La Malbête tome 1- Monsieur Antoine en Gévaudan (Mardi Chronique)

La malbête tome 1

Série: La Malbête
Tome: 1
Titre: Monsieur Antoine en Gévaudan
Scénariste: Aurélien Ducoudray
Dessinateur: Hamo
Editeur: Grand Angle
Date de publication: 1er Avril 2015

 

Aurélien Ducoudray fait partie de ces auteurs dont je sais que les thèmes de prédilections et les traitement, ont de très fortes chances de me toucher. Ils sont une poignée de scénaristes avec lesquels je peux être autant en confiance. A l’annonce d’un nouvel album de lui, je n’hésite donc pas un instant. Je fonce lire. Une bd historique version siècle des lumières? Il ne nous l’avait pas encore faite celle-là… Alors qu’est-ce que le moderne Ducoudray peut avoir à nous raconter de cette époque?

 

Le Gévaudan tremble, et avec lui, le royaume de France. Une bête tue des jeunes femme, une bête monstrueuse et impossible à arrêter. Pourtant, c’est pour la tuer qu’Antoine de Beauterne, porte-arquebusier du Roi est venu dans cette région lointaine. En chemin, il s’adjoint les services du jeune Barthélémy, un enfant du coin qui connaît bien la région, mais aussi un fils de protestant pendu sur ordre du Roi. Cet étrange duo va se mettre en chasse de la bête.

 

Je retrouve ce que j’apprécie chez Aurélien Ducoudray, dans cet album: le message. La bête du Gévaudan, est en fait presque accessoire, c’est un décor, un prétexte. Il me semble que le scénariste se livre à un travail bien plus intéressant qu’une simple relecture du mythe français. Il offre une étude de moeurs sur la société française du 18e siècle. Une étude sociale sur la France, ses campagnes et ses différences sociales. On perçoit notamment l’accent mis sur la religion protestante. On sent qu’elle sera un élément important de l’histoire. Ducoudray nous montre les petites gens, les meurtres de masse causés par le Roi qui font moins de bruit que ceux causés par la bête. Il confronte la noblesse décadente et la pureté idéologique du simple paysan qu’est Barthélémy. Son opposition au fils d’Antoine n’est à mon sens pas qu’une lutte pour le père symbolique. Elle est aussi l’incarnation de cette opposition. François est décadent, il représente cette noblesse qui s’écroule sous ses privilèges. Barthélémy lui, représente l’esprit vigoureux des lumières, la simplicité du peuple. il reste à déterminer quel sens l’auteur donnera à la Bête. On a quelques pistes qui nous sont offertes dans ce tome 1, mais pas d’explications réelles encore.

Je ne connaissais pas Hamo, le dessinateur choisi pour mettre en scène cette histoire, mais il s’avère un choix tout à fait intéressant. Il y a de l’humour dans son trait, un peu de légèreté, qui procure un agréable contrepoint à la dureté réelle du récit. C’est un bel équilibre qui se constitue par son entremise. Un décalage, aussi, qui rend l’histoire plus appréciable.

 

Je ne crois pas que nous tenions là le meilleur album d’Aurélien Ducoudray. Je crains qu’il ne fasse trop de promesses pas évidentes à distinguer. Par contre, je suis presque certain que les deux tomes assemblés produiront une excellente histoire. Les bases sont solides, pour nous faire le portrait de cette France pré-révolutionnaire. Alors venez découvrir cette première partie, sachez la découvrir, et attendons volontiers la sortie du tome 2.

LA BLOGOSPHERE EN PARLE

Temps de livres

La malbête tome 1_ plancheLogo top bd16.5/20

Une réflexion sur “La Malbête tome 1- Monsieur Antoine en Gévaudan (Mardi Chronique)

  1. Pingback: LA MALEBÊTE T1 : MONSIEUR ANTOINE EN GEVAUDAN | TEMPS DE LIVRES

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s