Little Joséphine (Lundi One-Shot)

Little Joséphine

Titre: Little Joséphine
Scénariste: Valérie Villieu
Dessinateur: Raphaël Sarfati
Editeur: La boîte à bulles
Collection: Contre coeur
Date de publication: Septembre 2012

 

Cet album, pour tout vous dire, ce n’est pas moi qui l’ai acheté. J’avais lu une chronique lors d’une BD du Mercredi, je savais qu’elle m’intéresserait, mais je savais surtout qu’elle intéresserait mon épouse, ancienne infirmière, formatrice en gérontologie et tout spécialement sur la question de maladie d’Alzheimer. C’est donc elle qui a fait cet achat sur le stand de la boîte à bulles à Quai des Bulles 2014. Si même elle en vient à enrichir la bibliothèque, on va devoir racheter de nouveaux meubles de rangement…

Valérie est infirmière libérale. Elle intervient au domicile des gens, souvent âgés, pour les accompagner dans la prise de leurs traitement, et la réalisation de soins divers. Valérie s’occupe de Joséphine, une vieille femme atteinte de la maladie d’Alzheimer. C’est l’histoire de leur rencontre, de ce bout de vie qu’elles ont partagé ensemble. Avec les bons moments, les coups de colère, les abus, les petites victoires.

Un ouvrage formidable, un témoignage utile et poignant. Valérie Villieu est réellement infirmière, elle a réellement soigné une « Joséphine ». Ce livre nous donne donc à voir tout ce que notre société fait de travers dans l’accompagnement des personnes âgées. Manque de moyens, manque de formation des personnels, manque de considération pour ce public en général. Ainsi que le dit la scénariste dans le livre, la gériatrie est bien souvent une punition pour les personnels, qui peuvent rapidement s’avérer maltraitant, mal traités eux-mêmes ainsi qu’ils l’estiment.
C’est l’avantage de cet album, il nous donne à voir les deux grandes questions qui se posent dans une telle situation: comment accompagner la démence de la personne âgée en tant que telle, comment traiter la personne avec le respect du à son statut d’être humain. C’est Valérie, c’est Joséphine. L’histoire est simple, directe, mais elle touche le lecteur, assurément. Et lui fait se poser des questions.

Rafaël Sarfati, le dessinateur, est parfaitement au diapason de l’histoire. Son trait est lui aussi simple, efficace. Mais la grande force de l’artiste, c’est le découpage qu’il propose, tentant de réellement mettre en scène le développement de la maladie. Il soutient ainsi le propose de la scénariste, apportant une illustration visuelle à la démonstration qu’elle propose.

Bonne alliance donc, une belle justesse dans le travail. Un de ces albums utiles, nécessaires, pour amener à réfléchir sur une problématique que les pouvoirs publiques délaissent: comment accompagner le vieillissement de la population, alors que celui-ci s’accélère, et que l’on refuse de mettre de l’argent sur ces problématiques? Citoyens, à vous d’y réfléchir!

LA BLOGOSPHERE EN PARLE

La Bibliothèque de Noukette
Les fanas de livres
Le jardin de Natiora
OliBD

Little Joséphine_ plancheLogo top bd17/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s