Grand Prix d’Angoulême: Le débat ne cesse pas, voilà pourquoi

FIBD 2016

A moins d’une semaine du prochain FIBD, le Grand Prix fait encore couler de l’encre et s’agiter les passions.

Après une première salve autour de l’absence incongrue d’auteurEs dans la liste initiale soumise au vote, après les débats médiatiques jusque sur le plateau du Grand Journal de Canal+, le FIBD avait lancé une procédure totalement ouverte: les auteurs votent pour qui ils veulent au premier tour, et entre trois noms possibles au second.

 

Et nous voilà donc en plein second tour, et nous revoilà en pleine polémique. La cause? L’arrivée dans le trio de tête de la dessinatrice Claire Wendling. Vous ne la connaissez pas? C’est normal, elle n’a réalisée qu’une seule série, terminée en 1997. Cinq tomes, ça s’appelait les lumières de l’Amalou, chez Delcourt. Et pour certains, sa présence face à Alan Moore, l’immense scénariste anglais, et Hermann, le prolifique auteur belge, serait juste totalement insensée. Une ignoble cabale de la part de certains auteurs, voir un effet dérivé du débat de début janvier sur la place des femmes dans le FIBD. Le site spécialisé BD Gest mène quelque peu la danse des réactions négatives à son encontre suite à un article qui a fait très vite polémique.

J’ai voulu comprendre ce qui se passait, mettre des mots sur une explication plausible, du malaise qui naît autour de ce nom, et qui met mal jusqu’à la personne en question qui ne demandait pas à servir de leader ou de bouc-émissaire.
Alors, comment comprendre cette situation?
Il me semble qu’il y a une opposition franche entre deux groupes, autour de ce que doit être le Grand Prix d’Angoulême. Auteurs et lecteurs s’opposent, et ceci sans doute depuis longtemps, sur cette question.

COMMENT CA MARCHE LE GRAND PRIX?

Qui désigne ce Grand Prix? Les auteurs, depuis fort longtemps. Soit de manière indirecte, à travers l’Académie des Grands Prix jusqu’en 2012. 2013, année de transition, l’ensemble des auteurs votent, mais c’est l’Académie qui désigne le vainqueur, Willem, ce qui pour une fois met auteurs et lecteurs d’accord puisqu’aucun des deux groupes ne voulait un tel nom (les auteurs avaient placé Akira Toriyama, le créateur de Dragon Ball, en tête de leurs suffrages). 2014, les auteurs votent seuls et désignent Katsuhiro Otomo, un nom qui fait globalement consensus, même si certains lecteurs trouvent déjà à redire, trouvant que le monsieur ne publie plus. Idem en 2015 avec Bill Watterson.

Le Grand Prix est donc une distinction remise par des auteurs, au vue de critères propres à leurs caractéristiques d’auteurs. On rappellera que beaucoup d’artistes de bd, finissent par ne plus lire beaucoup d’œuvres de leur média. Déformation professionnelle, selon eux, qui les amène à avoir du mal à sortir des aspects techniques pour se laisser emporter. Auteur, c’est donc un regard très particulier sur la bande dessinée.
Et à ce titre, l’arrivée de Claire Wendling dans le trio 2016 est parfaitement compréhensible. Oui, il y a eu campagne faite sur les réseaux sociaux sur son nom. On est dans une élection, bon sang, d’où vous avez-vu une élection qui se fasse sans campagne? BD Gest s’en plaint, et la chose est assez ridicule. En quoi les auteurs de bd devraient-ils être hors-sol? Il y a campagne pour les oscars, pour les présidentielles, mais il ne devrait pas y en avoir pour le Grand Prix d’Angoulême? Claire Wendling n’a rien demandé, mais des bédéistes ont souhaité promouvoir son nom avec passion. Pourquoi? Parce que, pour qui observe les auteurs d’un peu près (merci les réseaux sociaux de le permettre désormais à tout un chacun), Claire Wendling est un nom qui revient extrêmement souvent dans les influences qu’ils citent. En cinq albums seulement, cette artiste a eu une influence extrêmement forte, auprès d’un très grand nombre d’artistes. Et puisque le Grand Prix est le vote des AUTEURS, le choix de Claire Wendling est donc parfaitement logique et pertinent.

ILS EN ONT GROS!

Sauf que. Qui sont ceux qui se manifestent avec vigueur contre la possible élection d’une telle artiste? Des LECTEURS.
Parce que pour pas mal de lecteurs, Claire Wendling, ce n’est plus une dessinatrice de bd, mais une illustratrice. Ca, c’est pour ceux qui connaissent encore son nom. Et ce n’est pas faux, l’artiste est partie pour les USA, où elle travaille assidument, mais ne produit plus de bande dessinée à proprement parler. Dessinateur et dessinateur de bd sont deux métiers différents. Par ailleurs, pour pas mal de lecteurs, Claire Wendling n’existe même pas. Les années 90 ne sont pas les années dont on se souvient le plus, en BD franco-belge. Ce n’est pas l’âge d’or des années 60 70, et la profusion de titres des années 2000 est venu quelque peu occulter cette période. La mémoire se fait de plus en plus courte, chez les lecteurs de bande dessinée, surtout ceux nourris aux nouveautés hebdomadaires.
Donc à ce titre, il est LOGIQUE, que des lecteurs s’offusquent de la présence de Claire Wendling dans ce trio. Parce que dans leur esprit, l’artiste n’a pas du tout la même influence que dans celui des professionnels de la bd.

Alors que faire?
Quelle est donc l’identité de ce fameux Grand Prix?
Doit-il être totalement démocratique, et amener à une grande élection dans laquelle tout un chacun pourrait voter, dans un grand élan d’ouverture?
Doit-il au contraire, réaffirmer un entre-soi en disant aux lecteurs que leur avis pour cette élection n’est absolument pas souhaité et que ce prix ne les regarde pas?
Ce début 2010 est difficile pour le Grand Prix d’Angoulême. Il tente de se renouveler, et se retrouve en permanence attaquer sur le sens qu’il acquière.
Il me semble que l’association du FIBD, au delà des professionnels qui gèrent l’évènement, devrait prendre position fortement, émettre un avis presque « politique », afin de clarifier ce qu’ils souhaitent réellement pour leur évènement.
Quitte à fâcher des gens, mais de toute façon, il y a déjà plein de gens fâchés aujourd’hui, alors au point où ils en sont, ils ne risquent plus rien…

Publicités

Une réflexion sur “Grand Prix d’Angoulême: Le débat ne cesse pas, voilà pourquoi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s