(D) Dolores, Bruno Loth, La Boîte à Bulles

Dolores

Titre: Dolores
Auteur: Bruno Loth
Editeur: La Boîte à Bulles
Date de publication: Janvier 2016

Dolores, c’était un titre que j’avais chroniqué pour Zoo en début d’année, mais que j’avais gardé en réserve jusque là, faute d’avoir le temps de l’intégrer à mon « catalogue » de publications. Mais connaissant ses qualités, il m’est paru assez vite évident de l’intégrer à mon programme estival, pour la lettre D. Et comme je l’avais déjà à la maison, c’était tellement plus facile…

Marie vit en maison de retraite. Et il semble que l’âge se soit couplé à une désorientation, qui lui fait parler en espagnol et s’appeler elle-même Dolores. Et cela intrigue ses proches, car jamais elle n’avait parlé cette langue… En même temps, Marie ayant été placée à l’assistance publique, personne ne sait vraiment quel est son passé. Alors une de ses filles va se mettre en quête de cette Histoire perdue. Celle des Républicains Espagnols.

L’HISTOIRE DANS L’HISTOIRE

Bruno Loth nous livre une belle histoire, il faut déjà le dire. La relation de cette fille et de sa mère, cette quête qu’elle se donne alors que l’esprit de sa mère, lui, s’échappe, c’est un récit très touchant. On ignore encore trop, nous autres français, ce que vécurent les espagnols alors que nous nous cachions derrière notre ligne Maginot réputée infranchissable. La lâcheté des français d’alors marqua pour longtemps un pays entier. Avec des conséquences toujours vivaces, et l’auteur nous emmène aussi dans cette direction. Autour de la naissance du mouvement Podemos.

Un fond extrêmement riche, qu’il construit assez intelligemment pour nous emmener dans son voyage, puisque lui-même a découvert récemment l’ébullition politique espagnole, dont il nous fait le récit. L’histoire de Dolores est inventée, mais elle sonne extrêmement juste. Et l’histoire de Bruno, vraie, est parfaitement intégrée au récit développé autour de la fille de Dolores.

On ressent, on apprend, on réfléchir, on s’émeut… Tout cela en un seul livre.

Le Dessin de Bruno Loth, tout en finesse, est visiblement réfléchi dans la façon de traiter les détails qu’il donne à voir. Semi-réaliste, il ne noie pas le regard sous une marée de traits, il pense économie, il pense efficacité. Et donc, on se retrouve avec un graphisme pile entre le reportage et le récit romancé. Exactement ce qu’il fallait donc, pour un tel scénario. Et comme l’auteur ne craint pas non plus de venir sur des planches plus symboliques, autant vous dire qu’on est gâté.

Si vous ne craignez pas de vous laisser surprendre, de vous laisser décontenancer, et si vous avez la curiosité d’explorer l’Histoire d’un pays ami, d’un pays frère, alors Dolores vous fera passer un excellent moment de lecture.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

16.75/20

Dolores_ planche

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s