Lone Wolf and Cub tome 4- Le gardien des clochers (Dimanche manga)

Lone Wolf and cub tome 4

Série: Lone Wolf and Cub
Tome: 4
Titre: Le gardien des clochers
Scénariste: Kazuo Koike
Dessinateur: Goseki Kojima
Editeur VO: Koike Shoin Publishing CO. ltd
Editeur VF: Panini Manga
Date de publication VF: 2004

Lone Wolf and Cub est donc mon nouveau manga récurrent, aux côtés des Gouttes de Dieu. Le niveau est pas le même, vous me direz, et vous aurez raison. Mais je n’aime pas la même chose dans ces deux séries, et je n’ai aucun mal à accorder à celle-ci la place de prestige qui doit être la sienne.

Il est un homme, à Edo, qui possède une charge qui le rend très influent. Le maitre des cloches. L’homme qui s’assure que toute la capitale possède l’heure. C’est une charge très exigeante que celle de sonneur, ces hommes doivent pouvoir sonner le tocsin malgré les pires conditions, pour prévenir la population du danger qui l’attend. Alors ce maître souhaite que Lone Wolf and Cub teste les postulants à la charge, en leur coupant la main droite. Mais ce sont trois combattants très aguerris, qui combattent avec des armes inhabituelles.

Telle est donc la première histoire de ce recueil. Elle s’avère assez classique dans son intrigue, même si l’intérêt est avant tout de découvrir une charge et une pratique particulière de la ville d’Edo. La deuxième histoire explore elle-aussi une de ces fonctions particulière et peu connue. Je ne l’ai moi-même pas vraiment comprise, aussi je passe rapidement. Ma préférence va aux deux derniers chapitre. Le premier s’attarde sur Cub, l’enfant. Il le met en scène seul, sans son père, et montre toute la dureté du personnage malgré son jeune âge. Rendant le personnage véritablement culte. Le dernier chapitre met en scène une femme combattante, dans une histoire liée à la pratique du tatouage. Là encore, Koike met en scène une femme ambigüe, complexe. Une femme forte aussi. Dans une relation particulière au héros, vous verrez. Avec ce sens de l’honneur incroyable chez un homme qui est avant tout un assassin. C’est fort, élégant, et tellement japonais…

Concernant le travail de Goseki Kojima, je pense que je suis parti pour m’ennuyer dans chacune de mes chroniques. Que voulez-vous que je dise? Encore une fois que son dessin est brillant, immersif, tranchant? Qu’il est le partenaire idéal pour mettre en scène les scénarios de Koike? Je vais me répéter non?

Lone Wolf and Cub est une série brillante, raffinée, qui est parfaite pour faire découvrir la réalité du Japon médiéval sous couverture de raconter les aventures d’un tueur d’exception. Et non, je n’exagère pas un brin.

ET SI ON DONNE UNE NOTE?

18.5/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s