Soucoupes (Lundi One-Shot)

Soucoupes

Titre : Soucoupes
Scénariste : Arnaud Le Gouëfflec
Dessinateur : Erwan Obion
Editeur : Glénat
Date de publication : Avril 2015

 

Les bretons parlent aux bretons… C’est sur le blog de mon compère et « voisin » brestois Hervé de Temps de Livre que j’ai lu la première chronique de Soucoupes. Ca m’avait donné envie, je me suis juste laissé le temps de le trouver en bibliothèque ou de rencontrer les auteurs en dédicace. C’est donc la bibliothèque qui aura été l’occasion de lire ce livre. Un livre au charme particulier et difficile à décrire.

 

Les extra-terrestres ont débarqué sur Terre. Et ça se passe bien, ils rencontrent des humains, invitent des scientifiques sur leur planète. Non, vraiment, tout va pour le mieux et la planète entière se prend à rêver à de meilleurs lendemains. Toute la planète sauf un individu. Christian, petit marchand de disques, pris entre sa mère qui perd la tête, son mariage qui part en vrille et les nouveaux sauveurs de l’humanité. Il ne les aime pas, ces visiteurs. Sauf qu’un alien va venir visiter sa boutique, et changer sa vie.

UN OVNI PARFAITEMENT ASSUME

Cet album possède un charme indescriptible. Comme je suis, là, j’ai du mal à savoir pourquoi je me suis senti bien dans cette lecture. J’essaye que les mots tapés sur le clavier m’aident à y voir plus clair.

Le personnage principal est un sale type. Un lâche, un menteur. C’est un minable. Mais pourtant, le duo qu’il va former avec cet alien inexpressif va le rendre éminemment sympathique. Mais pourquoi ? Parce qu’il lui transmet, mine de rien, la beauté de l’art de ce monde ? Parce qu’en lui parlant d’art, il ne fait que lui parler de lui, de ce qu’il est vraiment ? En vient-on à aimer Christian parce qu’il est dépressif ? Pour les non-dit du scénario, qu’on perçoit sans qu’ils ne nous soient présentés, comme on lirait en creux un objet ? Je ne sais pas, mais ce que je sais, c’est que j’ai été heureux pour le personnage à la fin. Que j’en ai souris, à la lecture. Le sentiment est là, je vous le disais.

UN DESSIN QUI EN DIT BEAUCOUP

Le dessin d’Obion serait-il responsable de ce sentiment de sympathie ? Rond, très doux, avec des couleurs pleines de chaleur, ce dessin possède de la personnalité. Viendrait-il nous parler, lui aussi, de Christian ? Viendrait-il exprimer sans aucun mot, des choses à son sujet ? Je le pressens, mais là encore, les mots ne veulent pas venir. Juste les émotions.

 

Je reviendrai à ce livre, c’est évident. Je vais finir par les croiser, ces deux auteurs, alors j’achèterais le bouquin, et au prétexte d’une dédicace j’irai parler avec eux. Je suis sûr que ce sera un bon moment… Le livre parle pour eux.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

17.5/20

Soucoupes_ planches

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Soucoupes (Lundi One-Shot)

  1. Pingback: Soucoupes – Obion et Le Gouëfflec | Au milieu des livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s