Les maîtres inquisiteurs tome 6- A la lumière du chaos, Jean-Luc Istin, Stefano Martino, Soleil

les-maitres-inquisiteurs-tome-6

Les maîtres inquisiteurs tome 6: un final intense mais intelligent

Voici donc le 6e et dernier tome de la série Les maîtres inquisiteurs, une des séries concept lancées par Soleil. Venant apporter un final regroupant tous ses héros, le scénariste Jean-Luc Istin livre une conclusion épique mais surtout bourrée de réflexions inattendues dans ce genre d’albums.

Quand les mystères sont révélés

Les attaques contre les maîtres inquisiteurs se multiplient et les mages tombent un à un. Il n’y aurait pas eu pire moment avec l’arrivée prochaine des empereurs d’Oscitan dans la capitale de l’ordre. Mais pour le maître Nikolaï, tout est évidemment lié. Il va donc rassembler tous ceux qui ont eut affaire au mystérieux sorcier noir qui semble à l’œuvre derrière la machination.

Supranationalité et usage du pouvoir: Istin nous surprend

Attention à ce que je n’ai pas écrit et que je n’ai même pas sous-entendu. Je ne pense pas que Jean-Luc Istin soit un scénariste basique. Mais les séries concept sont rarement le lieu où les scénariste développent des propos très engagés. L’heroïc-fantasy non plus.

Alors forcément, sur une série concept de fantasy

Et pourtant vous auriez tort de sous-estimer les maîtres inquisiteurs et leur sixième tome. Istin y développe de nombreux questionnement tout à fait intéressant par le biais de son univers qui, rappelons-le, est quand même géographiquement basé sur l’Europe.

L’ordre a été construit comme une entité supra-nationale, qui s’impose à toutes les nations et même aux empereurs. Ils sont la Justice, impartiale et sans contrôle. Comment ne pas y voir une allusion aux questions qui secouent notre continent? À l’Union Européenne si insupportable que les britanniques l’ont quittée ? C’est une intrigue secondaire, soit, mais le personnage d’Aronn y consacre toute une scène, ce n’est donc pas négligeable. Comment percevoir une Justice qui ne répond qu’à elle-même, quand bien même elle soit moralement Juste? L’Europe se pose aujourd’hui les mêmes questions. Bravo au scénariste d’avoir su glisser de telles réflexions.

Et enfin, le lien entre la guerre et la puissance des inquisiteurs éclate dans le récit. C’est bien le corps de l’histoire de la série. Sur un fond intéressant, appelant à la maîtrise du pouvoir et à la mesure, cela procure un final détonnant, épique, dans lequel les maîtres dévoilent leur vrai potentiel. Même Mihael le “jardinier” se montre impressionnant,  c’est dire. Quand tu finis à coup de dragons géants, le lecteur se pose et savoure une bonne tranche de bourrinisme.

Stefano Martino : pour le plaisir…

Le dessinateur italien qui s’illustre notamment sur les différentes séries concept de Soleil, évolue à vue d’oeil et pour qui suit un peu son travail, ce n’est désormais que plaisir de le retrouver. Il prend une place solide dans le dessin mainstream de Fantasy et l’éditeur a raison de mise sur lui. Il livre sur ce sixième tome de très belles planches et il fallait du courage pour faire face à l’ampleur des évènements mis en scène. Chapeau, signor Martino!

Au revoir les maîtres inquisiteurs!

Dans la dernière case, Jean-Luc Istin semble poser les bases d’une nouvelle histoire dans l’univers des maîtres inquisiteurs. Si ce n’était pas le cas, ce ne serait pas un soucis. Nous avons déjà là une bonne petite série cohérente, au ton différent de ses consoeurs. Ce n’est en rien une honte que de se montrer pertinent en 6 albums.

 

Série : Les maîtres inquisiteurs
Tome: 6
Titre: A la lumière du chaos
Scénariste: Jean-Luc Istin
Dessinateur: Stefano Martino
Coloristes: Digikore studios
Éditeur: Soleil
Date de publication: Janvier 2017
Nombre de pages: 72

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

17/20

les-maitres-inquisiteurs-tome-6_-plancheLa Fantasy en bande dessinée

Les chroniques de Claudette- Chasseuse de DragonsLes feux d'Askell tome 1La quête de l'oiseau du temps tome 1

Advertisements

3 réflexions sur “Les maîtres inquisiteurs tome 6- A la lumière du chaos, Jean-Luc Istin, Stefano Martino, Soleil

  1. Tu peux vraiment. Les 6 tomes ont tous quelque chose d’intéressant. Avantage, on sait qu’on part dans une lecture courte, avec ce nombre restreint d’albums.

  2. Pingback: Nains tome 6- Jorun de la Forge, Nicolas Jarry, Pierre-Denis Goux, Soleil | Les Chroniques de l'invisible

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s