Retour à Zéro (Lundi One-Shot)

Retour à zéro

Titre: Retour à zéro
Scénariste: Thierry Smolderen
Dessinateur: Laurent Bourlaud
Editeur: Ankama
Collection: Les univers de Stefan Wul
Date de publication: Janvier 2015

 

Vous le savez si vous suivez un peu régulièrement ce blog, je suis un grand fan de la collection consacrée aux adaptations du romancier Stefan Wul chez Ankama. J’ai tendance à ne pas rater une sortie. Par principe. Mais quand j’ai découvert les premières planches de cet album, j’ai découvert une identité graphique totalement différente de ce qui avait pu se faire jusque là. Et ça m’a encore plus donné envie de le lire.

 

Jâ Benal, savant atomiste, a déclenché une explosion qui a détruit une ville de 40000 personnes. Jugé coupable, il est condamné à l’exil sur la lune, là où depuis plusieurs décennies sont envoyés les pires criminels. Mais Jâ Benal est en fait un espion envoyé sur la lune pour comprendre comment les prisonniers se sont développés en une société menaçante qui ne rêve plus que de détruire la Terre.

 

Indéniablement, la grande force de cet album c’est son dessin complètement déstructuré, rappelant les designs des années 50. Laurent Bourlaud livre une prestation totalement déstabilisante mais véritablement passionnante à lire. Chaque case est une expérimentation, chaque idée est une audace graphique. Cela n’a vraiment rien à voir avec le reste de la collection, mais je suis heureux qu’Ankama et Comix Buro aient osé un tel pari.

Et en même temps, ce style convient si bien à Thierry Smolderen, qui avait déjà joué avec ces ambiances sur Souvenirs de l’empire de l’atome. C’est donc assez logiquement qu’on le retrouve sur un scénario de science-fiction datant des années 50. D’ailleurs, sur le fond, Retour à zéro est sans doute l’écrit le plus daté de Stefan Wul. C’est son premier récit, et on sent toute la référence à l’univers pulp qui avait pu se bâtir entre les années 30 et 50. L’histoire n’est pas dénuée de défauts, mais il y a une sympathie qui se crée très rapidement, alors on profite du voyage, on sourit aux questionnements politiques qui sont posées mine de rien par le truchement de cette société nouvelle. Un des grands thèmes de ce récit, c’est quand même la place des femmes dans la société. Pour une histoire écrite au milieu des années 50, cela traduit une belle ouverture d’esprit de la part de l’auteur initial. On comprend donc pourquoi Smolderen a souhaité adapter ce texte en particuliers, malgré les petits défauts narratifs qu’il contient.

 

L’essentiel, après tout, c’est que l’on passe un bon moment de lecture. Et entre un univers savoureux, et un graphisme détonnant, Retour à zéro remplit parfaitement cet objectif. De la bonne sf comme on l’aime, et une collection qui s’enrichit d’un très bel album. Encore!

Retour à zéro_ plancheLogo top bd17.5/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s