Stupor Mundi, Nejib, Gallimard

stupor-mundi

Stupor Mundi, par Nejib: La lumière du Moyen-âge

Album primé à Quai des bulles, mis en valeur par de nombreux commentateurs et professionnels du monde de la BD, j’étais pour ma part passé à côté de Stupor Mundi. Je n’avais pas eu l’occasion de rencontrer ce livre et pas cherché non plu à la provoquer.
Mais je refuse de rester à distance d’un petit phénomène d’édition. Bilan, un excellent bouquin mais…

La Science face au fanatisme religieux

L’Empereur Frédéric II, Stupor Mundi, a rassemblé les esprits les plus brillants de son époque dans un château afin de leur permettre de développer leurs recherches. Un nouvel arrivant est accueilli et tous les savants ne voient pas d’un bon oeil l’arrivée de ce musulman à la réputation sulfureuse. Hannibal Qassim El Battouti fuie Baghdad avec sa fille et leur garde du corps. Il désire terminer une machine révolutionnaire, qui vient remettre en cause les dogmes religieux. Pourra-t-il mener son projet à bien?

Les inventions peuvent-elle naître à un mauvais moment?

Indéniablement, Nejib propose un très bel album. Une histoire passionnante, à la frontière entre l’Histoire et la fiction, qui vient nous rappeler deux choses: que le moyen-âge n’est pas une période d’obscurantisme total et que les pays de culture musulmane ont longtemps été à la pointe de la Science.
Mais pas que, et c’est ça qui est vraiment plaisant dans cette histoire. Il y a ces enjeux liés à la Recherche scientifique, à la difficulté d’innover et donc de sortir de la norme acceptable. Un véritable débat éthique en somme, qui se tient toujours aujourd’hui, jusqu’où est-il acceptable d’aller?

Et il y a une histoire de famille, une histoire forte, psychologique, entre Hannibal, sa fille et une mère que l’on comprend décédée violemment. C’est autant une quête scientifique pour Hannibal qu’une psychothérapie pour sa fille. Tout se mêle, les enjeux particuliers et intimes comme ceux universels. C’est extrêmement réussi.

Il y avait un mais, dans le premier paragraphe…

Mais donc, je n’arrive pas à être enthousiasmé par cet album. Malgré son scénario brillant et le fait que je l’ai lu avec intérêt, je n’ai pas réussi à entrer en empathie avec les personnages. Je suis resté en surface, à apprécier l’intelligence du propos, mais je n’ai jamais été accroché.

Peut-être le dessin joue-t-il dans ma difficulté. J’aurai aimé quelque chose de plus fou. Le dessin est simple, tout à fait dans la veine d’un certain style, initié par l’Association dans le passé. Mais même la narration ne m’a pas paru particulièrement marquante.  Bien exécuté, mais manquant d’une certaine ampleur.

Bilan, allez lire Stupor Mundi

Comme vous pouvez le constater, mes regrets sont certes argumentés, mais ils répondent à des considérations très personnelles qui ne vous toucheront peut-être pas. Autrement dit, je vous engage à vous faire votre propre avis. Soyez certains que vous lirez un bon livre.
Vous, vous ne passerez peut-être pas à côté

Titre: Stupor Mundi
Auteur: Nejib
Editeur: Gallimard
Date de publication: Avril 2016
Nombre de pages: 287 pages

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

17.5/20

stupor-mundi_-planche

Gallimard BD en quelques albums

Légendes de la garde tome 2Le localUn thé pour Yumiko

 

 

 

 

Au moyen-âge en BD

BouffonNorthlanders tome 1Un jour sans

Advertisements

4 réflexions sur “Stupor Mundi, Nejib, Gallimard

  1. Pingback: Stupor Mundi | Le Bibliocosme

  2. Pingback: Stupor Mundi | Bedea Jacta Est

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s