Wonder Woman Déesse de la guerre tome 1- Insurrection, Merededith and David Finch, Urban Comics

Wonder Woman déesse de la guerre tome 1

Série : Wonder Woman Déesse de la guerre
Tome : 1
Titre : Insurrection
Scénariste : Meredith Finch
Dessinateurs : David Finch / Goran Sudzuka
Encreurs : Richard Friend, Jonathan Glapion, Batt, Danny Miki, Sonia Oback, Goran Sudzuka, Johnny Desjardins
Coloristes : Sonia Oback, Peter Steigerwald, Brad Anderson, Ive Svorcina
Editeur VO :DC Comics
Editeur VF : Urban Comics
Date de publication VF : Janvier 2016

 

Wonder Woman chez Urban avec un tome 1 ? Alors que je vous ai chroniqué un tome 6 il y a peu de temps ? Comment ce fait-ce ? DC Comics avait choisi de mettre fin à la série si particulière d’Azzarello et Chiang pour revenir à une approche plus classique avec les Finch. Et Urban a voulu rendre ça plus lisible en en faisant deux séries différentes.

Diana est Wonder Woman, justicière engagée aux côtés des autres sur-humains de la planète. Mais elle est aussi la reine de l’île du Paradis, reine du peuple des Amazones. Elle est aussi, depuis qu’elle a vaincu Arès, la déesse de la guerre. Chacune de ces fonctions est exigeante. Tout mener de front est un défi incroyable, susceptible d’amener Diana à commettre des erreurs. Et à devoir en assumer le prix.

RETOUR AU DCVERSE

Soyons honnête. Si la série écrite par Azzarello était passionnante, il avait pris le partie de la tenir à l’écart de toute idée d’univers partagé, qui est pourtant le sel des comics de super-héros.

Meredith Finch, à ce titre, réussi une jolie petite performance. Elle garde tous les éléments instaurés par son prédécesseur et les réinjecte dans le DC verse . Rappelant par là-même que Diana a une vie en dehors de sa terre d’origine. Cela ramène le personnage dans une position plus classique, moins originale, mais c’est fait avec une certaine solidité. Les dieux grecs sont pour l’instant gardés à l’écart, mais on espère que Finch garde en tête les intrigues liées à Zeus devenu enfant. La scénariste devait aussi garder de la place pour ses propres pistes narratives, une nouvelle menace planétaire, mais directement provoquée par les actes de Diana contre le premier-né.

RETOUR GRAPHIQUE AU SUPER-HEROS

Ne le cachons pas, le choix des Finch traduit une volonté de reprise en main de titre par l’équipe éditoriale DC. Cliff Chiang était un excellent choix, mais sa proposition graphique le tenait loin des block-busters mainstream. Contrairement à Dave Finch qui traduit lui au contraire l’essence du comics de super-héros moderne. Ca claque, ça pète, ça en met plein la vue et ça balance de la double page d’action. Objectif atteint. A noter, une profusion d’encreurs en soutien, mais dont la présence se fait fort discrète.

Classique, efficace, éprouvée. La formule proposée par les Finch fait le boulot. Mais ramène l’Amazone dans une proposition moins audacieuse. Dommage, on s’y était bien fait, à cette série iconoclaste .

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

16/20

Wonder Woman déesse de la guerre tome 1_ planche

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s