Outcast tome 2- Souffrance, Kirkman, Azaceta, Delcourt

Outcast tome 2

Série: Outcast
Tome: 2
Titre: Souffrance
Scénariste: Robert Kirkman
Dessinateur: Paul Azaceta
Coloriste: Elizabeth Breitweiser
Editeur VO: Image Comics
Editeur VF: Delcourt
Date de publication VF: Janvier 2016

Alors que le premier recueil en France est sélectionné au Festival International de la BD d’Angoulême, Delcourt nous offre le deuxième volet de cette série écrite par le fameux auteur de Walking Dead, Robert Kirkman. Alors ne perdons pas de temps et savourons une nouvelle tranche d’horreur.

Kyle Barnes cherche à donner du sens à tout ce qui lui arrive. Est-il maudit, possédé? Pourquoi semble-t-il pouvoir faire fuir certaines choses enfouies à l’intérieur des humains? Il revient donc vers le révérend exorciste pour tenter de faire le clair et de récupérer sa vie, sa femme et leur fille. Mais Kyle va découvrir qu’il est au cœur de quelque chose d’énorme qui ne va pas le laisser en paix de sitôt.

L’HORREUR AVEC SOBRIETE

Démons, exorcismes, possessions, Robert Kirkman se fait plaisir avec les codes du film de genre, sur la série Outcast. Mais il faut lui reconnaître le talent incroyable pour réussir à chaque fois à nous offrir des histoires d’humains fortes, sous couvert de nous faire flipper. Comme dans Walking Dead, Outcast est avant tout une histoire de personnages, Kyle et les siens en première ligne, mais même avec les personnages secondaires. La jeune Sherry, malgré son état, donne beaucoup à voir et à penser. On y parle aussi femmes violentées, abus, trahisons, des sentiments et des actes tout à fait humains. Alors, qu’est-ce qui est le problème? Le démon ou l’humain? Qu’est-ce qui existe vraiment? Autre talent de Kirkman, sa capacité à délivrer les révélations à la juste dose. On termine l’album avec l’envie de lire immédiatement le suivant, de retrouver tout de suite ses personnages pour continuer l’aventure avec eux. Il a bien su aussi faire évoluer son héros, soufflant chaud et froid, de sorte à ce qu’on s’attache à lui et qu’on soit complètement à ses côtés à la dernière page du recueil. C’est maîtrisé, c’est intelligent, ça met la pression, bref, c’est du bon Kirkman.

SOLIDE AZACETA

Paul Azaceta sera présent au FIBD, pour ceux qui souhaiteraient le rencontrer. Je ne pense pas que j’aurai cette chance, et c’est bien dommage. Parce que je reste toujours sous le charme de ma rencontre avec lui dans le premier tome, et que ce deuxième volet vient renforcer mes sentiments positifs à son égard. J’aime la sobriété et la simplicité de son dessin. Il ne donne pas trop à voir, mais on sent pourtant la maîtrise dans chacune de ses cases. Il y a de l’intelligence dans son dessin, et je ne m’en lasse pas. Il est d’ailleurs joliment secondé par Elizabeth Breitweiser à la couleur. Elle travaille des ambiances très différentes, mais toujours autour d’une même tonalité, de quelque chose de terne, de sombre. Cela convient à merveille au dessin et à l’encrage d’Azaceta. En fait, elle préserve l’ambiance noire, sans assombrir le dessin. Un joli tour de force.

 

Si vous avez envie d’avoir un peu les miquettes, de vous interroger sur les démons et leurs plans pour la Terre, alors Outcast est la série que vous devez lire. Elle saura vous accrocher et ne plus vous lâcher. Un effet Kirkman?

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

17.5/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s