Tangala tome 1- L’aristo gasy, par Motus et Tojo, Des bulles dans l’océan

tangala-tome-1

 

Tangala, par Motus et Tojo: les malgaches face à la décolonisation

Des bulles dans l’océan est une petite maison d’édition rencontrée au fil de mes pérégrinations sur le net, qui produit des albums de bande dessinée créés par des auteurs issus de l’océan indien. Ils produisent cinq albums par an en moyenne, que nous ne connaissons finalement pas. L’océan est noyé dans la marée des albums bd en France.
Découvrons donc cet éditeur par l’entremise d’une de leurs séries en cours, Tangala.

Tous les hommes naissent égaux?

Fin des années 40. Madagascar, colonie française, a vu ses hommes démobilisés. Les survivants de la seconde guerre mondiale sont revenus sur l’île. L’île est désormais traversée par les volontés indépendantistes qui secouent l’empire français. L’Histoire est en marche, mais nul ne sait encore quel chemin elle prendra à Madagascar. Tangala est noir. C’est un riche marchand qui commerce notamment avec les colons. Son père est médecin. Mais leur place reste celle d’indigènes. Et quand Séverin, riche fils de colon et ami de Tangala vient demander la main de sa soeur, les tensions se déclarent. Le riche et bien éduqué Tangala va devoir suivre une voie qu’il n’aurait jamais imaginé.

Vision sans complaisance

Ce que j’ai apprécié, dans cette histoire, c’est que le scénariste, Motus, développe un récit tout en nuances. Il n’y a pas, d’un côté les bons indigènes et de l’autre les méchants colons. Entendons-nous, moi, je suis du côté des locaux. Mais l’Histoire n’est jamais écrite en noir et blanc. Les sales types sont autant du côté des oppresseurs que des libérateurs. Cela semble vraiment être la ligne de conduite du scénariste, ça me va.

Tangala est un personnage ambigüe, le fruit d’une époque et d’une éducation. Un homme qui a intériorisé l’incompatibilité des noirs et des blancs à un niveau qu’il ne soupçonne pas lui-même. Il s’affiche avec un riche colon, ne craint pas de commercer avec eux, mais au final, les évènements vont montrer qu’il est sans doute aussi fermé que les pires colons blancs. Et ça, vraiment, j’ai beaucoup aimé. La scène qui le voit se confronter à Séverin est vraiment très réussie. Le vernis craque et précipite les évènements tristes qui vont frapper les deux amis.

Séverin s’avère un personnage tragique. Il est conditionné, lui-aussi, par son statut de colon, mais le personnage veut se montrer plus ouvert, jusqu’à ce qu’il se confronte à la fermeture de son ami. A partir de ce moment là, le personnage tombe de Charybde en Scylla, se fait manipuler et tombe dans ce qui se fait de pire chez les colons blancs de l’époque. Mais je ne perds pas de vue qu’il aurait pu en être bien autrement et que Tangala est aussi à l’origine de cette chute.

Au delà de cet affrontement entre anciens amis, Motus nous fait découvrir la vie quotidienne dans l’île, à cette époque. Des moments toujours très instructifs.

Tojo: un artiste qui peut grandir

Ne nous voilons pas la face. Il n’est pas évident, pour de petits éditeurs, d’arriver à attirer de grosses pointures du dessin.
Mais je suis bien obligé de reconnaître que Tojo a un réel potentiel. On sent son amour de la bande dessinée franco-belge classique dans son trait. On le sent encore hésitant, le trait parfois grossier. Mais le dessin s’avère d’un niveau tout à fait correct, faisant aussi bien que certains albums Glénat, par exemple. Il me semble que Tojo possède une réelle marge de progression, qu’on perçoit déjà au fil des pages de cet album. S’il utilise la série pour faire murir son trait, on pourrait bien le voir essaimer chez plusieurs éditeurs à l’avenir. Il y aura toute sa place.

Tangala le retour de la vengeance

Tangala est une histoire dure, dans laquelle plusieurs personnages se retrouvent pris au piège d’évènements qu’on imagine corrélés aux évolutions politiques de l’île. Si vous avez envie de découvrir l’île de Madagascar hors des sentiers battus, hors des clichés, Tangala s’avère une bonne proposition. L’occasion de découvrir aussi de nouveaux artistes et un nouvel éditeur. Retrouvez tous leurs titres en cliquant sur leur site internet.

Série: Tangala
Tome: 1
Titre: L’aristo gasy
Scénariste: Motus
Dessinateur: Tojo
Editeur: Des bulles dans l’océan
Date de publication: Décembre 2015

ET SI ON DONNE UNE NOTE?
15/20

 

tangala-tome-1_-planche

 

Les îles de l’océan indien en BD

commando-colonial-tome-1droit-du-solLa-grippe-coloniale-tome-1

 

 

 

 

Petits éditeurs BD

HitlerManabe-shimaLes ombres

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s