La foire aux gangsters (Samedi Classique)

La foire aux gangsters

Titre: La foire aux gansters
Auteurs: Franquin, Jidéhem
Coloriste: Frédéric Jannin
Commentaires: José-Louis Bocquet, Serge Honorez
Editeur: Dupuis
Date de publication: Novembre 2012

 

Tiens, un Spirou pas comme les autres. Un héros-série, en somme… Non, pas un Spirou vu par certains auteurs, je parle bien du Spirou mainstream, dessiné par Franquin et Jidéhem. Que du classique en somme. Comment? Cette histoire est une histoire courte déjà publiée dans un autre album? Bon, et si on allait y voir d’un peu plus près de quoi est fait cet album?

 

Spirou et Fantasio sont pris à parti par un petit japonais, qui leur fait une démonstration de ses techniques martiales, et compte bien leur apprendre. Il a besoin de faire protéger un riche homme d’affaire américain de dangereux gangsters. Prudents mais intrigués, les deux amis décident de rentrer dans le jeu du japonais pour voir de quoi il retourner vraiment.

 

Je ne sais pas ce qui a convaincu Dupuis de proposer un tel album, mais je dois dire qu’ils ont eu une bonne idée.
Cette histoire courte, ils nous la commentent, nous offrent moult et moult détails sur les conditions de sa création. Comment Franquin du la réaliser à toute vitesse avant un autre album pour remplir les pages de Spirou, comment Jidéhem réalisa tous les décors, et bien d’autres petits secrets techniques. J’ai trouvé l’expérience sympathique. Je suis assez curieux de comprendre comment se fait la bande dessinée de manière générale, j’ai aimé me voir offrir cette petite fenêtre sur un monde que je n’ai jamais connu, les éditions Dupuis de l’âge d’or.
Ce que je trouve extrêmement drôle, c’est que Franquin pense le plus grand mal de cette histoire, qu’il voulu comme un hommage au polar, mais qui entra en opposition avec sa méthode habituelle de production, au fil de l’eau. Franquin n’aime pas cette histoire, la trouve inaboutie et ne craint pas le dire. Alors voir Dupuis consacrer tout un album explicatif à une mauvaise histoire, moi, ça me fait rire. Et ça m’impressionne. Imaginez ce qu’il y aurait à dire sur les meilleurs albums de l’auteur? Ca fait envie.

Bon, il est pas loin d’avoir raison, le Franquin, sur la qualité de son histoire. C’est vrai que ça casse pas trois pattes à un canard, que les personnages adverses ne sont pas vraiment détaillés… Mais il y a une séquence formidable avec Gaston, intégré à l’univers aventureux de Spirou, et rien que ça, j’adore. Voir le garçon de bureau sortir de ses planches de gag et venir vivre sa vie de dépenaillé au milieu des courses poursuites du groom, j’adore. Gaston, définitivement un personnage unique et mémorable. Pour le reste, ma foi… C’est beaucoup plus intéressant avec les commentaires.

 

C’est une très bonne idée des éditions Dupuis, de nous offrir une lecture augmentée d’un petit bout de leur riche passé. Si l’envie leur prenait de recommencer, autant dire que ce serait une riche idée! M’enfin!

La foire aux gangsters_ plancheLogo top bd16/20

Publicités

2 réflexions sur “La foire aux gangsters (Samedi Classique)

  1. Effectivement un album qui sortait du lot. A la manière du premier recueil avec l’histoire de la rencontre entre Spirou et Fantasio, mon préféré.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s