Etunwan: Celui-qui-regarde, Thierry Murat, Futuropolis (La BD de la Semaine)

Etunwan Celui-qui-regarde

Titre : Etunwan: Celui-qui-regarde
Auteur : Thierry Murat
Editeur : Futuropolis
Date de publication : Juin 2016

 

Depuis que j’ai découvert Thierry Murat avec Au vent Mauvais, je ne manque aucun de ses albums. Son dessin unique est chaque fois une grande source d’émerveillement. Ses albums sont de véritables appels au voyage. Celui-ci ne fait en rien exception.

Joseph est photographe à Pittsburgh. Et en cette année 1867, le voilà parti vers l’ouest sauvage pour une expédition scientifique. Dans les grandes plaines, il va découvrir un peuple dont il ne va plus pouvoir se défaire. Un peuple, pourtant, à la destinée tragique.

CELUI-QUI-ECRIT

Je m’attendais à lire un beau et bon livre, je ne n’attendais pas à ce qu’il recèle plusieurs niveaux de lecture.
Au premier plan, vous avez  le voyage de Joseph, autant physique que psychique. Cette compréhension de ce que le continent américain avait de plus beau. De ce qu’il était en train de détruire. Une nature et un peuple qui avait appris à vivre en harmonie avec elle. Une vision bien trop absente des réels contemporains de Joseph. On vivre au diapason du photographe. On ressent ces sentiments qui bien  que romancés apparaissent totalement crédibles. Cet album, ce héros, sonnent juste. Sonnent vrais.

Et puis, il y a une réflexion, tout au long du livre, que j’ai vraiment du mal à ne pas associer à Thierry Murat. C’est Joseph, théoriquement, qui s’interroge sur son travail de photographe. Qui se questionne sur la véracité de ce qu’il donne à voir, notamment. Et je ne peux pas m’empêche d’y voir le questionnement du bédéiste qui tente de rendre hommage à un mode de vie désormais perdu. Un artiste qui doit s’interroger sur le sens des images qu’il choisit de nous donner à voir. Et quand on connaît le côté un peu « posé » des cases de Murat, ça prend tous son sens.

DESSIN ET NARRATION

Parce que oui, Thierry Murat conserve ce dessin qui est le sien et que j’adore personnellement.  Son découpage, d’abord. Peu de cases par planches, mais très larges, permettant une réelle immersion dans le récit. Et des cases qui, parfois, s’appréhendent  autant dans le contexte de la page simple que dans celui de la double page. En scindant une même scène en deux case contigües, il exprime l’idée d’un déplacement, d’une évolution temporelle. C’est très intelligent.
Et donc, chaque case est travaillée avec finesse, dans un jeu subtile de contrastes entre le noir et la couleur. Murat sait se faire  fin dans le trait, précis quand il le faut, pour mieux s’autoriser parfois un pinceau plus appuyé, plus orienté vers l’expression du ressenti.

Vous l’aurez compris je pense, Etunwan fait partie de mes albums coups de cœur de cette année 2016. Thierry Murat s’est libéré de ses scénaristes, des écrivains qu’il a aimé adapter. Sa réussite n’en est que plus belle.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

18.5/20

Etunwan Celui-qui-regarde_ plancheBD_de_la_semaine_BIG_redCETTE SEMAINE ON SE RETROUVE CHEZ NOUKETTE! CLIQUEZ SUR L’IMAGE!

Publicités

11 réflexions sur “Etunwan: Celui-qui-regarde, Thierry Murat, Futuropolis (La BD de la Semaine)

  1. Merci Yaneck.
    Bon, 18.5 sur 20, carrément ? C’est vrai que les dessins sont beaux. Apres, il faut voir si j’arrive à ressentir autant les émotions que toi. En tout cas, je le note.

  2. Encore un album de plus à demander en bibliothèque, car j’avais bien aimé Au vent mauvais.

  3. Pingback: Invisible Awards 2016: Les One-Shots | Les Chroniques de l'invisible

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s