City Hall tome 7, Guérin, Lapeyre, Ankama

City Hall tome 7

Série: City Hall
Tome: 7
Scénariste: Rémi Guérin
Dessinateur: Guillaume Lapeyre
Editeur: Ankama
Date de publication: Juin 2015

 

Nous y voilà, une bonne découverte bd se termine. Ce septième tome signe la fin de City Hall. On ne peut que remercier les auteurs d’avoir privilégie une intrigue contenue et bien construite, à une série de plus longue durée.

Amélia Earheart a balancé Howard Lovecraft à travers le miroir à l’envers de Lewis Carol. Bonne nouvelle, celui-ci n’en est pas mort. Mauvaise nouvelle, l’écrivain psychopathe est maintenant libre dans le monde à l’envers. Cela ne va pas empêcher Jules Vernes, Arthur Conan Doyle et Nikola Tesla de faire la traversée à leur tour pour mettre la main sur la description du papercut Black Fowl. Mais les héros ne sont pas au bout de leurs surprises dans le monde sans dessus dessous qu’ils viennent de pénétrer.

LES INTRIGUES SONT BOUCLEES

Il était donc temps de ranger les jouets, de dénouer les dernières intrigues, et Rémi Guérin le fait fort efficacement. On passe un dernier bon moment en compagnie de nos héros. Le scénariste prend le pari de mener ses révélations tambour battant, sans jamais prendre de pause au milieu d’une action débridée.  Le pari est réussi, puisque le rythme est toujours soutenu, alors même que beaucoup de choses sont dites. Il évite donc les écueils de pas mal de derniers tomes. Techniquement, c’est vraiment bien construit. Et l’émotion est bien présente jusqu’au dernier moment. Non, vraiment, on n’a pas à se plaindre. Si… Y’a une raison… Ce vil Rémi Guérin place une ou deux images qui laissent à penser une nouvelle intrigue. Hors, officiellement, la série est terminée. Alors donc? y aurait-il anguille sous roche? Baleine sous gravillon? Un projet tenu secret utilisant un autre des personnages et explorant le nouveau statu quo? Parce qu’on sait qu’un spin-off arrive, City Hall Icons, mais que le premier tome explorera une histoire passée. Alors? C’est qu’on a envie de savoir en fait!

LA DECOUVERTE GUILLAUME LAPEYRE

Je termine ce septième tome avec le même sentiment que le premier, avec la même question: mais d’où sort Guillaume Lapeyre? Comment a-t-il développé ce dessin aussi solide, aussi légitime, dans le genre manga? Et je termine avec d’autres questions. Va-t-il rester dans ce style graphique? Veut-il, peut-il, proposer autre chose?
En tous cas, c’est un artiste à surveiller, parce qu’il a réussi à faire seul, ce que pas mal de mangakas réalisent en studios d’artistes. Chapeau bas monsieur, et merci pour votre talent.

 

City Hall, c’est fini, je ne manquerai pas de recommander la série à tous ceux qui aimeraient lire du bon manga. Parce que les auteurs ont réussi cela. Ce n’est pas parce que c’est du manga français, qu’il faut lire City Hall. C’est parce que c’est une bd fort bien réussie. Encore merci à eux deux. Et à Ankama pour avoir osé les publier.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

16.5/20

City Hall tome 7_ planche

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s