Fables tome 15- L’âge des ténèbres, Willingham, Buckingham, Urban Comics

fables-tome-15

Série: Fables
Tome: 15
Titre: L’âge de ténèbres
Scénariste: Bill Willingham
Dessinateurs: Mike Allred, Mark Buckingham, Peter Gross, David Hahn
Encreurs: Andrew Pepoy, David Hahn
Coloristes: Laura Allred, Lee Loughridge
Editeur VO: DC Comics
Label VO: Vertigo
Editeur VF: Urban Comics
Date de publication VF: Avril 2012

J’avais pris le temps de marquer une pause, avec Fable. Les derniers épisodes de la série m’avaient laissé quelque peu hésitant, quant à la tournure idéologique prise par cette dernière. Un certains nombre de valeurs inspirées par des Etats dont je cautionne assez peu voir pas du tout la politique. Mais bon, j’essaye de ne pas rester fermer, je sais que la série a des côtés qui me plaisent aussi. Alors, toujours aussi réactionnaire?

L’adversaire, ce tyran maléfique, l’ennemi ancestral des Fables, a été terrassé. Ses armées défaites, son palais enseveli sous les ronces de la belle au bois dormant. Mais pour ce faire, il a fallu accepter son amnistie et qu’il vienne s’installer à Fableville. Comme d’autres eurent cette possibilité par le passé. Mais dans le chaos qui s’installe sur les terres autrefois dominées par les armées du mal, un mal pire encore fini par se libérer. Un mal lié à la cape de transport de Boy Blue, qui estime que les Fables ont abusé de ses pouvoirs. Et qu’il est temps de leur faire payer.

LES CONSEQUENCES DE VOS ACTES DE GUERRE

Autant le dire, j’ai trouvé ce quinzième tome particulièrement intéressant. Il garde une tonalité extrêmement sombre, aussi engageante que la bien pâle figure que nous autres humains montrons en ce début de XXIe siècle, mais pourtant, les épisodes viennent interroger les Fables sur les conséquences de leurs actes. Et ça, je dois dire, cela m’intéresse bien plus. Parce que ça apporte un peu de nuance à la puissance mâle, destructrice et cool déployée via Bigby dans les épisodes précédents. L’adversaire se baladant en presque liberté, ne craint pas de commenter ce qu’il voit, de dire ce qu’ils pensent de ceux qui l’ont vaincu. Et de défendre ses actes, ses armées qui ont conquis des centaines de monde. Au motif qu’il s’assurait que bien pire reste enfermé. Justification à posteriori? Posture de défi alors que tout est perdu? Bill Willingham vient jouer avec tout ça, tout en donnant corps à la menace et en rabaissant à terre les héros qui se croyaient si forts.
C’est peut-être un peu brutal, comme changement de statu-quo, mais je dois bien reconnaître qu’il m’intrigue au plus haut point. J’ai très envie de voir comment le scénariste va mener tout ça.

UNE BD AVEC ALLRED NE PEUT PAS ETRE MAUVAISE

Ah, Mike Allred… C’est l’artiste invité pour le scénario d’introduction, qui pose les bases de la vie de l’Adversaire à Fableville. Et que voulez-vous, j’aime vraiment le ton toujours décalé, unique, que lui et son épouse Laura (à la couleur) parviennent à installer dans leurs planches.

Alors oui, Mark Buckingham, ça reste de la grande classe, même après quinze tomes de recueils. Mais le côté acidulé d’Allred, quand même…

 

Bravo l’équipe, vous m’avez redonner envie de lire la série. Au moins un tome de plus pour voir vers quoi on va, et pour voir si l’état d’esprit de Willingham dans sa série a bel et bien évolué.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

16.75/20

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s