(P) Planetary tome 1, Ellis, Cassaday, Jimenez, Urban Comics

Planetary tome 1

Série: Planetary
Tome: 1
Scénariste: Warren Ellis
Dessinateur: John Cassaday, Phil Jimenez
Coloriste: Laura Martin, David Baron
Editeur VO: DC Comics
Editeur VF: Urban Comics
Date de publication VF: Juillet 2016

En juillet, je l’ai déjà dit, c’est plutôt le calme plat côté sorties BD franco-belge, mais le comic-book démontre qu’il reste possible de vendre dans cette période. Quand Urban m’a appris la sortie de Planetary en Juillet, une série que j’avais toujours un peu raté parce que sortie sur ma fin d’adolescence quand j’était un Marvel Zombie,  j’y ait vu une excellente opportunité de vous offrir de la nouveauté, et de me simplifier le choix de la lettre P.

Planetary… Une organisation secrète qui explore les secrets les plus anciens de la notre planète. Et qui n’hésite pas à les combattre lorsque ceux-ci s’avèrent être des menaces pour l’Humanité. Jakita Wagner, une femme à la force incroyable et à la résistance impressionnante. Le batteur, un homme qui semble parler aux machines et comprendre intuitivement tous les flux d’énergie. Au nom d’un mystérieux « 4e homme », leur chef, ils recrutent un homme centenaire, quasi une force de la nature, Elijah Snow. A ce moment précis, ils sont Planetary. A moins que l’organisation elle-même ne soit un secret de plus à explorer?

LE COMICS DE SUPER-HERS QUI EXPLORE LE COMICS DE SUPER-HEROS

Ne sachant pas trop où je mettais les pieds, mon premier contact avec Planetary fût donc la préface écrite par Alan Moore publiée par Urban Comics en entame de ce livre. Le grand manitou des comics? Diantre, ça annonce du lourd.
En effet. Chaque épisode écrit par Warren Ellis peut se lire à la fois comme une aventure très super-héroïque dans le style, et comme une perspective méta de ce que sont les personnages de super-héros. Le personnage d’Axel Brass et son équipe, par exemple, sont clairement une double référence aux héros pulps du genre Doc Savage ou le Fantôme du Bengale, autant qu’aux premières équipes de super-héros comme la Justice Society of America. Plus tard, des références à Superman, Wonder Woman ou Green Lantern se retrouveront ensuite. Le crossover proposé avec Batman apparaît presque comme explicitatin un peu grossière de ce concept, mais c’est tellement bien fait qu’on n’ira pas s’en plaindre.
Lire une première fois cet album, c’est ressortir avec le sentiment qu’on n’a pas tout saisi. Un sentiment qui nous donne envie de relire très vite une seconde fois l’album pour en percer les secrets. C’est horrible non? D’autant plus horrible que cet album va vous faire découvrir l’équipe The Authorithy, alors que l’éditeur français se prépare à sortir les épisodes liés à ces personnages pour la fin de l’année. Et que ce sera du lourd, l’épisode proposé suffit à bien donner à voir les personnalités du groupe, qui tiennent fort bien face aux mastodontes, déjà, de Planetary.

DU DESSIN NIVEAU POIDS LOURDS

Co-créateur de la série Planetary avec le scénariste Warren Ellis, le dessinateur John Cassaday est l’homme qu’on appelle pour dessiner les blockbusters. Pour relancer la série X-Men après le succès des films de Bryan Singer au début des années 2000, c’est lui qu’on appelle (rendez-vous à la lettre X pour en savoir plus, dans quelques jours). Quand Star Wars revient en bande dessinée, c’est encore lui qui est là. Notez qu’accessoirement, il a reçu un Eisner Awards, un oscar de la bd, pour son travail sur Planetary. Ca vous pose un bonhomme. Son dessin réaliste, son trait extrêmement fin, élégant, avec toujours un petit quelque chose de sale, d’abîmé, fait merveille sur une série telle que celle-ci.
Il est remplacé uniquement sur le crossover avec The Authority, ce qui est déjà une régularité à noter. Mais Phil Jimenez, son remplaçant, n’est pas un manchot lui non-plus. Encore plus détaillé que Cassaday, encore plus expressif, Jimenez, ça fait partie des dessinateurs dont le style incarne pour moi ce qui est attendu d’un excellent comic-book aujourd’hui. Donc aucune raison de rater ça…

Donnez-moi un tome 2! Maintenant que j’ai compris ce que j’ai raté quand j’étais ado, j’en redemande. Une telle qualité, une telle richesse scénaristique autant que graphique, on ne peut qu’en revouloir!

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

18.75/20

Planetary tome 1_ planche

Publicités

2 réflexions sur “(P) Planetary tome 1, Ellis, Cassaday, Jimenez, Urban Comics

  1. Pingback: Invisible Awards 2016: Les coloristes | Les Chroniques de l'invisible

  2. Pingback: Invisibles Awards 2016: Les scénaristes bd | Les Chroniques de l'invisible

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s