Leviathan tome 1- Après la fin du monde, Brunschwig, Ducoudray, Bossard, Casterman

Leviathan tome 1

Série : Leviathan
Tome : 1
Titre : Après la fin du monde
Scénaristes : Luc Brunschwig, Aurélien Ducoudray
Dessinateur : Florent Bossard
Editeur : Casterman
Date de publication : Mars 2016

 

SI vous avez lu ma chronique de Bob Morane Renaissance, vous savez que j’apprécie tout particulièrement le travail du duo Brunschwig / Ducoudray. L’arrivée d’une nouvelle série les regroupant ne pouvait que m’enthousiasmer. Et à raison, car les deux scénaristes ont encore frappé fort.

La terre a tremblé à Marseille, et cela recommence. Le cœur de la ville est dévasté, le stade Vélodrome sert d’abri pour les réfugiés, afin d’essayer de rassembler les familles, gérer les blessés, les disparus… Redouane est inspecteur à la police scientifique de Marseille. Il mène certaines investigations. Léa est psychiatre, son mari fait partie des victimes. Edwige est infirmière, elle s’occupe des enfants traumatisés par les évènements. Antoine est thanatopracteur, il prépare les morts nombreux dans la ville. Tous essayent de survivre, de se rendre utile. Sans savoir ce qui se cache vraiment  sous le nuage de poussière qui inonde le centre-ville.

CHRONIQUE SOCIALE DU FILM CATASTROPHE

On attend peu Brunschwig et Ducoudray sur un scénario de type catastrophe, science-fiction ou autre genre de ce type. On les connaît plus pour des scénarios chroniques-sociales. Bob Morane était déjà venu chambouler ces représentations. Leviathan enfonce le clou, rappelant qu’il n’y a pas de mauvais genres, juste des auteurs peu inspirés.
Dans un scénario de type catastrophe, les deux scénaristes viennent replacer au cœur de leur propos ceux qu’on ne voit jamais réellement. Les quatrièmes rôles, ceux qui ne sont jamais vraiment des héros. Redouane est un algérien émigré à la fin de l’Algérie Française. Léa est divorcée. Edwige était la patiente de Léa, Antoine est père de famille nombreuse élevé à domicile… Chaque personnage est traité de sorte à nous dévoiler à la fois ses failles et ses forces potentielles. La scène d’introduction d’Antoine m’a littéralement tiré les larmes des yeux. A la première comme à la seconde lecture. L’empathie est immédiate avec chacun d’entre eux, et ils forment donc de formidables passeurs pour nous emmener dans l’intrigue globale tissée par les deux scénaristes.
Intrigue globale que les auteurs laissent volontairement dans le flou. Moi-même je poursuis leur intention en ne révélant pas le secret de la catastrophe. Ils ne le font qu’à la toute dernière case, et encore, par une simple image. Le mystère, c’est aussi celui que fait planer l’armée qui cache toutes les informations. Les civils n’ont jamais accès à ces informations dans les films. Mais qui s’en soucie ? Qui en mesure les conséquences ? Nous, lecteurs ou spectateurs, sommes au cœur du mystère et de sa résolution, habituellement. Pas cette fois. Et c’est frustrant. Mais les histoires que nous suivons rendent cela parfaitement acceptable.

LA REVELATION BOSSARD

Soyons honnête. A la simple vue du premier tome de l’Ours lune, je n’aurai jamais imaginé que Florent Bossard puisse atteindre le niveau qu’il atteint sur cet album-là. Saluons la clairvoyance des scénaristes qui avaient, eux, perçu ce potentiel. Ceci dit, il m’a suffi de voir les premières illustrations de l’artiste pour en ressortir bluffé et avec une incroyable envie de lire le livre. Son dessin se fait plus poussé, plus élaboré, lorgnant même, me semble-t-il, du côté d’un Boucq. Et ses couleurs sont toujours pertinentes, toujours parfaitement adaptées pour soutenir les ambiances qu’il souhaite produire. C’est une belle découverte.

 

Leviathan va donc devenir une série à suivre de très près, tant sa qualité globale est grande. On ressort avec l’envie non seulement de savoir ce qu’est le mystère mis en scène, mais surtout, de retrouver les personnages qui nous ont été présenté, et pour lesquels nous nous sommes tant attachés.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

18/20

Leviathan tome 1_ planche

Publicités

4 réflexions sur “Leviathan tome 1- Après la fin du monde, Brunschwig, Ducoudray, Bossard, Casterman

  1. Pingback: Bob Morane Renaissance tome 2- Le village qui n’existait pas, par Luc Brunschwig, Aurélien Ducoudray, Dimitri Armand, aux éditions du Lombard. | Les Chroniques de l'invisible

  2. Pingback: Invisible Awards 2016: Les tome 1 | Les Chroniques de l'invisible

  3. Pingback: Invisibles Awards 2016: Les scénaristes bd | Les Chroniques de l'invisible

  4. Pingback: Leviathan tome 2- Quelque chose sous nos pieds, Luc Brunschwig, Aurélien Ducoudray, Florent Bossard, Casterman | Les Chroniques de l'invisible

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s