Les larmes du seigneur afghan (Lundi One-shot)

Les larmes du seigneur afghan

Titre: Les larmes du seigneur afghan
Scénaristes: Vincent Zabus, Pascale Bourgaux
Dessinateur: Thomas Campi
Editeur: Dupuis
Collection: Aire Libre
Date de publication: 2014

 

Une nouvelle association des deux auteurs des petites gens, lorsque j’ai croisé cet album en bibliothèque, croyez bien que je n’ai pas hésité une seconde. Le dessin de Campi m’avait beaucoup plus, le regard de Zabus aussi, alors pourquoi pas les suivre dans le portrait d’un seigneur afghan?

 

Pascale Bourgaux est journaliste. A plusieurs reprise elle s’est rendue en Afghanistan, auprès d’un seigneur de guerre qui combattait les Talibans. Désormais, le seigneur de guerre n’est plus, il est un homme influent de son village, mais sans plus de pouvoirs. Pascale Bourgaux souhaite le retrouver, filmer l’évolution de l’Afghanistan à travers ses yeux à lui. Mais la victoire des américains n’a pas rendu la région plus sûre pour elle, bien au contraire.

 

J’ai un léger soucis avec cet album, je ne suis pas parvenu à l’apprécier sans réserves. Ce problème, il n’est pas sur le fond, mais sur la forme. Pas sur le dessin de Thomas Campi, qu’il propose plus sérieux que dans Les honnêtes gens, plus réaliste dans la représentation des personnages, mais sur le choix du découpage. Oui, je vous parle bien de l’enchaînement des cases dans l’histoire.
Vincent Zabus a choisi un découpage qui fait penser à un enchaînement de séquences dans un reportage, presque comme si l’on avait dessiné sur le vif, les scènes filmées et vécues par Pascale Bourgaux et son caméraman. On a donc ces séquences, mais qui apparaissent relativement statiques. Les personnages posent, puisqu’ils sont filmés pendant qu’ils sont interviewés. Et si l’effet de style est bien compréhensible, je le trouve pour ma part pas forcément très agréable. C’est pesant, ça manque de rythme. Ca manque presque de vie, en fait. D’enchaînement des actions.

Et c’est dommage, parce que sur le fond, l’album est vraiment très intéressant. Il pose les bonnes questions essentielles sur l’Afghanistan, ne cache rien des débats qui secouent ce pays. Notamment en illustrant le fait que pour certains habitants, mieux valait le règne de Talibans brutaux, que celui des afghans corrompus. Pascale Bourgaux met en avant le grand échec de la coalition internationale menée par les Etats-Unis, leur incapacité à faire émerger une classe dirigeante afghane de qualité, respectueuse des règles démocratiques. Elle ne juge pas, elle se contente de relever ces questionnements, voyant bien qu’ils donnent à réfléchir.

 

J’en termine avec cet album avec une pointe de regret. Mais aussi, avec le plaisir d’avoir lu un excellent dessin fort bien mis en couleur, et une histoire passionnante et instructive. Et c’est pour ça que je vous le propose aujourd’hui. Parce que c’est sans doute ce qui prime, au final. La richesse des envies des auteurs de nous faire partager une belle histoire.

LA BLOGOSPHERE EN PARLE

Un amour de BD

Les larmes du seigneur afghan_ planche

 Logo top bd17.5/20

Une réflexion sur “Les larmes du seigneur afghan (Lundi One-shot)

  1. Malgré tes réserves, cet album me tente bien (un de plus !). J’espère bien le trouver un jour.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s