Les 3 fruits (Lundi One-Shot)

Les 3 fruits

Titre: Les 3 fruits
Scénariste: Zidrou
Dessinateur: Oriol
Editeur: Dargaud
Date de publication: 2015

J’avais rapidement regardé cet album à sa sortie, et même si Zidrou était crédité, je dois bien avouer que je n’avais pas trop fait d’efforts pour le dessin, assez particuliers. Mais lors d’un passage en bibliothèque, j’ai trouvé le livre et je me suis dit que j’allais prendre la peine de le lire. De faire l’effort. Et voici la chronique. Donc?

Il était une fois un roi qui avait eu quatre beaux enfants, tous issus du même mariage d’amour. Mais ce roi avait peur. Il avait peur de mourir. Il voulait vaincre la mort, mais aucun savant de son royaume ne pensait que cela était possible. Alors quand un mage arriva pour lui prétendre le contraire, il sauta sur l’occasion. Et il accepta son offre, quand bien même elle était horrible. Pour ne plus mourir, il devrait manger son enfant le plus méritant. Trois princes qui furent envoyés dans des quêtes mémorables.

LES CODES DU CONTE BIEN PRÉSENTS

Zidrou ne l’a pas caché, avec cet album, il voulait véritablement mettre en scène son propre conte, comme ceux que tous les enfants du monde et d’Europe notamment, entendent dès leurs premières années. De ce point de vue, c’est une réussite. A la fois épique et terriblement révélateur de l’âme humaine, cette histoire maîtrise tous les codes et attendus du Conte, et peut-être même un peu plus. Parce que mine de rien, c’est un Conte du XXIe siècle et comme tous ses prédécesseurs, il parle aussi de son époque, à travers les faits d’apparence légendaires. La princesse Estelle en est le véritable témoin, qui parle aussi de la place de la femme dans notre société. Aucune nostalgie apparente chez le scénariste, juste le sentiment qu’une évolution normale se fait. Que les enjeux ne sont plus les mêmes et qu’une nouvelle forme de leader est nécessaire. Adieu le modèle paternaliste, violent et entêté. Zidrou en livre beaucoup sur ses propres valeurs, à travers ce conte.

ORIOL ENTRE BD ET ILLUSTRATION

Venons-en au point qui m’avait le plus rebuté la première fois, le dessin d’Oriol. Si je ne peux pas dire que j’en suis toujours particulièrement fan, je dois bien reconnaître qu’il s’avère un artiste idéal pour mettre en scène ce récit. Il adopte un trait, une mise en couleur, qui flirte sans cesse avec l’illustration sans jamais quitter le monde de la bd. Il utilise du flou pour mettre à distance, de la noirceur pour appuyer les effets du scénariste, et ne crains pas de tomber dans l’épique quand l’histoire le nécessite. Comme pour la couverture, issue d’une des pages de l’album.

C’est donc une belle proposition que nous auront fait ces deux artistes. Un genre peu usité, surtout à destination des adultes. Mais le pari est réussi et l’œuvre peu figurer sans rougir dans les belles productions de l’année.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

17.75/20

LA BLOGOSPHERE EN PARLE

Bulles picardes

Oncle Fumetti

Un amour de BD

Les 3 fruits_ planche

2 réflexions sur “Les 3 fruits (Lundi One-Shot)

  1. Ton avis m’intrigue. Tout comme toi, les dessins ne m’attirent pas a priori. Néanmoins, les illustrations de la planche attise la curiosité. Quant à la perspective de me plonger dans un conte, cela me ravit… Peut-être me laisserai-je tenter ? Je te remercie donc pour la découverte. Au plaisir de te relire…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s