Blueberry tome 14- L’homme qui valait 500000$, Charlier, Giraud, Dargaud

Blueberry tome 14

Série: Blueberry
tome: 14
Titre: L’homme qui valait 500000$
Scénariste: Jean-Michel Charlier
Dessinateur: Jean Giraud
Editeur: Dargaud
Date de publication: 1973

Deuxième album du triptyque initié par l’album Chihuahua Pearl, voici donc l’homme qui valait 500000$. Notez que Blueberry fait partie de ces dernières séries anciennes que je vous propose à peu près régulièrement dans ces colonnes. Il me reste neuf tomes après celui-ci pour compléter la collection, je vais essayer de terminer.

Envoyé officieusement par le gouvernement américain au Mexique, pour trouver un trésor caché par les fuyards des armées sudistes, Mike Blueberry surveille la prison du Corvado, le palais du Gouverneur Lopez, afin d’essayer d’en extraire le prisonnier Trévor. C’est lui qui détient le secret du pactole, et Blueberry tente de trouver comment procéder. Mais la question va vite se résoudre, quand l’homme de main de Chihuahua Pearl, l’agent du gouvernement américain, s’avère être un traître au service du gouverneur Lopez.

LE HEROS PEUT SE TROMPER

Ce que j’ai apprécié, dans cet album, c’est que Jean-Michel Charlier trompe le lecteur autant qu’il trompe son personnage. Pardon, nous, nous avons un coup d’avance, puisque nous savons que Lopez tend son piège. Mais en tous cas, Charlier ne craint pas d’amener son personnage à se planter en bonne et due forme. Contrairement à beaucoup de scénaristes pour qui la réussite de l’aventure passe par la réussite du héros. Là, ce sont des plans annexes qui se construisent sans le héros, qui lui sauvent la mise. C’est là tout le sel de Blueberry. Les aventures sont crédibles. Et dans la vraie vie, la réussite peut tenir à peu de choses. Et on peut même se planter. Le tout donne une histoire extrêmement plaisante à lire, parce que chaque groupe de personnage bluffe les autres pour essayer de servir ses propres intérêts. Cela donne une intrigue foisonnante dans laquelle tout peut se passer, et où les rebondissements sont en effet nombreux.

UN DESSIN QUI COMMENCE A EVOLUER

Giraud est un grand artiste, cela, tout le monde le sait. Le précédent diptyque avait déjà fait la démonstration de son talent. Mais il me semble qu’avec cet album, on perçoit le début d’une mutation chez Giraud, peut-être ses premiers pas vers Moebius. Il y a des cases qui détonnent littéralement des autres. Je pense notamment à des gros plans sur Chihuahua Pearl, dans lesquels le dessin se montre plus grossier, plus aussi fin qu’avant. Ce dessin inégal, c’est la marque des grandes, la marque des auteurs qui savent évoluer. Je me demande ce que sera mon ressenti de lecture sur le tome suivant.

 

Une excellente intrigue, un dessinateur talentueux qui nous donne à voir ses évolutions, pourquoi passer à côté de cet album?

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

18/20

Blueberry tome 14_ planche

Publicités

3 réflexions sur “Blueberry tome 14- L’homme qui valait 500000$, Charlier, Giraud, Dargaud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s