Les mystères de la Ve République tome 3- Les larmes d’Alger (Vendredi Chronique)

Les mystères de la Ve République tome 3

Série : Les mystères de la Ve République
Tome : 3
Scénariste : Philippe Richelle
Dessinateur : François Ravard
Coloriste : Claudia Boccato
Editeur : Glénat
Date de publication : Mai 2015

 

D’où est-ce que je vous parle ? C’est une question importante, me semble-t-il, pour vous lecteurs de ce blog. C’est une question de confiance. Je n’hésite pas à écrire quand j’entretiens une relation particulière avec des auteurs bd. Pas parce que je pense que ça influence mon jugement, c’est même tout l’inverse. C’est parce qu’ils sont talentueux, que j’ai été amené à les rencontrer et à les apprécier. Donc là, autant vous le dire, je connais les deux auteurs de l’album, personnellement. J’ai eu le plaisir de passer un moment avec Philippe Richelle, un homme passionnant et vraiment sympathique. Et qui en plus, est sacrément bon scénariste.

 

  1. Le commissaire Vernes reçoit un coup de fil de sa sœur en Algérie. Leur père est mort, assassiné. Délaissant Paris, le commissaire rejoint donc Alger, alors que l’opposition entre OAS et FLN bat son plein. Il va tomber dans un nid de vipère et se rendre compte que sa famille elle-même est impliquée dans les évènements.

 

Je suis vraiment impressionné par ce scénario de Philippe Richelle. Des trois premiers tomes c’est à mon sens le mieux construit, le plus riche, celui qui me laisse la plus belle impression en tête. Il procède à un pur travail d’équilibriste, qui, lorsqu’il est reçu, est la signature des grosses pointures. Il mêle avec subtilité les évènements de la grande Histoire, celle de l’Algérie Française, à une histoire de famille sans jamais que l’un ne prenne le pas sur l’autre. Je ne vois guère plus didactique et agréable pour comprendre la guerre d’Algérie, en bande dessinée. Adoptant une forme polar classique en bande dessinée franco-belge, il joue autant avec les sentiments des personnages qu’avec les émotions politiques de l’époque. Je suis impressionné. C’est accessible, c’est prenant, et pourtant c’est complexe comme le fût cette époque.

Je vous parle du dessin maintenant ? Oh, je ne serai pas moins élogieux. François Ravard est un auteur qui n’en fini pas de progresser. Cette incursion dans le franco-belge classique lui fait vraiment beaucoup de bien, je trouve, lui qui avait plutôt fait du roman graphique jusque là. On sent qu’il s’imprègne, qu’il s’améliore. Comme le scénario, son dessin est accessible et exigeant. Il y a une patte, un style. On reconnaît son travail. Et puis ses trognes, bon sang, ses trognes. Qu’est-ce que c’est bon…

 

Vous n’avez pas encore lu cette série ? Ce n’est pas grave, prenez le tome 1, commencez au début et je pense que vous ne vous arrêterez pas en chemin. Si vous avez attendu pour acheter ce tome 3 après avoir pris les deux premiers je ne vous dirai qu’une seule chose : n’attendez plus.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

17.75/20

Les mystères de la Ve République tome 3_ planche

Publicités

Une réflexion sur “Les mystères de la Ve République tome 3- Les larmes d’Alger (Vendredi Chronique)

  1. Pingback: Top 10 2015: Les séries Franco-belge | Les Chroniques de l'invisible

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s