encore une fois.

Mickey Mouse- Café Zombo: Le franco-belge américain à l’italienne

Mickey et Horace sont dépités. Impossible pour eux de se faire embaucher sur le chantier près de chez eux, les contre-maîtres refusent systématiquement et sans bonnes raisons de les prendre. Alors plutôt que de se morfondre, ils décident d’emmener Minnie et Clarabelle en vacances en caravane.
Tout ceci fait bien l’affaire de Pat Hibulaire qui tenait justement à ce que Mickey débarrasse le plancher pour permettre à son patron, le banquier véreux Rock Füller, qui a besoin de tranquillité pour mener des expropriations pas très légales.

Régis Loisel, la force de la narration

Si vous avez la chance d’assister au décryptage du travail de Régis Loisel, sur une vidéo, une conférence, surtout, ne ratez pas l’occasion, parce que l’artiste est un champion en termes de narration.
C’est à dire qu’il est extrêmement doué pour composer ses planches et créer des schémas cohérents dans ou entre ses pages. La Quête de l’Oiseau du temps est un superbe sujet d’étude.

Mais ce Mickey l’est tout autant. Bien que travail de commande, Régis Loisel a fortement imprégné l’album de SA conception de la bande dessinée. Il a choisi un format à l’italienne, soit une sorte de demi-A4 allongé, et croyez bien qu’il utilise parfaitement ce format pour créer une plus grande dynamique.
Son terrain de jeu principal, c’est la double page. Quand deux pages se font face. Elles sont généralement construites de sorte à ce que le lecteur soit imprégné d’une ambiance propre et qu’il soit amené à rejoindre la page de droite avec une forme d’évidence, quand il termine celle de gauche.

Des mots, des mots, je le reconnais. Je reste généraliste. Alors soyons précis.
Sur une double planche, Donald essaye de mettre son bateau à l’eau. Évidemment, il va avoir beaucoup de mal. En ligne 1, Donald pousse le bateau jusqu’à en devenir tout rouge. En ligne 2, Donald réfléchit et met en œuvre une solution. En ligne 3, soit la seconde page, on revient à un Donald rougeot forçant pour mettre le bateau à l’eau. La ligne 4 venant à nouveau proposer une réflexion du personnage.
Autrement dit, entre la page 1 et la page 2, on a le sentiment d’un unique strip qui verrait se concentrer tout l’effort de Donald. Il y a du lien entre les deux pages, une forme de continuité.

C’est ça, notamment, la narration à la Loisel.

Mickey, le héros des petits et des adultes

Mais un album de bande dessinée, ce n’est pas qu’une narration, c’est aussi une histoire.
Sur ce plan là, Régis Loisel semble en partie revenir aux bases du personnage de Mickey, c’est à dire un héros pour les gens qui ne sont rien. Mickey est un simple manœuvre dans une Amérique des années 30 en pleine crise économique. Il n’a pas beaucoup d’argent, mais il a du caractère et un fort sentiment de Justice, qu’il n’hésite pas à mettre en œuvre quand la situation s’avère injuste non seulement pour lui mais pour tous ceux qui sont comme lui. Il combat le grand Capital, mine de rien, avec Régis Loisel, le Mickey. Une caricature de Rockfeller.

Mickey, personnage gauchiste, limite communiste? Libertarien peut-être, au sens où toute domination lui serait insupportable, quelle qu’elle fût. Loisel joue sur cette partition, ce qui donne un vrai sentiment de profondeur à l’histoire. Rassurez-vous, il y a les phases de bagarre enfantines, les scènes où Mickey joue les sauveurs un peu gratuitement, toute cette partition propre à une publication pour enfants, ainsi que toute la galerie de portaits qu’on attend de retrouver.

Café zombo un album familial?

Mais justement, on peut penser que l’on a affaire à un album tout public qui va autant séduire les lecteurs du journal de Mickey que les adultes. Bon, certes, principalement les adultes, mais justement, ça doit pouvoir se lire en famille, ce café zombo…

ET SI ON DONNE UNE NOTE?
18/20

Auteur: Régis Loisel
Editeur: Glénat
Date de publication: Novembre 2016

Publicités

2 réflexions sur “Mickey Mouse- Café zombo, Régis Loisel, Glénat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s