Je, François Villon tome 2- Bienvenue parmi les ignobles (Mardi Chronique)

Je, François Villon tome 2

Série: Je, François Villon
Tome: 2
Titre: Bienvenue parmi les ignobles
Auteur: Luigi Critone
Coloristes: Luigi Critone, Giorgia Casetti
Editeur: Delcourt
Date de publication: Septembre 2014
D’après le roman de Jean Teulé

 

J’avais beaucoup aimé le premier tome de l’adaptation du roman de Jean Teulé par Luigi Critone, aussi c’est donc avec un léger retard seulement que je me suis procuré le second volet de cette histoire. Et j’ai encore été surpris par la lecture que j’ai faite.

 

François Villon se morfond. Le quartier latin ne veut plus de lui, il ne sait plus que faire de ses journées et de son art. Par hasard, il croise le Roy des Coquillards, le chef d’une terrible bande de trucideurs, et lui demande à rejoindre la troupe. Le roy accepte, sous trois conditions. Que François commette un vol scandaleux aux yeux de tous, qu’il commette un crime écœurant devant témoin, et enfin qu’il offre le cadeau que la confrérie lui demandera. Ainsi commence le long chemin dégradant de François Villon.

 

Ce que je n’attendais pas, en commençant ma lecture, c’est le ton extrêmement triste que prend ce chapitre de l’histoire. Villon se noie. Il se noie dans sa mélancolie, sombre dans le spleen et perd toute considération pour la vie. Cette déchéance est assez impressionnante. Elle s’incarne pleinement au travers des épreuves des coquillards. On sent que chaque acte le coupe un peu plus de la normalité, le pousse un peu plus vers l’ignominie, ainsi que l’annonce le titre. Même sa poésie se fait dure, froide. Il n’a plus aucune loyauté, plus de réels amis. Peu à peu, son univers perd de sa consistance, il n’est plus que seul. Et même accompagné d’inconnus, il reste seul. On pourrait même dire qu’en sa propre compagnie, il demeure seul, comme le laisse entendre le poème qui conclue ce deuxième tome. Critone parvient parfaitement à nous transmettre les émotions de son personnage. Et pourtant, il nous reste un peu d’empathie pour lui, tout n’est donc pas perdu.

La surprise, ce fût aussi le dessin de Luigi Critone, dont je ne me souvenais pas qu’il ressemblait à cela. Etrange, non? J’ai ce sentiment chevillé au corps, sans pouvoir l’expliquer. Aurait-il légèrement fait évoluer sa technique de sorte à accompagner la déchéance de son héros? En tous cas, le dessin s’avère tout aussi plaisant, ce qui est bien l’essentiel. Je retiens notamment les dernières planches en sépia qui sont assez touchantes et donnent envie de voir plus souvent l’artiste dans cette gamme de prestation.

 

Je serai donc du tome trois lorsqu’il sortira. Luigi Critone et Jean Teulé tentent de nous perdre du destin de François, tout en veillant à ne jamais y arriver. Alors on va le suivre jusqu’au bout, le poète. Jusqu’à la fin, quelle qu’elle soit.

LA BLOGOSPHERE EN PARLE

Un amour de BD

FRANCOIS VILLON 2_int_cs6.inddLogo top bd17/20

 

4 réflexions sur “Je, François Villon tome 2- Bienvenue parmi les ignobles (Mardi Chronique)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s