INVISIBLE AWARD: LE TOP DE LA BANDE DESSINEE 2016

invisible-awards-2016

Invisible Awards 2016:
Le top de la bd vu par Les chroniques de l’Invisible

Les cadeaux de Noël sont prêts, ou presque prêts, il est temps pour le monde de la bande dessinée de se retourner sur une année 2016 encore riche en très belles propositions d’albums.
On attendra avec impatience le rapport Ratier pour les détails et les analyses, alors contentons-nous de mettre en avant les artistes et leurs productions, pour un dernier tour de piste.

Les Invisible Awards, ce sont dix catégories traduisant la diversité des genres publiés, des supports, des origines géographiques et des artistes impliqués.

Ce top 10 2016, le voilà, catégorie par catégorie. Le best of the best, la crème de la crème, selon le regard des Chroniques de l’invisible. Tous ces albums ont été lus, chroniqués dans ces colonnes ou traités sur la chaîne Bayday Tube. C’est un engagement que nous prenons, sur un niveau d’excellence.Les choix sont évidemment subjectifs, mais ils reposent tous sur des arguments et sur la contrainte du nombre d’album lus. A prêt de 5000 sorties par an, dur de suivre en solo l’intégralité de la production.  Mais néanmoins, chaque artiste, chaque oeuvre mise ici en avant le mérite pour ses qualités propres.

Chaque thème donnera dans les jours à venir une série d’article mettant en avant les dix meilleurs albums, ou les dix meilleurs artistes concernés.

On commence?

Les vainqueurs des Invisible Awards 2016 sont:

INVISIBLE AWARD 2016: MANGA

Underwater tome 2Underwater tome 1 et 2, par Yuki Urushibara, aux éditions Ki-Oon.

Clairement, je ne suis pas un gros lecteur de mangas, en tous cas de nouveautés. Aussi cette section n’est-elle pas la plus légitime, mais il me semblait important de ne pas l’occulter. La bande dessinée, c’est pour une part importante, la bande dessinée issue du Japon.

A ce titre, il m’est paru évident que Underwater, série en deux tomes publiée par Ki-Oon en France, méritait de conclure cette fin d’année.
On a une histoire cohérente, bien construite, qui joue autant sur les valeurs ancestrales du Japon que sur sa modernité. Le mélange de poésie et d’écologie fait d’Underwater une œuvre idéale pour se poser des questions tout en s’offrant un voyage passionnant. Rajoutez à cela un dessin abouti de Yuki Urushibara, qui ne néglige ni l’expressivité des personnages, ni la richesse des décors, et vous avez une oeuvre mémorable dans la production manga 2016.

INVISIBLE AWARD 2016: COMIC-BOOK

Planetary tome 1

 

 

 

 

 

 

 

 

Planetary tome 1, par Warren Ellis et John Cassaday, aux éditions Urban Comics

Vainqueur 2015: Le Sculpteur, par Scott McCloud

Catégorie compliquée à trancher, mais il a bien fallu désigner un vainqueur. J’ai eu très envie « d’élire » un album Marvel, mais il m’a fallu me rendre à l’évidence. Par sa complexité, par son caractère méta-analytique du monde des comics de super-héros, Planetary de Warren Ellis et John Cassaday ne souffrait aucune comparaison. Du super-héros qui nous donne à réfléchir à ce qu’est ce genre littéraire, avec un dessin extrêmement dynamique, tendance blockbuster cinémascope, que demander de plus?

Par ailleurs accessible à tout un chacun, il me semble que Planetary compile toutes les qualités qu’on peut attendre d’un grand comic-book.
Les concurrents étaient solides, mais le meilleur comics publié en France en 2016, le voilà.

INVISIBLE AWARD 2016: BD JEUNESSE

Supers tome 2

 

 

 

 

 

 

 

Supers tome 2, par Frédéric Maupomé et Dawid, aux éditions de la Gouttière

Vainqueur 2015: L’homme montagne, par Séverine Gauthier et Amélie Fléchais

Prix ACBD jeunesse 2016, je ne peux que confirmer cette récompense.
Supers tome 2 est un EXCELLENT album jeunesse. Pour moi le meilleur, parce qu’il mélange à la fois le côté aventureux du super-héros et une forme de chronique sociale sur les liens entre parents et enfants dans notre culture. Scénaristiquement, on est très fort. Frédéric Maupomé livre un récit extrêmement juste, qui sait parler à son public sans l’infantiliser. Supers, c’estu ne histoire qui rend les enfants plus intelligents. Quand on sait qu’en plus, le récit est servi par un Dawid dont l’engagement est total, tant dans la narration que dans le dessin ou la couleur, vraiment, on ne peut que leur accorder le plus de reconnaissance possible.

Et pourtant, croyez bien qu’il y avait du lourd en face.

INVISIBLE AWARD 2016: LES NOUVELLES SERIES

L'adoption tome 1

 

 

 

 

 

 

 

L’adoption tome 1, par Zidrou et Arno Monin, aux éditions Grand Angle

Vainqueur 2015: Le rapport de Brodeck, par Manu Larcenet

Je n’ai eu quasiment aucune hésitation, au moment de couronner cette catégorie. Là encore, on est dans l’équilibre parfait entre scénariste et dessinateur, un travail d’équilibriste autant que d’orfèvre.
Zidrou tisse une histoire à l’humanité bouleversante. Il nous fait fondre en même temps que son personnage principal, tout en ne négligeant jamais d’aborder par petites touches de nombreux sujets, comme le fait de devenir grands-parents, la différence vis à vis des autres, la famille. Par dessus, se posent les dessins extrêmement délicats d’Arno Monin, qu’il accompagne d’une mise en couleur dont la chaleur ne peut que transmettre l’amour contenu dans ces pages.

Alors oui, c’est de la feel good bd, mais ça fait du bien, de temps en temps, la calinothérapie.

INVISIBLE AWARD 2016: LES SERIES FRANCO-BELGE

Le rapport de Brodeck tome 2

 

 

 

 

 

 

 

Le rapport de Brodeck tome 2, par Manu Larcenet, aux éditions Dargaud

Vainqueur 2015: Herakles, par Edouard Cour

Autre catégorie indiscutable, comment ne pas primer le second tome du rapport de Brodeck de Manu Larcenet?
Comment ne pas se retrouver ébahi devant la maîtrise de cet artiste, la puissance de son dessin, définitivement pensé comme une œuvre artistique à part entière? Comment ne pas être impressionné par le portrait que présente Larcenet, à la fois de son monde, celui des artistes et le notre, celui de cette masse pas toujours bienveillante?

On pensait avec Blast que Larcenet avait atteint un sommet. Mais en fait, il fallait que ses expérimentations décantent, pour livrer ce diptyque magistral. Bon sang, à quand un Grand Prix d’Angoulême pour Larcenet? Il n’en voudra pas, mais on s’en fout, il représente un tel épanouissement artistique, il faut que le monde de la bd le mette à l’honneur comme tel.

INVISIBLE AWARD 2016: LES ONE-SHOTS FRANCO-BELGE

shangri-la

 

 

 

 

 

 

 

 

Shangri-La, de Mathieu Bablet, aux éditions Ankama

Vainqueur 2015: Catharsis, par Luz

Alors là, laissez-moi vous dire que ça a bataillé ferme pour désigner un vainqueur. C’était sans doute la catégorie la plus ardue, tant les perles se sont enchaînées cet année. Dix titres sélectionnés, entre 18.5 et 19 sur 20 sur mon échelle de notation. Alors qu’est-ce qui a fait la différence?

Sans doute l’ampleur du possible qu’ouvre par principe la Science-Fiction. Parler de notre époque, de notre passé présent et en faire de grands livres, soit. Mais ce n’est qu’être en capacité de saisir son l’air de son temps, ou celui du passé. Tandis qu’imaginer un monde futuriste crédible, qui puisse être le notre tout en nous emportant bien au delà de notre propre imagination, c’est un pari que très peu d’auteurs parviennent à réaliser.

Mathieu Bablet est de ceux là. La complexité de la société qu’il décrit n’a rien à envier à de brillants ouvrages scientifiques. La façon dont il donne corps à cet univers est tout aussi impressionnante. Et là encore, mais la force de ses couleurs, sacrebleu!

Shangri-La a tout. Et plus encore. Retenez bien cet album. Ce sera un classique de la bd de Science-Fiction. Si tant est qu’il ne le soit pas déjà devenu.

INVISIBLE AWARD 2016: COLORISTES

all-new-marvel-now-silver-surfer-tome-3laura-allred-2

 

 

 

 

 

 

 

Photo: Wikipedia

Laura Allred, pour Silver Surfer tome 3, aux éditions Panini

L’an dernier, cette catégorie déclencha un véritable émoi dans une communauté artistique qui se sent nettement délaissée. J’en tirais alors une interview croisé entre Sophie Li et Lyse, coloristes d’Okko et Lanfeust Odyssey. Vous aurez constaté au fil de cet article présent, que j’ai une véritable sensibilité à ce travail particulier.

Alors les voici de retour, ces artisans souvent oubliés, rarement reconnus. Attention, je le redis, cet article n’a pas vocation à recenser TOUS les coloristes. Seulement ceux que j’ai lu et qui ‘ont vraiment marqué. Je suis désolé pour les coloristes français, mais pour moi, cette année, l’artiste qui m’a le plus fait écarquiller les yeux, c’est une américaine (la seule femme directement primée de ce classement, quel cliché, honte sur moi), Laura Allred.

Epouse de Mike Allred, artiste œuvrant autant pour l’indépendant que pour Marvel Comics, j’ai découvert dans le dernier Silver Surfer à quel point son travail était essentiel pour donner de l’intensité aux planches de son mari. Comme si le dessin était pensé pour une parfaite complémentarité avec les couleurs. Elles apportent la texture, le décor, l’émotion. Mike Allred sans Laura, ce serait plat, fade. Il n’y a qu’elle qui parvienne à donner du sens au dessin de Mike.

Alors rien que pour cela, chapeau bas, madame. Le plus grand des respects.

INVISIBLE AWARD 2016: DESSINATEURS, DESSINATRICES

lepouvantable-peur-depiphanie-frayeurlefevreclement

 

 

 

 

 

 

 

Photo: Lirenval

Clément Lefèvre, pour L’épouvantable peur d’Epiphanie Frayeur, aux éditions soleil

Vainqueur 2015: Ronan Toulhoat

Cette catégorie sacre les artistes dessinateurs qui, dans l’ensemble, ne sont pas crédités pour le scénario qu’ils mettent en image. Ils optimisent leur travail sur une tâche du métier de bédéaste, parfois deux avec la couleur et pour ceux qui seront cités ici, ils le font TRES bien.

Mais ce n’est pas la catégorie qui est pour moi la plus aisée à mettre en avant, tant je mesure chaque jour le manque de mots et de concepts en moi pour mettre en avant la qualité d’un dessin.
Clément Lefèvre m’a impressionné par sa maîtrise trait/couleur. Par son incroyable sens de la mise en scène, au service d’une histoire superbement écrite par Séverine Gauthier.
Son travail est tellement abouti, tellement bien pensé en tous points, que j’ai eu l’impression de voir se dérouler sous mes yeux un véritable film d’animation. Clément Lefèvre est-il un seul homme ou cache-t-il un studio de 50 personnes derrière lui? Comment fait-il pour que chaque case semble être une illustration indépendante, tout en ayant un sens incroyable dans la composition de la page?

Voilà un artiste que je vais adorer suivre dans l’avenir.

INVISIBLE AWARD 2016: SCENARISTES

ANNIV DE KIM JON IL - C1C4.inddaurelien-ducoudray

 

 

 

 

 

 

 

Photo: Aurélien Ducoudray

Aurélien Ducoudray, pour L’anniversaire de Kim Jong-Il, aux éditions Delcourt

Vainqueur 2015: Luc Brunschwig

5e du classement l’an dernier, élève du vainqueur 2015, c’est fondamentalement pour l’ensemble de sa production 2016 que je mets à l’honneur Aurélien Ducoudray aujourd’hui.
Petit bijou, cerise sur le gateau, l’anniversaire de Kim Jong-Il dessiné par Mélanie Allag. Un album incroyable, coup de poing, qui nous plonge au coeur de l’idéologie sectaire et totalitaire de la Corée du Nord, sans jamais que cela ne paraisse étouffant. C’est brillant.
Mais à côté de lui, Ducoudray a produit d’excellents albums, dans des genres très différents.

Vous voulez de la feel-good bd? A coucher dehors, dessiné par Anlor, aux éditions Grand Angle, va venir vous chatouiller les émotions.
Vous voulez de la géopolitique? Bob Morane Renaissance tome 2 (co-scénarisé par Luc Brunschwig), dessiné par Dimitri Armand, vous offre une réflexion forte en la matière autant qu’une relecture totalement 21e siècle de la figure mythique de l’aventurier.
Vous voulez du fun pop-cuture? Bots tome 1, dessiné par Steve Baker, chez Ankama, vous ravira.
Vous êtes plus vieux jeu, old-school? Mort aux vaches, dessiné par François Ravard chez Futuropolis vous impressionnera par son art du dialogue qui distribue les bourre-pifs.
Vous voulez de la chronique sociale pas chiante? Leviathan tome 1, dessiné par Florent Bossard, vous offre pour le même prix du blockbuster catastrophe et des réflexions sur le tissus social de la France d’aujourd’hui.

Cette diversité des genres est la grande force de ce scénariste. Voilà un peu plus de dix ans qu’il a commencé le métier, croyez bien qu’on n’a pas fini d’entendre parler de lui. Et en bien!

INVISIBLE AWARD 2016: BEDEASTE

o-vous-freres-humainsluz

 

 

 

 

 

 

 

Photo: Le Monde

 

Luz, pour Ô vous frères humains, chez Futuropolis

Vainqueur 2015: Manu Larcenet

Nous terminons par ce que je considère comme la catégorie reine, cet auteur complet qui ne délaisse aucun champ du métier de bédéaste et qui va nous bouleverser par sa proposition artistique.

A ce titre, ma plus belle surprise de l’année (Larcenet n’est plus une surprise pour moi) est le challenger 2015, Luz.

On connaît bien le Luz illustrateur, dessinateur de presse. On connaissait moins le bédéaste. Et avec Ô vous frères humains, adapté de l’oeuvre d’Albert Cohen, il fait la démonstration de sa maîtrise pleine et entière des codes de la bande dessinée. Il se révèle un narrateur audacieux, capable de fusionner textes et dessins de sorte à incarner l’essence même du potentiel de la bande dessinée. Si Roman Graphique a un sens aujourd’hui, c’est avec Luz qu’il prend toute sa dimension.

La révélation de ce talent aura été chèrement payée. Mais le media bande dessinée y a gagné un très grand. Catharsis, Ô vous frères humains, quelle sera la prochaine grande claque que nous offrira Luz?

Publicités

4 réflexions sur “INVISIBLE AWARD: LE TOP DE LA BANDE DESSINEE 2016

  1. Pingback: Invisible Awards 2016: BD Jeunesse | Les Chroniques de l'invisible

  2. Pingback: Invisible Awards 2016: Les tome 1 | Les Chroniques de l'invisible

  3. Pingback: Invisible Awards 2016: Dessinateurs | Les Chroniques de l'invisible

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s