Invisible Awards 2016: Manga

invisible-awards-2016-manga

Underwater tome 2 Chroniques de l’invisible et Manga: le grand écart des lectures

 

Je ne suis pas un gros lecteur de mangas. C’est peut-être mieux pour mon porte-feuille, vu le nombre de sorties en la matière.
J’essaye d’être fidèle à certaines très bonnes séries (faut que je m’achète le dernier Bride Stories, je suis vraiment à la bourre) ainsi qu’à certains auteurs. Cette sélection représente un peu toutes ces questions, débriefing après la présentation visuelle du top. Pour Underwater, Invisible Awards manga 2016, reportez vous à l’article principal.

vinland-saga-tome-16LastMan tome 8demokratia-tome-5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Soul Keeper tome 1Au coeur de Fukushima tome 1Ladyboy_vs_Yakuzas tome_5

 

 

 

 

 

 

 

 

Vinland Saga tome 16, par Makoto Yukimura, Kurokawa

Savoir se renouveler sans se trahir, c’est toute la force de Makoto Yukimura avec Vinland Saga. On est très loin désormais du shonen-like du tome 1. Ce seizième tome conforte l’intelligence de ce manga, l’ambition juste de son auteur. Il la développe, sa saga, au sens originel du terme. Thorfinn n’en fini pas de prendre de l’épaisseur à mesure que nous nous instruisons sur le monde des vikings et que l’auteur nous amène à penser la place de la violence dans notre monde. Une série incontournable, à mes yeux.

LastMan tome 8, par Balak, Sanlaville et Vives, Casterman

Oui, à mes yeux LastMan reste un manga. Format de parution très proche, méthode de production en studio, influences graphiques autant que scénaristiques, tout est là.
Et ce huitième tome parvient lui aussi à nous surprendre en faisant vieillir ses personnages. L’esprit LastMan demeure, ce punch, cette folie, mais le cadre évolue et ça, pour une série, c’est toujours extrêmement positif. On a le sentiment de voir grandir les personnages, de comprendre leurs évolutions. Et puis la baston est toujours aussi présente, donc régalade à tous les étages.

Demokratia tome 5, par Motoro Mase, Kaze

Motoro Mase fait partie de ces auteurs japonais qui m’amènent à m’intéresser à toutes leurs nouvelles sorties. Ikigami était imparfait mais contenait des bases vraiment intéressantes.
Demokratia pourrait être énorme, s’avère juste très bonne, mais je ne vais pas chipoter. Cette réflexion sur la démocratie, la façon dont s’exerce la prise de décision, sur fond d’anticipation et de développement de l’informatique, nous fait passer un moment fun et réflexif.

Soul Keeper tome 1, par Tsutomu Takahashi, Panini Manga

Ma bonne surprise de l’année. Pris un peu au hasard, dans les rayons d’une bibliothèque municipal, ce premier tome m’a positivement surpris. J’ai beaucoup aimé ce prétexte du « fantastique », de l’ange gardien, pour jeter un oeil et quelques critiques sur le monde politique japonais. En tant qu’européen, cela pourrait être abscons, mais le juste équilibre entre les différentes thématiques le rend au contraire très accessible.

Il y a du potentiel, je vais continuer à lire cette série.

Au cœur de Fukushima tome 1, par Kazuto Tatsuta, Kana

Autre regard décalé, celui d’un japonais sur la catastrophe de Fukushima avec Au coeur de Fukushima. Une œuvre utile, où l’auteur s’implique en travaillant sur le chantier de décontamination de la centrale accidentée suite au Tsunami. Du reportage romancé, donc, un genre pas si souvent représenté dans le manga.

L’auteur adopte un ton moins critique que ce qu’on a l’habitude en Europe. C’est donc un manga parfait pour réfléchir à la place du nucléaire dans nos sociétés et à ses conséquences.

Ladyboy Vs Yakuzas tome 5, par Toshifumi Sakuraï, Editions Akata

Fin de la série hautement polémique, éditée par Akata, anciens de chez Delcourt. Et je ne regrette pas d’avoir su dépasser le tome 1, même si la conclusion n’est pas aussi forte que j’aurai aimé. On est dérangé de bout en bout de la série, mais il faut passer outre les outrances (ah ah) de premier niveau pour voir un peu plus loin les critiques formulées par l’auteur sur la société qui l’entoure.

Ladyboy restera une parution bienvenue dans le paysage éditorial manga français.

Publicités

Une réflexion sur “Invisible Awards 2016: Manga

  1. J’ai du mal avec les mangas, mais j’en découvre grâce aux élèves … et je commence à y prendre goût.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s