Le Chef de Nobunaga tome 1par Nishimura et Kajikawa, Komiku Editions (La chronique de Snoopy)

le-chef-de-nobunaga

Le Chef de Nobunaga tome 1

 

 

Deux ans… c’est à peu près le temps qu’il m’aura fallu pour m’intéresser (enfin) à ce manga. Je connaissais vaguement le nom. Mais étonnamment, je ne savais absolument pas de quoi cela parlait. Et après réflexion, je me rends compte que ce sont les couvertures qui m’ont toujours rebuté. Pas qu’elles soient mauvaises. Mais elles ne m’ont jamais attiré. Aujourd’hui, j’ai enfin passé le pas. Pour mon plus grand bien.

 Marcher aux côtés d’un pan d’Histoire du Japon

Le Chef de Nobunaga est un manga nous proposant de suivre Ken, un cuisinier plutôt talentueux. Pour une raison inconnue, il se retrouve transporté dans le passé. Il se réveille un jour en pleine période Sengoku (le 16ème siècle au Japon : l’ère des multiples guerres pour la prise du pouvoir). Il ne se souvient de rien. Il sait juste qu’il est cuisinier. Son but dans la vie devient simple : survivre suffisamment longtemps pour essayer de se souvenir qui il est. C’est donc en exerçant son métier de cuisinier que sa vie va basculer. En effet, un jour, Oda Nobunaga, un des damiyo les plus puissants de cette ère, pose les yeux sur Ken et ses talents. Il l’enrôle de force. Ken devient donc le cuisinier en chef d’un des personnages les plus célèbres de l’histoire du Japon.

 Vivre ou survivre…

Ce manga a donc pour thématique… la cuisine. Eh oui ! Encore un manga culinaire. Fort heureusement, il se distingue allègrement d’autres mangas dont je vous ai déjà parlé (comme Food Wars, Hell’s Kitchen ou Yakitate Japan).

 Ken n’a pas pour but de devenir le meilleur cuisto. Il ne participe pas (encore?) à des tournois pour être le meilleur. Non lui, son but est de vivre. Le postulat de départ est intéressant : un homme « moderne » atterrit dans le passé. On en sait pas plus sur le comment ni le pourquoi de ce postulat de départ (dans ce premier tome au moins). Et dans le fond, ce n’est pas important.Cette idée avait été utilisée récemment dans le manga Thermae Romae, idée qui fonctionnait plutôt bien d’ailleurs.Dans le Chef Nobunaga, tout semble indiquer que ce sera le cas également.

 La grande force de ce manga uchronique est l’utilisation avec intelligence des faits historiques dans laquelle Ken débarque. Le scénariste se sert habilement de ces faits. Il a eu notamment le nez creux lorsqu’il a décidé de faire de son personnage principal un homme qui connaît bien l’histoire de son pays. Cela peut paraître bête, mais pour un homme arrivant de nul part, sans souvenir de son identité, cela lui donne une arme de grande importance en plus de ses compétences en matière de cuisine. A plusieurs reprises, nous aurons l’occasion de voir notre « héros » s’adapter en fonction de la personne pour qui il cuisine. Il est également obligé d’adapter ses recettes à cause de l’absence de produits qui n’existaient pas encore au 16ème Siècle au Japon. C’est très intéressant.

 En route vers l’Uchronie?

L’aspect historique est donc un très gros point fort. Il sera intéressant de voir si au final, le personnage principal utilisera ses connaissances pour faire balancer l’histoire vers une autre voie (et donc devenir une véritable uchronie) ou si malgré tout les événements qui devaient arriver arriveront. D’un point de vue personnel, j’aimerais assez voir Ken s’impliquer dans une rencontre décisive par exemple et modifier le cours de l’histoire grâce à sa cuisine. Cela donnerait toute latitude à l’auteur pour créer un nouveau Japon par exemple. Il sera intéressant de voir également si au final, l’auteur décide que, malgré l’arrivée de cet homme du futur dans la passé, l’histoire doit suivre son cours. La première option me fascine plus car reconnaissez-le : on a tous un jour dans notre vie jouer à ce jeu du « si on pouvait dans le passé, à quelle époque irions-nous et surtout qu’est-ce qu’on changerait dans ce passé ? ». Il n’y a pas vraiment de réponse (ou de début d’indice) dans ce premier tome. On est plus dans un gros tome introductif de l’univers et des enjeux. La suite sera donc particulièrement intéressante sur ce point.

 

Visuellement, le style plutôt réaliste de Kajikawa Takurô me séduit fortement. Chaque est immédiatement reconnaissable au premier coup d’oeil. Oda Nobunaga, qui est décrit par beaucoup comme un véritable démon, a un charisme incroyable. On comprend immédiatement l’attraction des gens pour ce chef de guerre aux rêves démesurés. Côté environnements, décors… c’est superbe. La précision du trait dans les bâtiments, dans le mobilier, dans les plats… renforce cet aspect réaliste, crédible de l’histoire.

 

Vous l’aurez compris, Le Chef Nobunaga tome 1 est pour moi une excellente lecture. J’ai littéralement dévoré ce livre. Je lirais nécessairement la suite. Je ne peux que vous conseiller de feuilleter (au minimum) le premier tome en magasin. Mais si vous aimez la cuisine et l’histoire du Japon, je ne vois pas comment vous pourriez vous détourner de ce manga.

 

Si vous voulez lire un extrait dès maintenant, je vous invite à cliquer sur le lien suivant :

http://www.manga-news.com/index.php/preview/678

https://chroniquesdelinvisible.wordpress.com/2012/01/26/petite-foret-tome-1-semaine-gastronomie/

Série : Le Chef de Nobunaga
Nombre de tomes : 13 (Série en cours au Japon, 16 tomes publiés)
Scénariste : Nishimura Mitsuru
Dessinateur : Kajikawa Takurô
Editeur VF : Komikku Editions
Editeur VO : Hôbunsha
Date de publication : 27 Mars 2014

On parle encore un peu nourriture?

Petite-foret-tome-1Le-viandier-de-polpette-tome-1A-boire-et-a-manger-tome-1

Sortez les katanas et les hakamas!

Kamui-Den-tome-1Okko tome 10Tanka

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s