Batman tome 7- Mascarade (Jeudi Comics)

Expression@Datacenter@05_v6

Série: Batman
Tome: 7
Titre: Mascarade
Scénaristes: Scott Snyder, James Tynion IV
Dessinateurs: Greg Capullo, Kelley Jones, Graham Nolan, John McCrea, Sam Kieth, Dustin NGuyen, Roge Antonio
Encreurs: Dany Miki, Derek Fridolfs
Coloristes: FCO Plascencia, Gregory Wright, Michelle Madsen, Dave McCaig, Ronda Pattison, Nick Filardi
Editeur VO: DC Comics
Editeur VF: Urban Comics
Date de publication VF: Novembre 2015

Euh… Il va falloir que je le relise le bouquin là? Pourquoi cette question? Parce que je ne suis pas certain d’avoir envie de le refaire… Oui, même par déontologie. Pourquoi? MAIS PARCE QU’IL M’A COLLE LES MIQUETTES CE BOUQUIN, voilà, POURQUOI! J’ai eu peur! La première fois, avec un bouquin de Batman, voir même avec une bd.

Alors que Bruce Wayne a perdu toute sa fortune et sa maison, celui-ci déplace la batcave vers le centre ville de Gotham pour partir d’un nouveau pied, avec à ses côtés désormais la fille d’Alfred Pennyworth, Julia, en tant que soutien technique.
Mais à peine installé que son plus grand défi lui fait face. La Ligue de Justice attaque Gotham pour avoir sa peau. Wonder Woman, Flash, Aquaman, Superman, tous corrompus par un gaz les rendant… Hillarants? Le joker est de retour, et il a bien l’intention de mettre fin à la longue danse qu’il entretient avec le super-héros.

DE LA COHERENCE D’UN SCENARISTE SUR 40 EPISODES

Scott Snyder, lorsqu’il a terminé la série Batman pré New-52, avait posé le Joker comme figure centrale de son oeuvre. Souvenez-vous des très macabres épisodes où le Joker se découpait le visage pour en faire un masque. Puis, quelques numéros après le relaunch, c’était le très violent deuil de la famille qui prenait place, avec un Joker encore plus au coeur de la vie de Bruce Wayne et son alter-ego. Voilà maintenant la conclusion de tout cela. Elle est impressionnante, tant Snyder fait dans le « sonore et le dégueulasse ».

Pourtant, cet opus ne dérogera pas à la règle, il va continuer de faire causer longuement les fans de comics. Ca le rend d’autant plus intéressant, car Snyder propose réellement sa vision du Joker, une vision qui devrait marquer le personnage pour un moment, de même que la série, si l’on en juge la conclusion des épisodes principaux de ce recueil. Snyder joue sur la grande force du personnage. Après presque quatre-vingt années de publication régulière, en fait, on ne sait réellement rien du Joker. On ne sait pas vraiment d’où il vient, qui il est. Alors le scénariste en joue, et le transforme en une sorte de croquemitaine gothamien, à la limite de détenir des super-pouvoirs.
Imaginez, cela le rend en capacité de manipuler à lui tout seul l’ensemble de la Ligue de Justice. Un exploit qui le sort de son champs d’action habituel. Mais qui pose les possibilité du bonhomme pour la suite de l’arc. Et en fait, j’ai plutôt apprécié la proposition qui nous est faite. Surtout parce que Snyder veille bien à ne JAMAIS nous détromper en quelque sens que ce soit. Le Joker est-il une incarnation du dieu du mal, ou bien est-ce là sa plus grande tromperie? Snyder nous laisse partir avec ces doutes.
Des doutes, qu’il assaisonne d’un gros soupçon, de peur et de folie. L’ambiance est terrible. J’ai réellement eu peur de bout en bout pour Batman, qu’on sent au bout de ses limites à chaque instant. J’ai été totalement captivé par cette ambiance malsaine. Il a FALLU, comme une impérieuse nécessité, que je tourne chacune des pages pour en connaître la délivrance. Tout en ayant peur de ce que j’étais en train de lire. Une référence…

NON, ILS NE SONT PAS TANT DE DESSINATEURS QUE CA

En fait, il n’y a qu’un seul dessinateur, Greg Capullo, pour illustrer l’histoire dont je viens de vous parler. Pourquoi tant d’artistes cités alors? C’est parce qu’Urban complète avec les histoires « back-up » qui accompagnaient chaque épisode de cet arc. Une histoire courte et parallèle, en somme, qui permet de faire intervenir es dessinateurs aux propositions graphiques différentes, sans perdre l’alchimie du duo principal. Parce qu’avec un tel niveau de folie et de désastre, il fallait un dessinateur sacrément solide pour tenir le choc. Et Capullo est l’homme de la situation. Il nous immerge pleinement dans ce bazar sans nom.

 

Sincèrement, cela faisait longtemps que je ne m’étais pas enthousiasmé autant pour une histoire récente de Batman. Les choix fait pour le Joker vont faire causer, mais moi j’ai vraiment envie de mettre en avant la volonté du scénariste de proposer une expérience de lecture inédite. Et c’est aussi ça, que permet le comic-book de super-héros. Il serait triste de s’en priver.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

18/20

Batman tome 7_ planche

Publicités

2 réflexions sur “Batman tome 7- Mascarade (Jeudi Comics)

  1. Pingback: Scott Snyder et Greg Capullo – Batman, Mascarade (Tome 7) | Sin City

  2. Pingback: Top 10 2015: Les comic-books | Les Chroniques de l'invisible

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s