Nozokiana tome 1 (Le Mardi c’est permis)(La Chronique de Snoopy)

Nozokiana tome 1

Nozokiana tome 1

Série : Nozokiana

Nombre de tomes : 11 (Série terminée au Japon, 13 tomes)

Scénariste : Honnah Wakoh

Dessinateur : Honnah Wakoh

Editeur VF : Kurokawa

Editeur VO : Shôgakukan

Date de publication : 13 Septembre 2012

 

Tatsuhiko Kido est un étudiant fraîchement arrivé à Tokyo pour poursuivre ses études universitaires. Alors qu’il emménage, il constate qu’il y a un petit trou sur un de ces murs. Cela semble être juste une lézarde. Sauf qu’il n’en est rien. Le soir-même, il voit de la lumière sortir de ce trou. Il est jette un œil et stupeur, il se retrouve à observer sa voisine dans un moment intime. D’abord gêné, il devient rapidement inquiet quand il s’aperçoit que la voisine s’est rendu compte qu’on l’épiait. C’est alors que la situation va évoluer vers une voie inattendue pour Kido. Sa voisine lui propose de ne pas prévenir la Police sur sa session voyeurisme à une condition : qu’il accepte qu’elle et lui s’épie mutuellement à travers ce fameux trou dans le mur !

 

Je lis très peu de bande dessinée à caractère érotique (voir pornographique). Non pas à cause d’une certaine pudeur ou à cause d’une certaine « honte ». Non, c’est juste que je n’ai jamais vraiment trouvé de bande dessinées suffisamment intéressantes qui me donneraient envie de lire la suite. Il y a peut être eu Le Journal Intime de Sakura. Mais là aussi, je me suis assez vite lassé. Et bien chers amis lecteurs, je pense enfin avoir trouvé mon Saint Graal !!

 

Nozokiana m’a en effet intrigué dès le début par son pitch. J’ai trouvé très intéressant que Emiru, la fameuse voisine, soit l’instigatrice de ces sessions de voyeurisme « forcé ». Cela peut paraître stupide mais je trouve ce point de départ bien plus excitant que si on avait eu un scénario « cliché » où l’homme épierait sa jolie voisine à l’insu de tous.

 

J’aime beaucoup également la caractérisation des deux personnages principaux. D’un côté, on a Kido, ce jeune homme qui semble assez pudique qui se retrouve dans cette situation complétement folle. Il est clairement contre ces sessions de voyeurisme. Mais mon petit doigt me dit qu’il va vite y prendre goût. Toujours est-il qu’il essaie tant bien que mal de trouver des échappatoires, notamment quand il est en galante compagnie. Kido a en fait toutes les caractéristiques du type bien. Mais il semble tout de même prêt à ce qu’on pimente un peu sa vie. La suite nous dira si j’ai vu juste. De l’autre côté, nous avons Emiru, cette belle jeune femme, elle aussi étudiante, qui semble très libérée. Cependant, j’ai l’impression que ce comportement très provocateur est là pour cacher quelque chose. Je dois dire que ce personnage me fascine totalement. Je ne la connais que depuis un tome et pourtant j’ai envie d’en voir plus sur elle. Son côté amatrice de voyeurisme, mais aussi sa froideur, sa timidité (peut être?), son côté réservé en public, sa manière de taquiner Kido, son côté mystérieux… bref, beaucoup de choses font qu’on a envie d’en savoir plus sur elle. La relation entre ces deux personnages s’annonce comme explosive. J’ai hâte de lire cela.

 

Côté histoire, c’est intéressant à lire. C’est un manga « tranche de vie » dans le personnage masculin essaie de cerner sa voisine tout en essayant de ne pas entrer dans son jeu. M’est avis qu’il ne réussira pas longtemps à lui échapper. Et si je devais faire un pronostic, je dirais qu’Emiru ne doit pas être totalement insensible à Kido. Peut être que je me trompe, mais je ne sais pas, c’est une impression qui m’est venu en lisant ce tome. Si c’est le cas, la suite devrait être passionnante.

 

Visuellement ça me plaît beaucoup. Pour ce genre de bande dessinnée, l’aspect visuel est forcément important. Et ici, le style de l’auteur colle parfaitement aux propos. Ses femmes sont sexy à souhait. Les scènes coquines sont assez excitantes. Il y a un point qui me plaît particulièrement : les visages et les représentations des émotions sur ceux-ci (comme la gêne, l’excitation…). C’est un point important en bande dessinée. Et ici, c’est très réussi. J’aime beaucoup l’utilisation des trames et des hachures pour représenter les différentes émotions des personnages.

 

Ce premier tome de Nozokiana s’avère donc être une excellente découverte. Comme je dous le disais en préambule, je pense vraiment avoir trouvé mon Saint Graal de la bande dessinée érotique. J’ai vraiment envie de lire la suite des aventures de ces deux personnages.

 

Si ce genre de bande dessinée vous intéresse et que vous n’êtes pas « anti manga », je vous recommande chaudement de vous transformer en voyeur et de jeter un œil à ce titre.

Nozokiana tome 1_ planche

Mardi-c-est-permis

 

Publicités

9 réflexions sur “Nozokiana tome 1 (Le Mardi c’est permis)(La Chronique de Snoopy)

  1. Pingback: Le mardi, c’est permis (48) – Mille et une Frasques

  2. Moi aussi, je dois dire, il m’a bien alléché le Snoopy. Mais pas de bol, j’ai essayé de le chercher sur ma librairie habituelle, ils n’avaient que le tome 11…

  3. Oui, mais la série est pas non plus énorme, pour du manga.
    Ceci dit, évidemment, se pose ma question de la gestion sur la durée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s