Siberia 56 tome 1- La 13e mission (Vendredi Chronique)

Siberia 56 tome 1

Série: Siberia 56
Tome: 1
Titre: La 13e mission
Scénariste: Christophe Bec
Dessinateur: Alexis Sentenac
Editeur: Glénat
Date de publication: Janvier 2014

 

Christophe Bec est un des auteurs principaux de la science-fiction en bande dessinée aujourd’hui. Un des plus prolifiques, sans doute. A tel point, que j’avoue ne pas me jeter sur ses sorties. Je suis un peu… lassé. Mais de temps en temps, j’ose me faire une nouvelle lecture, comme celle-ci. Après tout, je ne risque pas grand chose de plus qu’une bonne surprise…

 

Siberia 56 est une planète glacée située à 80 millions d’années lumières de la Terre. Des conditions de vie complètement inhospitalières. Pourtant, l’humanité est parvenu à rejoindre et à coloniser cette planète. Enfin, à y établir une base. Un groupe de cinq colons pensait rejoindre le seul endroit habitable de la planète, mais leur vaisseau fini par s’écraser. Les chances de survie sont ridicules. Pourtant, les humains vont quand même tenter de rejoindre à pied leur seule chance de salut.

 

Très sincèrement, je n’attendais rien de cet album, et pourtant j’ai passé un excellent moment. Le genre de moments que le cinéma de SF a du mal à produire en ce moment, trop occupé à adapter des franchises connues. On découvre un univers original, une histoire prenante et très bien rythmée. Le rythme, c’est une des grandes forces de Christophe Bec. On enchaîne les pages goulument, on ne s’ennuie pas une seconde. Et quand on se rend compte que c’est déjà terminé, on se dit qu’on en reprendrait bien un peu. C’est de la pure bd de genre, je ne m’étendrais donc pas tellement sur le scénario. Ce tome 1 semble poser beaucoup de bases, tant il est violent pour le groupe original de personnages proposés. On sent vraiment que c’est une introduction à quelque chose de plus large, que le personnage principal sera avant tout la planète plus que les humains. Et à la limite, je dis banco.

Banco, parce que Bec a trouvé un dessinateur idéal pour l’accompagner dans cette idée. Alexis Sentenac est juste bluffant. Il possède un style très réaliste qui convient parfaitement à cet album cinématographique. On sent des inspirations du côté de chez Lauffray, une certaine fidélité aux classiques de la bd d’aventure européenne, modernisée.

 

Allez, je lirai avec plaisir le deuxième tome de Sibéria 56. J’ai hâte de voir ce que seront les choix scénaristiques qui seront faits. J’ai passé un bon moment de lecture, j’ai envie de lire la suite, dans son genre, cet album est très réussi.

Siberia 56 tome 1_ plancheLogo top bd16.5/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s