XIII tome 15- Lâchez les chiens! (Samedi Classique)

XIII tome 15

Série: XIII
Tome: 15
Titre: Lâchez les chiens!
Scénariste: Jean Van Hamme
Dessinateur: William Vance
Coloriste: Pétra
Editeur: Dargaud
Date de publication: 2002

A l’inauguration du nouveau cycle de XIII, au tome précédent, j’étais quelque peu circonspect devant l’intrigue proposé par Jean Van Hamme. Je la trouvais un peu lourde, trop grosse… J’étais chafouin, en sommes. Mais bon, j’ai décidé de retenter ma chance, de voir comment cette historie serait traité. Et décidément, il est fort, ce Van Hamme…

 

XIII est encore dans une mauvaise passe. Il est accusé par la NSA et son directeur véreux d’avoir tué le président Sheridan et de ne pas être Jason Fly mais un dénommé Seamus O’Neil, terroriste irlandais. Parvenu à s’échapper, XIII est poursuivi alors qu’il nage en plein doute. Mais ce n’est pas assez… Il est aussi sous la menace d’une organisation de tueurs à gage nommée Executor dont la patronne a un compte très personnel à régler avec lui. Entre les deux, une femme, Jessica Martin. tueuse pour les deux groupes. C’est elle qui mène la traque.

 

Les doutes sur l’identité de XIII ne m’avaient pas plu, Van Hamme les réduit quelque peu dans cet album, proposant d’autres explications potentielles. Il ne tranche pas, mais il introduit du doute, ce qui ne peut que me ravir. Donc de ce point de vue, je suis satisfait. Mais voilà que Jessica Martin se dévoile, et que les poncifs tombent. Evidemment, elle va coucher avec XIII, tomber sous son charme, passer de son côté… James Bond proposait déjà de tels personnages dans les années 60, et ils étaient déjà relativement ridicules. Ca ne s’arrange pas. Le personnage en devient totalement pas crédible, mais le scénariste cède à la facilité. Il déconstruit en quelques pages le profil de tueuse expérimentée qu’il lui avait dressé jusque là. Du gâchis.
Mais bon, c’est Van Hamme, et au delà de ses défaut idéologiques, ça reste un foutu raconteur d’histoires, un feuilletoniste de talent. Et vous savez quoi? Globalement, cet album m’a donné envie de continuer, d’en savoir plus, de connaître les dessous de l’intrigue… Il est fort ce scénariste.

Côté dessin, William Vance est une plaie pour les chroniqueurs comme moi. Pas de défauts, la même tenue de livre en livre. Comment lui reprocher quoi que ce soit? Comment écrire quelque chose de nouveau à son égard?

 

Allez, zou, au tome 16! Me suis fait avoir, me suis fait piéger. Je suis faible aussi… Ou bon client, allez savoir…

XIII tome 15_ plancheLogo top bd14.5/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s