Vinland Saga tome 14 (Dimanche Manga)

Vinland saga tome 14

Série: Vinland Saga
Tome: 14
Auteur: Makoto Yukimura
Editeur VO: Kodansha Ltd.
Editeur VF: Kurokawa
Date de publication VF: Mars 2015

Hors de question de rater la sortie d’un nouveau tome de Vinland Saga désormais. J’ai souvent un petit regard, chez mes libraires, pour les rayonnages manga. Capter une image de façade, une couverture, pour pouvoir lire la suite de cette histoire qui de tome en tome ne dément jamais sa grande qualité.

 

Le roi Knut a envahi la ferme de Ketil, afin de s’emparer de nouvelles terres pour la couronne du Danemark. Les paysans locaux ont tenté de résister, guidé par les quelques mercenaires que le maître du domaine s’était payé, mais en pure perte. Une poignée d’homme reste dans le fortin et attends apeuré que Knut donne l’ordre d’en finir. De son côté, Thorfinn se prépare à repartir libre. Mais avant de monter sur le bateau, il décide de faire marche arrière. Il espère pouvoir convaincre Knut d’épargner les survivants.

 

Comment dire que l’on se trouve à une nouvelle apogée de la série? Que ce quatorzième tome est à la hauteur du huitième, qui offrait sa dernière scène au magnifique Askelaad? Sauf que là, c’est LA grande scène de Thorfinn. Le personnage arrive à pleine maturité. Il est au bout du chemin qu’il commença à arpenter en devant esclave. Il devient libre, adulte, pensant par lui-même. Et par là-même, il offre une belle évolution à Knut.
Je ne sais pas trop quoi dire de plus, en fait, sur ce tome. Chaque scène ou presque est mémorable pour la série. Chaque scène ou presque est un moment de bravoure pour un des personnages. Même pour le fils trouillard de Ketil, c’est dire… Comme il sait si bien le faire, Yukimura mêle toujours émotion, grandeur, courage, faiblesse, humour. Ses personnages sont humains. Le chemin de Thorfinn, on le comprend. Celui de Knut, on le comprendre aussi. Yukimura nous raconte des hommes, des visions du pouvoir et de la vie en société. Franchement, que peut-on vouloir de plus? Un peu de tendresse? Vous l’aurez en fin d’album, cette petite pointe qui vient terminer le tome d’une si belle façon…

Les dessins maintenant? Toujours aussi solides. Yukimura est d’une fiabilité impressionnante. Toutes les émotions qu’il veut nous offrir, son trait les mets en valeur. Pas de points faibles, que des points forts.

 

Je suis particulièrement enthousiaste, pensez-vous? Oui, mais à raison. Je me retourne en arrière et je constate l’ampleur du chemin parcouru en quatorze tomes. Et je me régale par avance qu’il reste encore des choses à dire à Makoto Yukimura. Quoi que ce soit, je sais qu’il le dira avec justesse. Puisse-t-il conserver cette profondeur longtemps, que nous ne connaissions aucun tome de remplissage. Ca n’a jamais été le cas, je suis confiant.

Logo top bd18/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s