Warramunga, Sergio Toppi, Mosquito

warramunga

Warramunga, par Sergio Toppi: gare au bush!

Mosquito, l’éditeur français attitré de l’italien Sergio Toppi, nous offre en ce mois de janvier 2017 une réédition d’un ancien album de l’artiste paru initialement en 2002. C’est l’occasion de le redécouvrir si vous étiez passé à côté mais surtout de mettre en avant encore un peu plus l’incroyable dessinateur qu’est Sergio Toppi.

Respectes ce monde, ou il sera ta fin

Le bush sud-africain, à la fin du XIXe siècle. L’homme blanc l’a envahi et il tente d’en prendre le contrôle, sans chercher à comprendre le pouvoir qu’il recèle. Comme un parasite, il va, vient et pille. Mais ceux qui ont toujours vécu là savent, eux, que le bush décide seul, à la fin, de qui vivra.

Warramunga: magie noire et vengeance

Deux histoires pour cet album. La première, qui donne son titre au recueil, est la plus courte. Treize pages, pour suivre deux criminels en goguette dans le bush, bien décidé à ne pas prendre en considération le vieux fou. La seconde, voit deux riches blancs en pleine partie de chasse, où le gibier s’avère être un des rabatteurs noir.

Dans les deux cas, Sergio Toppi écrit sur la vengeance d’une terre colonisée par les blancs. Le vieux fou a été méprisé, utilisé, trahi? Cela coûtera cher aux deux blancs. La vie, en fait. Quant aux chasseurs faisant bien peu de cas de leur assistants noirs, là encore, la vengeance de la terre d’Afrique aura un goût amer.

Deux histoires simples mais grinçantes, dont j’ai apprécié le caractère entier. Il est bon, pour une fois, de voir l’Afrique triompher de ses envahisseurs blancs. Rêves, romance, fiction, fantastique… Peut-être, peut-être. Mais la revanche a parfois un goût bien agréable, surtout quand les personnages qui la subissent caractérisent autant la bêtise des colons européens du XIXe siècle.

Sergio Toppi, l’artiste de la texture

Ceci dit, très sincèrement, si je lis du Sergio Toppi, ce n’est pas tant pour ses histoires (elles sont bien, ce n’est pas la question) que pour ses dessins. Et là, c’est un pur régal visuel à chaque page…

La maîtrise du noir et blanc, chez cet artiste, est juste bluffante et l’artiste est décidément trop peu estimé dans la bd actuelle. Il a une façon de travailler son dessin qui est juste époustouflante. Toppi, c’est presque de la 3D sans les lunettes. Par la façon qu’il a de tracer les traits des objets, des personnages, de créer ombres et lumières, on dirait qu’il cisèle littéralement des planches de pierre pour créer des bas-reliefs. Toppi, il faut prendre le temps de l’admirer, autant que de le lire. Chaque case est un petit tableau, chaque page est pensée pour procurer une narration dynamique et éclatante.

Toi aussi, viens lire du Toppi

Je vous ai donné envie? Les dessins présentés dans cette page vous parlent? Pour retrouver plus de Sergio Toppi, direction l’éditeur grenoblois Mosquito. Ils proposent un véritable banquet de Toppi, tout ce qu’il faut pour vous régaler, en amateur de dessin autant que de bande dessinée.

N’hésitez pas à commander Warramunga, il est toujours utile de promouvoir auprès de son libraire, les petits éditeurs.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

17/20

Titre: Warramunga
Auteur: Sergio Toppi
Editeur: Mosquito
Date de publication: Janvier 2017
Nombre de pages: 56
Prix: 14€

 

 

warramunga_-planche

L’AFRIQUE EN BANDE DESSINEE

419 African MafiaLa fantaisie des dieuxNouvelles Graphiques d'Afrique

 

 

 

 

LES EDITIONS MOSQUITO

Carnaval-RougeLa-mort-dans-les-yeuxTanka

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s