Okko tome 10- Le cycle du Vide II (Mardi Chronique)

Okko tome 10

Série: Okko
Tome: 10
Titre: Le cycle du vide II
Auteur: Hub
Story-board: Emmanuel Michalak, Hub
Coloristes: Li, Hub
Editeur: Delcourt
Date de publication: Novembre 2015

C’est la fin. La fin d’une belle série, que j’ai vraiment aimé de bout en bout. La fin d’Okko. Hub, son auteur, est arrivé au bout du chemin qu’il s’était fixé, les cinq cycles élémentaires. Il est donc temps de dire au revoir à l’empire du Pajan et de laisser l’auteur prendre un nouveau chemin.

Okko, le samouraï errant, a décidé de rejoindre un monastère pour y finir sa vie. Noshin, Noburo et le jeune Tikku l’accompagnent pour ce dernier voyage et pendant ce temps, le moine explique à son jeune disciple les secrets de la vie du vieux bushi. Une vie marquée par la recherche de sa mère. Une quête, qui en dit long sur la véritable nature du cœur d’Okko. Un cœur forgé par le bushido, ce qui sauva sans doute son possesseur.

DERNIERES REVELATIONS

C’est le clap de fin. Hub livre les derniers secrets de ses personnages. On en apprend plus sur le passé d’Okko, sur les raisons de sa droiture morale excessive, sur les secrets de Noburo, ou même sur le parcours monastique quelque peu inhabituel de Noshin. Hub rang ses jouets, dénoue ses dernières intrigues, et on ressort heureux et satisfait, avec le sentiment que l’auteur nous a respecté de bout en bout.
La conclusion est tragique, à de multiples points. Okko part s’enfermer dans un monastère, on apprend à quel point la violence, la mort et la sorcellerie ont marqué sa vie. Une vie maudite, sans nul doute. Une vie où l’absence, une autre vision du Vide, marqua l’homme au fer rouge. Mais pour autant, ce qui est intéressant, c’est qu’on perçoit bien, dans ce dixième tome, tout le travail mental que l’auteur a fait faire à son personnage. Okko est un personnage crédible, dans le contexte fantastique qui est le sien. On comprend mieux tout le chemin qu’on a pu faire avec lui. On comprend comment il s’est continuellement forgé une carapace pour contenir toute la noirceur qui était en lui. En fait, en terminant ce livre, j’ai eu envie de retourner lire toute la saga, pour tout reprendre de ce point de vue. Ce n’est pas nécessairement à faire, l’auteur a évolué dans son cheminement créatif, mais l’envie est là, et elle montre bien comment Hub a réussi sa fin. C’est cohérent, c’est touchant. C’est juste ce qu’on pouvait attendre pour de tels personnages.

DERNIERS FEUX D’ARTIFICES

Si Hub m’a entraîné depuis des années dans un univers que je ne pouvais qu’aimer, j’ai aussi apprécié cette série pour la qualité de son coup de crayon. Son trait était déjà excellent au premier album, il n’a fait que se consolider au fil des pages. Hub fait partie de mes artistes préférés en franco-belge. Son dessin entre pleinement dans une veine très mainstream, on est sans doute au coeur de cet univers graphique, mais il œuvre avec une telle puissance, transmet tant dans ses dessins, tant de générosité… Comment ne pas le placer dans les meilleurs artistes de son style? Et puis, il faut bien reconnaître qu’avec Li, ils forment un superbe duo de coloristes, là encore dans une belle fidélité à la belle bd franco-belge. Graphiquement, Okko est devenue une référence de la bd de samouraï. Et c’est parfaitement mérité. Sur ce dixième tome, autant que sur les précédents. Vous allez voyager, croyez-moi.

 

hub, ce n’est qu’un au revoir, je n’en doute pas. Félicitation pour avoir su tenir ton projet dans la forme que tu désirais depuis le début. D’autres auraient pu se laisser aller à prolonger la série à succès, tu as su prendre le risque d’y mettre fin, une fois ton histoire racontée. Pour moi, il n’y a pas plus grand pour un auteur.
Mais je sais que ce n’est qu’un au revoir. Le chroniqueur que je suis, le fan que je serai encore alors, sera présent pour une toute nouvelle aventure.
Au plaisir de te relire. A Pajan comme ailleurs.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

17.5/20

LA BLOGOSPHERE EN PARLE

Sin City

Un amour de Bd

Okko tome 10_ planche

Publicités

Une réflexion sur “Okko tome 10- Le cycle du Vide II (Mardi Chronique)

  1. Pingback: Top 10 2015: Les séries Franco-belge | Les Chroniques de l'invisible

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s