Les Gouttes de Dieu tome 24 (Dimanche Manga)

Les gouttes de dieu tome 24

Série: Les gouttes de dieu

Tome: 24

Scénariste: Tadashi Agi

Dessinateur: Shu Okimoto

Editeur VO: Kodansha Ltd.

Editeur VF: Glénat

Date de publication VF: Août 2012

Comment introduire cette série après 23 tomes publiés, sans me répéter inlassablement. Vous savez que c’est mon petit plaisir coupable que de la lire, qu’elle m’a donné envie de boire du vin… Et bien justement, parlons vin, ça changera. J’ai bu récemment un petit côtes du rhône de 15 ans d’âge, mes aïeux, quel plaisir. Une petite sortie par mon papa de sa cave, un petit domaine fort intéressant. C’est ça qui est difficile avec le vin, il faut avoir assez de sous pour l’acheter en deux groupes: celui qu’on boit, celui qu’on garde. Ah si j’étais riche… Qu’il est plaisant de découvrir un vin qui a évolué, dont on sent les changements, même sans connaître les cuvées les plus récentes… Je ne suis encore qu’un néophyte, mais je sais que mon palais a déjà progressé, et que je commence à comprendre un peu le vin. Tout ça grâce à un manga, quand même…

 

Mais revenons à notre manga. Shizuku Kanzaki pense abandonner le défi des Gouttes de Dieu. Il pense n’être pas à la hauteur de son frère adoptif, Isseï Tomine, face à l’épreuve créée par leur père. Afin d’essayer de comprendre un peu mieux celui qui l’a élevé, Shizuku se rend dans le bordelais, ce terroir qui demeurera à jamais celui qui a inspiré Yutaka Kanzaki. Pour se mettre dans ses pas, Shizuku veut courir le marathon du médoc, 42 kilomètres au milieu des chateaux et des domaines. Arrivé sur place, il tombe sur un ami de son père qui lui organise un petit évènement festif. Sur sa route, les caves vont s’ouvrir comme par magie. Le fils parviendra-t-il ainsi à comprendre son père?

 

Enfin des moments vraiment intéressants! Ce 24e tome nous amène à suivre au plus près le parcours initiatique que s’impose Shizuku. Les scénaristes nous livrent enfin des clés de compréhension quant à la relation du père et du fils. Ils font réaliser à Shizuku la réalité de ce qu’il a vécu. Cela me fait penser immédiatement au livre de Boris Cyrulnik « Sauves-toi, la vie t’appelle ». Il explique comment notre perception d’enfant, puis notre travail d’adulte, transforme la réalité de nos souvenirs. Un ouvrage sans nul doute passionnant. C’est ce qui arrive à Shizuku. Par exemple, sa plus grande faiblesse, selon lui, face à Isseï, est de ne pas connaître autant de vins que lui. Un ami de son père l’aide à se rappeler que son père lui faisait en fait goûter des sorbets au vin à chaque grande cuvée dégustée. Ce qui veut dire qu’il s’est vu inculqué enfant, ce qu’Isseï a battit à force de volonté et de travail, adulte. Ce ne peut que développer un autre regard du fils à son père. Bon, heureusement qu’il y a ce fond très riche, sinon on aurait pu tout de même s’ennuyer grandement. Le marathon permet aux auteurs d’enchaîner les présentations de vins, ce qui est un peu long à la fin. Deux pages de course, une page pour la dégustation, une pour la bouteille présentée, c’est quelque peu redondant. Mais vraiment, le travail sur le passé de Shizuku compense largement cela.

Sur le dessin, ma foi, je n’ai rien de plus à ajouter que sur les autres tomes. J’aime la finesse du trait de Shu Okimoto, qui peut s’en donner à coeur joie sur ce volume, sur les scènes de description de vins.

 

Bref, ce 24e tome fait partie des meilleurs de la série. Il fait avancer un peu la personnalité de Shizuku. Reste à voir ce qu’il va pouvoir en faire, quel nouvel état d’esprit cela va lui procurer. Shizuku sera-t-il devenu un peu plus adulte?

 

Vins dégustés: Château Ormes de Pez 2003, Château de Lauga Cuvée du Grand-Père 2003, L’aura Cambon la Pelouse 2006, Château Dauphiné Rondillon 1989, Château Pichon-Longueville Baron 2000, Château Leoville- Las Cases 2004, Clos du Marquis Saint-Julien 2004, Château Beychevelle 1996, Château Gruau Larose 2000, Château Grand-Puy Lacoste-1999, Château pontet-Canet 2000, Carruades de Lafite 2005, Château Haut-Marbuzet 2003, Château Tronquoy-Lalande 2005, Château Montrose 1997, Château La Lande 2005, Château Haut-Meneau Premières côtes de Blayes.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

16.75/20

Les gouttes de dieu tome 24_ planche

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s