Les ogres-dieux tome 2- Demi-sang, Hubert, Gatignol, Soleil

Les ogres-dieux tome 2

Série: Les ogres-dieux
Tome: 2
Titre: Demi-sang
Scénariste: Hubert
Dessinateur: Bertrand Gatignol
Editeur: Soleil
Collection: Métamorphose
Date de publication: Juin 2016

Le voilà enfin, ce deuxième album de la série les Ogres-Dieux. bon, on va dire que j’ai pas trop attendu puisque je viens juste de lire et chroniquer le tome 1, presque un an et demi après sa sortie. Mais que voulez-vous, j’ai découvert une si belle œuvre que j’en suis devenu immédiatement impatient. Et vous savez quoi? Ceux qui ont attendu tout ce temps n’ont pas eu tort de le faire.

Tandis que Petit tentait de survivre au milieu de ses parents géants, un autre humain était à l’oeuvre dans le palais des Ogres-dieux. Yori Draken était le chambellan, celui par qui toute l’intendance du royaume passait. Un homme qui avait réussi à se hisser de la position la plus basse, à la position le plus haute. Et qui ne pouvait tolérer de perdre cela. Serait-il le dernier des chambellans? Il est en tous cas le dernier d’une longue liste de noms aux parcours souvent mémorables. Car il en est ainsi de la vie des humains auprès des ogres-dieux.

UNE ASCENSION SOCIALE

Quelle richesse, dans ce scénario… Hubert joue avec les différents fils de son intrigue sans jamais se perdre, et il nous offre une histoire d’une incroyable densité parfaitement lisible.
il y a toujours, bien entendu, la meta-histoire, l’Histoire avec un grand H de la construction du monde des ogres-dieux. Après avoir décrit les principaux géants dans le tome 1, le scénariste développe ceux qui furent longtemps leur premier serviteur, les Chambellans. Rares humains à pouvoir côtoyer leurs maîtres sans craindre immédiatement d’être boulottés. Et il y a évidemment encore de beaux portraits de troussés.
Mais ce n’est pas tout, et il y a évidemment l’histoire propre à Yori Draken, que nous avions entrevu dans le tome 1 et qui avait tout d’un joli salop puisqu’il se montrait fort prompt à dénoncer à son maître l’existence de Petit. Nous étions assez loin du compte, puisque ce livre montre combien le personnage est prêt à tout pour monter au plus haut niveau. Ce qui se fait de pire dans le domaine de la politique, en fait… Mais même s’il se montre assez ignoble, trahissant tous ceux qu’il peut trahir dès lors que ça l’arrange, Hubert veille bien à ce qu’on comprenne bien d’où il vient, afin de venir nuancer un peu le tableau fort sombre jusque là. Après tout, Yori est victime d’une injustice, la pire des injustice. A la manière de Petit, il est cet enfant non-désiré, celui qui ne peut être reconnu. Cet enfant destiné à devenir bien meilleur que ses frères de sang, mais dont le statut inférieur empêche tout avenir au sein de cette famille. Yori en concevra une haine farouche pour le système nobiliaire humain. Vous verrez ce qu’il va en faire, mais vous vous doutez que ça ne sera pas beau à voir.

QUAND LA FINESSE RENCONTRE LA RICHESSE

Je ne me lasse pas de découvrir Bertrand Gatignol. Son travail sur cette série est juste sublime. Sa grande force, c’est d’abord sans doute son utilisation des masses de noir, de blanc, et des trames de gris. Il contrôle tellement bien son style que ses cases sont toujours parfaitement lisibles, alors qu’elles sont extrêmement détaillées. J’adore comment il utilise et le noir et le blanc pour ses traits de délimitation, suivant le fond sur lequel il travaille. Des traits incroyablement fins, qui ne sont pas sans rappeler un petit quelque chose du manga, notamment dans l’expressivité qu’il donne à ses personnages. Mais là où le manga favorise la vitesse et l’émotion, délaissant le décor, Gatignol travaille l’expression ET le fond. Chacune de ses cases est d’une richesse impressionnante, les décors fantastiques sont extrêmement crédibles et bien travaillés…

 

Mais je m’arrête là, tant je suis dithyrambique sur cet album. Mais je ne vois vraiment pas de faute où que ce soit. Soleil et les éditrices de la collection Métamorphose ont eu raison de faire confiance à ce projet dont la qualité ne peut être que saluée. A mon tour, maintenant, d’attendre la sortie du prochain album. L’attente sera longue, mais je ne doute pas qu’elle sera joliment récompensée.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

18.75/20

Les ogres-dieux tome 2_ planche

Publicités

6 réflexions sur “Les ogres-dieux tome 2- Demi-sang, Hubert, Gatignol, Soleil

  1. Bonjour a vous. Ravie de cette magnifique chronique. Juste deux détails vu que je suis une des deux directrices , il y a deux petits erreurs en effet.
    Avant tout le nome di dessinateur est Bertrand Gatignol ( avec la « L » final ) et la collection n’est pas Noctambule, mais Metamorphose ( si vois aussi de la couverture que vous avez posté ) Si possible corriger sera hyper gentil. Ensuite vous pouvez aussi effacer le commentaire, sans soucis . Merci d’avance.

  2. Bonjour Barbara, je suis Yaneck Chareyre, c’est moi qui anime ce blog, donc oui, je te connais. Tu as bien fait d’intervenir, je suis désolé d’avoir laissé passer ces deux coquilles. C’est corrigé.
    Bravo encore pour avoir su prendre ce projet.

  3. Pingback: Hubert et Bertrand Gatignol – Les Ogres-dieux, Demi-Sang (Tome 2) | Sin City

  4. Pingback: Invisibles Awards 2016: Les séries | Les Chroniques de l'invisible

  5. Pingback: Invisible Awards 2016: Dessinateurs | Les Chroniques de l'invisible

  6. Pingback: Invisibles Awards 2016: Les scénaristes bd | Les Chroniques de l'invisible

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s