Thorgal tome 30- Moi, Jolan (Samedi Classique)

Thorgal tome 30

Série: Thorgal
Tome: 30
titre: Moi, Jolan
Scénariste: Yves Sente
Dessinateur: Gregorz Rosinski
Editeur: Le Lombard
Date de publication: Octobre 2007
D’après l’œuvre de Jean Van Hamme et Gregorz Rosinski

 

Je vous l’avais dit lors de la chronique du tome 28, j’avais très envie de voir ce que Yves Sente pouvait donner à la reprise du scénario de Thorgal. Vu les manques des derniers albums de Van Hamme, je ne prenais pas beaucoup de risques. Il ne me reste plus qu’à vous faire part de mes ressentis sur cette reprise que j’appelais de mes vœux.

 

Jolan a donc respecté sa promesse. Il a rejoint Manthor, l’homme maudit par les dieux qui a permis la résurrection de Thorgal. Comme il lui avait demandé, Jolan a quitté les siens, sans doute pour toujours. Mais pour atteindre le grand destin qui semble pouvoir être le sien, Jolan doit encore traverser des épreuves aux côtés d’autres brillants jeunes gens tels que lui.

 

Bon, globalement, j’ai passé un meilleur moment avec Sente qu’avec Van Hamme. Premier mérite de l’album, on ne passe pas son temps à se dire qu’on a déjà lu ça avant. Ca change agréablement. Deuxième changement, Jolan prend la première place, aux détriments de son père. Qui prend même la troisième place vu qu’Aaricia lui chipe la vedette dès lors que le scénariste met en scène le village viking. C’est donc osé de reprendre un héros tout en le mettant en arrière-plan. Mais c’est réussi. Les péripéties liées à Jolan sont sympathiques, et les explications fournies via Aaricia mettent en avant la nouvelle volonté pour l’époque de développer l’univers de Thorgal. Notamment, via une case qui n’est que l’exacte reproduction de la couverture du premier tome de la série consacrée à Kriss de Valnor. Et l’intrigue qui se développe autour de son fils adopté par Aaricia promet que les deux séries finissent par se rejoindre. Je suis assez client. Je rajouterai que Sente développe un pan totalement nouveau de mythologie nordique, ce qui me plaît là aussi assez. La voyante que consulte Aaricia apporte une touche de fantastique dans le monde viking vraiment bienvenue.

Pour la partie graphique, on retrouve le Rosinski régénéré par son expérience de la vengeance du Comte Skarbek. Un Rosinski qui se met en couleur lui-même, et qui travaille beaucoup les effets de matière de cette façon.

 

vous l’aurez compris, j’adhère plutôt à cette nouvelle proposition qui nous est faite. je vais suivre le premier cycle écrit par Sente, histoire de voir où il nous mène. En espérant retrouver les belles émotions que le héros et sa famille avaient su faire naître en moi par le passé.

Logo top bd16/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s